Niche votive sculptée en architecture

Niche votive en kersanton.



Le modillon en pierre de Logonna a "survécu" parce qu'il ne représentait rien de spécifiquement religieux susceptible de contrairier des velléités révolutionnaires.

Niche funéraire réemployée dans une façade.

Niche moderne.

Les niches votives avec une voûte en cul-de-four (voûte rappelant la forme du four à pain d'antan) étaient une décoration architecturale au-dessus des linteaux des fenêtres ou des portes. Chaque niche était dotée bien souvent d'un saint sous la forme d'un statuaire religieux assurant la protection divine des maîtres de maison. La noblesse ou les riches négociants avaient une forte attirance pour l'affichage de signes religieux conforment à l'état d'esprit des époques successives jusqu'à ce que la révolution française de 1789 interdise toute appartenance religieuse au bénéfice du culte de l'être suprême. Un culte imposé par les dépositaires de la révolution tel que Robespierre, auquel personne ne crut mais que l'on adopta par crainte d'être guillotiné. La noblesse craignant pour ses jours se dépêcha de descendre et sans doute de détruire les saints indésirables. En cas d'oubli, le peuple en colère s'en chargea bien souvent. Les niches restèrent vides même si la révolution s'était bien éloignée avec le temps. Ce type d'affichage d'aisance perdit de son crédit, on n'osa plus être religieux à outrance dans une république devenue laïque.

Depuis la renaissance italienne du 15ème siècle, la niche comme élément décoratif interne ou externe à des églises ou des châteaux, parfois avec une voûte en coquille, s'intégrait lors de la construction de la demeure après avoir été taillée dans un atelier de sculpture. L'installation obéissait à la règle de la bénédiction par le curé de la paroisse. L'église tolérait le culte des saints à domicile avec néanmoins l'arrière pensée de recueillir des dons des familles riches. Chacun y trouvait son compte d'utilité...

A la fin du 19ème siècle et au début du 20ème, quelques maisons nouvellement construites ou réaménagées ont intégré des niches récupérées ainsi que des saints provenant de mobiliers funéraires de cimetières déplacés. La sainte Vierge est la plus représentative. La dernière génération de niche ne fait plus appel à de la sculpture, il s'agit d'un renforcement dans la maçonnerie.

Gares - Trains - Ponts...

Des trains pour Morgat ?

Les gares de Crozon et de Camaret

Gare de Crozon (2)

Station de pompage de Goandour

La gare de Perros-Saint-Fiacre 1 & 2

Billet de train de l'époque

Gare du Fret

Maison du garde barrière du Fret

Gare d'Argol

Gare de Tal-ar-Groas

Gare de Telgruc-sur-Mer

Maison du garde-barrière de Telgruc

Le double pont du Launay

Le pont de Tal ar Groas

Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen

Le pont Saint Drigent

Les voies ferrées Decauville

Les vieilles pierres

Fontaines, lavoirs, pompes

Moulins à eau, vent, marée...

Les maisons traditionnelles bretonnes




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen