Moulins à vent à eau à marée et à foulon de la Presquîle de Crozon
(page d'accueil des moulins)

Les moulins les plus visibles de la mer étaient indiqués sur les cartes militaires dont un exemple de 1764 le prouve ci-dessus. Un moulin à vent est un amer pour la navigation.

L'un des 5 moulins du Lannic en Camaret-sur-Mer : le moulin à vent Cristophe aujourd'hui disparu.

Moulin à vent de Kermeur.

L'implantation du moulin à Morgat (à la verticale du numéro de la photo) est typique. Terrain dégagé, courant d'air assuré... Poètes et auteurs de passage adoraient voir ces vaisseaux immobiles et les décrivaient avec enchantement.

Les moulins au 20ème siècle perdent leurs ailes. Le chêne s'est délabré. L'envie de transformer un moulin à vent en maison permet de sauver les maçonneries.

Les moulins de la Presqu'île de Crozon

Moulin à vent

Moulins à vent (présentation)

Moulin à vent de Treflez Morgat

Moulin Gauche

Moulin tour de Messibioc

Moulins de Lanvéoc

Moulin de Kermeur

Moulin du Seigneur de Restou

Moulin du Seigneur en Roscanvel

Moulin à vent du Poulmic

Moulin du Chat en Rostellec Le Fret

Moulins de Kerret

L'aventure du Moulin de Luzéoc

Les voiles du moulin

Moulin à eau

Moulin à eau du Val

Moulin à eau de Qimpérou

Moulin à eau de Rosmadec

Moulin (à) marée

Moulin à marée du Fret

Moulin marée du Folgoat

***

Origines féodales et disparition (accueil moulins)

Les autres vieilles pierres

Découvrir les maisons, pentys, manoirs...

Fontaines, lavoirs, pompes

Les gares, les ponts...

La gestion des moulins obéit au droit féodal jusqu'à la Révolution. Le principal détenteur de moulins fut le comte de Crozon qui avait pour vassaux :
- La seigneurie du Lez
- La seigneurie du Launay
- Le Marquisat de Rosmadec

Ces seigneuries ont autorité sur des familles nobles de rang inférieur dont certaines ont un manoir ce qui inclut quasi systématiquement la possesion d'au moins un moulin soit - à vent - à eau - à marée - à foulon (assouplissement du drap).

Ces familles rédigent des baux accordés à des meuniers qui exploitent les moulins en percevant un pourcentage de la farine produite. Selon les sources et les époques les proportions annoncées sont de l'ordre du 1/6 ou 1/10ème pour les meuniers honnêtes. Certains soupesaient à vue d'oeil alors que la pesée par balance était une obligation.

La seigneurie Abbatiale de Landévennec est la seconde possédante puis viendra plus tardivement la seigneurie du Poulmic à l'extinction de la lignée des comtes de Crozon.

La construction, l'entretien des moulins, des moyens de production et des accès sont à la charge des villageois sous la forme de corvées obligatoires. Chaque hameau a son moulin attitré et ne peut en déroger.

Après la Révolution, les moulins passent aux mains des financiers, notaires, bourgeois et fermiers aisés. Le meunier quant à lui reste l'employé avec les mêmes revenus qu'auparavant. La population a dorénavant le droit de choisir le moulin pour moudre le grain de sorte que l'effet de la concurence entre en jeu mais de façon limitée tant les chemins sont malcommodes et le transport difficile.

Le nombre culminant des moulins en presqu'ile de Crozon se situe vers 160 tous modèles confondus et ceci entre les deux guerres mondiales. Les possibilités d'investissement sont rares et l'exploitation d'un moulin fait encore rêver... Plus pour longtemps. Le pain blanc "industriel" apparaît, il entraine un véritable dégoût des consommateurs pour le pain de seigle, le pain du pauvre. Les deux tendances de consommation cumulées reléguent les moulins parmi les constructions obsolètes d'autant que l'énergie électrique offre une continuité d'exploitation. Les moulins à vent tributaires du vent, les moulins à eau tributaires des débits du ruisseau, fonctionnent à temps partiel. D'ailleurs, pour cette raison, la quête du bon endroit d'implantation occasionne une surabondance de constructions de moulins de tous types vite abandonnés par manque de rentabilité. Certains ruisseaux se trouvent jalonnés de moulins plus ou moins enregistrés par l'administration. Des conflits de voisinage se règlent en justice...

Progressivement délaissés, leur état s'étant dégradé, la plupart sont démolis et les matériaux récupérés. Quelques-uns sont décoiffés pour servir de point d'artillerie anti-aérienne lors de la seconde guerre mondiale. D'autres encore sont dynamités pour ne plus être des repères de navigation aérienne ou navale.

Petit-à-petit, certains subsistant encore ont fait l'objet de spéculations immobilières dans la seconde moitié du 20ème siècle. Les nouveaux propriétaires ont modifié les structures pour en faire des maisons secondaires originales.

Les moulins à vent de la presqu'île ont tous un plan cylindrique similaire (appelé moulin-tour).

Les moulins à eau disposent d'une roue entrainée par le courant d'un ruisseau soit directement, soit indirectement par une retenue d'eau. Cette roue est horizontale ou verticale.

Les moulins à marée utilisent la force motrice des courants pour générer des mouvements mécaniques.




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Mathurin Méheut peintre créateur d'images remarquables.
Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.
Eugène Villon aquarelliste
Une graine de poilu de Camaret.
Le pont Saint Drigent
Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen.
La cotriade de survie pour les sardiniers.
Une batterie lourde devenue légère, la batterie du Stiff.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite