Le manoir de Kerhontenant

Le manoir de Kerhontenan avant la première guerre mondiale. Deux orthographes selon les textes, on retrouve donc aussi la dénomination : Manoir de Kerhontenant.





Le manoir de Kerhontenant a d'abord été une ferme propriété de Daniel Henry en 1565, bien que l'origine du bâti soit plus ancienne. Le fils Jehan prend la succession et par le fait de la dépendance envers le seigneur de Poulmic, cet héritier nomme sa demeure manoir.

Au 17ème siècle, la ferme est transformée en écurie quand la maison de maître est achevée. La demeure devient de plus en plus seigneuriale avec son four à pain, son moulin à vent, sa chapelle privée, son pigeonnier... La prospérité s'installe grâce aux métayers successifs qui œuvrent pendant que la lignée masculine de la famille est officier de marine du roi de père en fils. Les boiseries habillent les murs intérieurs, le luxe à la bretonne s'étale sans complexe, les désormais "de Henry" vivent des privilèges aristocratiques jusqu'à la révolution.

Corentine Guillemette de Kermadec, divorce de son mari (pour la forme) qui a immigré lors de la révolution pour reprendre son nom de jeune-fille "Henry" qu'elle prive de la particule pour mieux passer inaperçu. Premier divorce à Crozon ! Le domaine est sauvé à l'exception de la chapelle qui est volontairement détruite en 1793 signe trop ostensible d'un attachement à Dieu en période de culte de l'être suprême. Elle sauve son fils immigré comploteur d'une condamnation à mort certaine en parvenant à devenir son avocat... Cette femme est la dernière des Henry à tenir au Manoir comme à la prunelle de ses yeux jusqu'à sa mort en 1818. Le faux ex-mari ne reverra jamais le manoir, il fuit et meurt des fièvres aux Antilles, le fils est un débauché qui trépasse avant sa mère.

Ensuite le tissu familial se délite, la propriété devient un bien encombrant peu rentable, les métayers ne s'en sortent plus. La propriété change de mains, elle se dégrade. Lors de la seconde guerre mondiale, l'armée d'occupation use du moulin pour y installer un canon anti-aérien. Des bombardements abîment le domaine.

En 1948, le manoir est rénové de fond en comble et prend l'aspect d'aujourd'hui. L'élément architectural le plus ancien de l'édifice est une porte de l'ancienne chapelle Saint-Jean et Saint-François datée de 1659. Le manoir disposait d'un calvaire qui n'existe plus.

Les vieilles demeures

Photos maison traditionnelle bretonne

Maison bretonne typique

Penty à vendre PRUDENCE

L'immobilier en presqu'île

Maison de pêcheur

Matériaux des maisons

Linteaux

Lucarnes

Maisons et jardins de Bretagne

Mosaïque art-déco

Bois de chauffage, un luxe

Carrières de l'Ile Longue

Manoir du Poulmic

Manoir de Kerhontenan

Autres patrimoines

Moulins à vent - eau - marée - foulon

Les gares de Crozon et de Camaret

Fontaines, lavoirs, pompes




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

L'attaque des bélugas au canon !
Un Farman Goliath dans l'Anse du Poulmic.
L'heureux krach boursier de 1929 vu de Roscanvel.
Le peintre Bernard Rivière devenu Camarétois !
Tuer le cochon à la ferme à l'ancienne comme autrefois.
Championnat d'anglais et de planche debout SUP !
Calfatage d'un bateau en bois par un calfat.
La Janine monument historique.
Nids d'abeilles sauvages solitaires dans une falaise maritime.
La pêche au casier une technique de pêche en évolution.
La vie engagée de Louis Prucser, moine, résistant, juste des nations, économat de l'école Jeanne d'Arc à Crozon.
Courrier d'un gardien du camp d'internés de Camaret.
La saga funéraire Donnart.
L'échouage du paquebot "Le Pérou"
Le mystère des ancres de Roscanvel.
CEC n°3 - CPEOM de Quélern.
Direction générale de l'enregistrement des domaines et du timbre
Les troupes américaines de la libération de Crozon.
15ème groupe motorisé de cavalerie US en Crozon avec des M8 lévriers.
Pétroliers ravitailleurs d'escadre la Seine et la Saône.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite