Livre numérique - ebook - gratuit



⇒ Les Heureux

T

< PAGE 9 >

Le carillon de la porte tinte de son métal agressif. Jean se tourne pour identifier l'intruse et se trouve nez à nez avec le capitaine de gendarmerie et ses gros sourcils grisonnants. Les deux hommes se sont salués furtivement. Ils sont sur la même piste d'éclaircissement. Aimable quant à lui, urbain même, l'officier montre le vêtement court à la dame Henriette qui s'est hissée plus haut qu'un drapeau tricolore tant elle est fière d'aider la France. Rapidement, radicalement, le tissu inconnu est reconnu. C'est une invention de Joséphine. Un haut de maillot de bain. La couturière donne des détails techniques qui ont submergé le cognitif de Jean ignare en matière futile surtout dans le maillot de bain deux pièces... Inconnu au bataillon jusqu'ici... L'officier a clairement suivi le déroulé et n'a pas à forcer le témoin à avouer ses connaissances sur la propriétaire. Joséphine était venue trois fois à sa boutique pour lui proposer de vendre des nouveautés qu'elle fabriquait selon la mode avait-elle prétendu. Mme Henriette ne s'était pas laissée corrompre car sa maison était respectable et n'imaginait pas qu'une seule femme honorable put mettre un tel affolement sur elle en public devant des regards masculins... Elle faillit dégoiser sur la nature lubrique des hommes mais s'arrête pile au passage à niveau du dégoisement salasse. Elle sait se tenir sur tous les sujets sauf les hommes qu'elle a en horreur. Jean suppute que Mme Henriette a des antipathies suffisantes envers les hommes pour les éviter à vie. Remerciements à triple sens, les enquêteurs sortent en binôme avec des questions à échanger. Mme Henriette n'a pas rendu la monnaie et a noté l'avoir sur son livre de compte à la ligne Jean Kerididec. Tout ce qui est pris de la poche d'un homme n'est plus à prendre.

Petit bilan sur le trottoir. Des gens regardent des gens qui regardent Jean et l'officier travailler des mots certainement impressionnants. Jean est de toute évidence aussi important qu'il le laisse croire dans les bistrots pour qu'un officier soit en conciliabule avec lui. Pour une fois que Jean a l'opportunité tant attendue d'envoyer des coups de pied à la lune, il se concentre à la façon d'un joueur de moellons devant un mur courbe à élever. Sa spécialité, les maçonneries rondes, il est reconnu pour son savoir-faire. Le choix des pierres est savant, les points d'accroche aussi pour éviter une fugue. Sa réflexion du moment équivaut à des calculs d'un moulin tour, c'est pour vous dire.

L'officier plus calme, plus dubitatif, brasse du sous-entendu et de l'entendu. Le haut d'un maillot de bain expérimental inachevé sur une plage – La demoiselle Joséphine l'avait-elle enlevé sciemment ou un homme lui avait-il enlevé de force ? L'avait-elle porté vraiment ?

Jean se braque mais se tait. Il ne faut pas que l'enquête dérape sur une monstruosité de mœurs qui mettrait en cause Maurice. L'angoisse déjà ressentie est beaucoup plus vive dorénavant, jusqu'à des tréfonds insoupçonnés. Jean a des intériorités sauvageonnes, il se surprend à être ébranlé, il s'humidifie et s'éclipse pour éviter la crue. Le gendarme en rond de flanc, la main sur l'estomac napoléonien, assiste à l'embarras de Jean dédié au Maurice disloqué par le destin. Comportement d'innocent prêt à tout pour couvrir un honneur en défaillance.

Jean court à son chantier quand au coin de la ruelle montante du plateau, un péteux engoncé dans sa veste et visiblement dans ses idées l'interpelle. Lire la suite de la nouvelle

Presqu'île de Crozon Des livres à lire Compatibilité amoureuse

Nouvelles inédites gratuites à lire en ligne

 •  • 

Reproduction interdite