Livre numérique - ebook - gratuit


NOUVELLE : LES HEUREUX

C T

PAGE 1 >

Jean descend le chemin du « Poteau qui penche ». Ne cherchez pas le moindre piquet, il n'y a jamais eu de poteau à cet endroit. Un chemin en pente risquée sur laquelle les pêcheurs imbibés se cassent le cou sans s'en rendre vraiment compte. L'année dernière, on en avait trouvé deux dans les fossés. L'un avait une gueule de raie de travers tant la chute avait été violente, l'autre était resté au moins quatre jours au soleil sans que quiconque ne s'en soit inquiété. Il faut dire qu'il n'était pas d'ici mais de là bas à 13 kilomètres, un gars de l'Orient méconnu, un étranger à ignorer par principe de l'éloignement des corps étrangers.

Là exactement où le Camarétois s'était fendu le crâne sur un bris d'aviron après une soirée à tisaner du vin chaud, Jean l'escogriffe s'est mis à gueuler :
— Où est le Maurice ? Nom de Dieu !
Le N claironne une majuscule "majusculaire" tant l'affaire est sensible.
Le maigrelet émacié ne s'attend pas à une réponse dans un décor de lande sèche, pourtant une voix propose une solution à l'énigme :
— Il s'rait pas à l'Ar Vir ?
Louison, la bonniche qui désherbe son potager encerclé par de la bruyère invasive, a l'art de parler vite et de réfléchir peu.
— C'est pas le dimanche aujourd'hui !
Jean Kérididec vient de pester et de constater qu'une fois de plus qu'il n'y a pas plus sotte qu'une femme qui parle pêche. Il se serait bien laissé tenter par une ronflée à l'égard de la Louison mais elle a des circonstances atténuantes, deux exactement. Tout d'abord, elle avait perdu son mari en mer un dimanche et l'autre provient de son anatomie pectorale surdimensionnée qui attire Jean autant qu'elle le dégoûte.

Jean Kérididec, 46 ans, n'aime pas les femmes autant qu'il est attiré par elles. Contradiction majeure qu'il mijote dans sa caboche de Breton local sans en ressortir la moindre conclusion et même le moindre espoir de venir à bout de son malaise et de ses bas instincts. Des femmes, il ne sait qu'en faire en dehors de ses petits besoins mensuels, cela le rend mauvais tel le mauvais vin des mauvais jours. Pour compenser ses frustrations sentimentales, Jean est devenu l'expert des haines ordinaires, de celles qui jaillissent et disparaissent jusqu'à leurs prochaines réactivations systématiques pour des petits riens inoffensifs qu'il craignait arbitrairement. Au delà et par dessus tout à la fois, il porte une haine phénoménale en lui, dans ses poches, dans ses sabots, sous son béret, dans les fibres de sa vareuse, dans les poils de sa peau velue, une haine épidermique et "tripale" incompressible, il hait Maurice depuis son enfance. Lire la suite de la nouvelle

Presqu'île de Crozon Des livres à lire Compatibilité amoureuse

Reproduction interdite