Pont routier à voûtains de briques de Perros-Poullouguen















Platine boulonnée du parapet d'origine.

Coupe de tablier de pont à voûtains de briques.



Trottoir en béton, bordure en granit, caniveau en pavé.

Le pont de Perros-Poullouguen est à proximité de la halte de Perros St-Fiacre. Construit peu de temps avant la première guerre mondiale, il était d'une grande modernité architecturale. On construisait alors les ouvrages d'art en ville comme à la campagne par des structures métalliques rivées à chaud.

Les lignes aériennes du métropolitain à Paris, les bâtiments industriels, les grands magasins, les ponts... L'ère du fer à la fin du 19ème siècle jusqu'au début du 20ème utilise aussi des briques de terre-cuîte pour réaliser des voûtains.

Les poutrelles et les pans métalliques sont organisés pour créer des caissons à arrêtes qui vont recevoir de petites voûtes répétitives qui évitent la grande voûte unique qui a le défaut de rogner l'espace sous le pont. Chaque voûtain supporte la pression du tablier qui le concerne. La structure métallique porte les voûtains.

Seuls les piles en granit ont encore un aspect massif. Le tablier est habillé d'un pavage qui permettait à une seule voiture ou charrette d'enjamber la voie ferrée qui appartenait aux chemins de fer bretons de la ligne Camaret (le Fret) Châteaulin. Sous le pavage, du béton épouse les voûtains (voutins - voûtelettes)

L'abandon du fer viendra du fait que lors des incendies, le fer propageait la chaleur en la démultipliant ce qui aggravait les embrasements des entrepôts ou des immeubles. A l'extérieur, l'oxydation par la rouille nécessitait un entretien fréquent. L'art déco qui va suivre va conserver le fer dans une moindre mesure et très souvent noyé dans du béton.

Le pont de Perros-Poullouguen a perdu ses parapets d'origine bien plus travaillés mais rouillés. Ce pont semble être le seul exemplaire en état de sa catégorie en presqu'île de Crozon. Il est le témoin d'une période architecturale prolifique et audacieuse.

Coordonnées GPS :
48° 15' 53.136" N
- 04° 32' 37.967" W

Gares - Trains - Ponts...

Des trains pour Morgat ?

Les gares de Crozon et de Camaret

Gare de Crozon (2)

Station de pompage de Goandour

La gare de Perros-Saint-Fiacre 1 & 2

Billet de train de l'époque

Gare du Fret

Maison du garde barrière du Fret

Gare d'Argol

Gare de Tal-ar-Groas

Gare de Telgruc-sur-Mer

Maison du garde-barrière de Telgruc

Le double pont du Launay

Le pont de Tal ar Groas

Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen

Le pont Saint Drigent

Les voies ferrées Decauville

Les vieilles pierres

Fontaines, lavoirs, pompes

Moulins à eau, vent, marée...

Les maisons traditionnelles bretonnes




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.
Eugène Villon aquarelliste
Une graine de poilu de Camaret.
Le pont Saint Drigent
Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen.
La cotriade de survie pour les sardiniers.
Une batterie lourde devenue légère, la batterie du Stiff.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite