Espèces de fleurs disparues ou en voie de disparition en Bretagne

Découvrir toutes les fleurs >>

Tulipe sauvage

La tulipe sauvage, plante messicole, c'est-à-dire ayant élu domicile parmi les cultures, a disparu en Bretagne. Une fleur sauvage venue des steppes des pays de l'Est durant la Renaissance Française, cultivée comme fleur d'agrément à l'époque, retournée à l'état sauvage ensuite, et dont la propagation avait été continue en France avant l'avènement des insecticides. Le manque de pollinisation fut fatal.

Gentiane pneumonanthe

La gentiane pneumonanthe ou des marais vivait dans les tourbières et zones humides, l'assèchement agricole par les drainages en est venu à bout en Bretagne. D'autres régions françaises en bénéficient encore comme le Massif Central mais chaque territoire, chaque biotope dégradé est une reculade annonciatrice d'autres disparitions.

2589 espèces de fleurs recensées en Bretagne dont 1452 indigènes. Les espèces de fleurs sauvages indigènes sont exclusives à la région. Selon l'étude du Conservatoire botanique de Brest dont les résultats ont été publiés en 2017, au regard de la précédente étude datant de 1987, 42 espèces ont disparu et 187 sont menacées.

L'agriculture, l'urbanisme, en résumé la présence humaine anarchique et présomptueuse de son bon droit clairsème la flore. Moins de fleurs, moins d'insectes, moins d'oiseaux... Tout en moins rien en plus. Certains papillons et leurs chenilles ont une nourriture basée sur une seule variété de fleur, certains oiseaux sont gourmands de chenilles qui, raréfiées, empêchent la survivance des volatiles, etc.

La presqu'île de Crozon concentre sans doute tous les milieux de propagation des fleurs que la Bretagne offre. Les tourbières, milieux humides, prés, sous-bois, côtes et landes... Un concentré de biodiversités qui est tout autant en danger que partout ailleurs malgré le statut de Parc Naturel de l'Armorique. Le détail alarmant, la diminution des variétés d'orchidées...

Chaque randonneur qui sort du chemin de randonnée balisé piétine une flore qui, parfois, est de l'ordre du millimètre. Certains petits raccourcis personnels dont on se sent fier, pour gagner quelques mètres de distance, coûte cher en biodiversité.

-  +





Rencontre : vie privée des goélands




Si vous avez une information, une question :

© 2017 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite


En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez les cookies