Livre numérique - ebook - gratuit



⇒ Les Heureux

T

< PAGE 10 >

— Hep, Jean, faut que je t'cause. Toi tu parles à l'officier, moi je les aime pas trop ces gars là.
Un braconnier n'aime guère l'ordre républicain qui attrape au collet quoi de plus compréhensible, se sachant compris, il ajoute :
— L'autre soir, la Joséphine s'enguirlandait avec un jeune officier d'artillerie à la porte de Camaret des lignes de Quélern. Je peux te dire qu'il y avait de la chauffe dans le gosier. Lui la ramenait pas mais elle, c'était une furie. J'avais pas vu ça chez une femme, on aurait dit un gars violent après une biture. Elle est partie pour revenir vers le Rouz, enfin c'était la route en tout cas. Je te laisse, si ça peut-rendre service tant mieux, m'en veut pas si j'ai gaffé, y'avait pas mauvaise intention.

L'informateur a fusé comme une ligne de poudre en chaleur. Jean est comme qui dirait rassuré. Il faut qu'il y ait des suspects dans cette affaire. Sans suspects, Maurice est foutu comme un rat crevé. Jules arrive sur les entrefaites toujours prêt à coller son ainé. Jean lui demande s'il a repéré l'officier. Jules sait tout ce qui se passe sur les quais 24h/24. L'officier revient chez la mère Kerbratez pour accueillir le député qui accueillera le ministre prochainement.
— Allons-y, dépêchons !
Jean se précipite et quand il se précipite la respiration s'écourte, les cotes lui font mal. Il arrive dans le débit de boissons après une belle trotte, la porte n'est même pas fermée.

Le capitaine est absorbé par un commandant d'artillerie de marine, un sous-préfet, le maire et le curé, le député est en pissotière momentanément. Madame l'Anglaise prend un petit déjeuner à sa table. On sent le café chaud et le pain beurré sur une note de cœur vinasse. Le grand luxe en parfum du port. Mme Kerbratez rêve que son hôtel à quatre chambres soit réputé. L'Anglaise fait une sage réputation en attendant mieux. Les hommes cérémonieux occupent le centre de la salle, il avait fallu débarrasser deux tables à discrétion pour que les conversations soient en place. L'état des chemins est-il suffisant pour une circulation pompeuse et ministérielle ? Le maire remarque qu'il n'a pas d'argent à mettre et que le ministre de Droite devra s'y faire, ce qui n'est pas du goût du commandant qui joue sa place forte. Un détachement bouchera les trous et les ornières toute la nuit s'il le faut. Jean trépigne, Jules surjoue l'insatisfait. Le sergent de gendarmerie prévient discrètement le capitaine de gendarmerie que Mr Jean est en impatience. Le capitaine se retourne, s'excuse auprès des interlocuteurs officiels et vient vers Jean et Jules. Jean récite le témoignage, surtout la dispute avec le jeune officier d'artillerie. En prononçant le mot artillerie, il baisse d'un ton pour ne pas que le haut gradé entende. Le capitaine apprécie et renchérit avec une nuance pleine de sensibilité :
— Vous savez, rien n'accuse votre ami disparu, soyez sans crainte, j'enquête avec soin. On trouvera cette vérité qui nous manque...

Vous êtes-vous pris un sérieux coup de poing dans le pif ? Jean est cogné par le mot ami, Jean navigue des paupières et lance :
— Faut que j'aille à la gare, peut-être que Mlle Joséphine a pris le train après... Vous savez mon capitaine, si on salit la réputation de Maurice, il ne pourra plus vivre heureux ici. Quand on taille un costume dans le patelin, c'est pour dix générations. Faut pas que les commérages abîme Maurice, il est bon...
Pour un haineux, il est difficile de faire plus aimant. Jean déborde et gîte. L'Anglaise se lève, elle a tout vu, tout absorbé. Mr Jean est en perte de vitesse. Jules s'en aperçoit aussi et supplie du regard l'Anglaise d'approcher. La mère Kerbratez est toute chose, l'humain la met en émotion. L'Anglaise susurre :
— Puis-je vous accompagner, j'ai des horaires de train à consulter ?

C'est moyennement vrai, cela peut attendre deux ou trois jours. Elle n'a plus d'économie, elle doit repartir à Paris. La Mère Kerbratez n'est pas du tout favorable à l'idée de perdre une cliente présentable. Mais alors pas du tout, du tout. Lire la suite de la nouvelle

Presqu'île de Crozon Des livres à lire Compatibilité amoureuse

Nouvelles inédites gratuites à lire en ligne

Reproduction interdite