Livre numérique - ebook - gratuit



⇒ Les Heureux

T

< PAGE 20 >

Tout semble donc réparable, la république sera réparée dans les mois qui suivront les palabres. Les ministres concernés le clament avec des aigus enchanteurs et des graves fascinants, nul n'y croit mais cela fait tapisserie au Palais Bourbon. Le retour de la France dans sa France profonde... Et Maurice qui tarde à revenir de son au-delà... Le ministre des intérieurs chics s'emporte, lyrique :
— ... la France meurtrie, la France en souffrance, la France...
Interruption, coupure sèche, le ministre des fric-fracs plante sa conclusion dans une éloquence sans issue, cela arrive quand l'effet de la manche cache la pauvreté de l'esprit. Il a frôlé le désastre en évoquant la douce France avec un disparu national nommé le Doux, cela aurait été la crucifixion à la tribune de la nation... Il tamponne son front avec le mouchoir de sa maîtresse, en temps de trouble patriotique, l'erreur est masculine.

On y est ! La France débat et se débat dans ses hypocrisies. Des manœuvres calamiteuses d’alcôve ont failli faire sauter le ministre de la marine sur la mine de crayon délétère d'un polémiste outrancier, le politicard aurait ainsi rejoint la longue liste des brefs ministres de la marine de la IIIè république qui à défaut de faire sauter les navires ennemis fait sauter les collet-montés.

Maurice le Doux trône sur l'état insurrectionnel. La politique s'emballe, le brouhaha recrute l'armée à la disposition de la France désespérée ; la Gauche y souscrit, la Droite s'en méfie. Une presse jacasse sur les possibles meurtres non élucidés d'une gendarmerie inefficace... La carte d'identité Leullier doit devenir obligatoire avec la prise de l'empreinte digitale, n'en déplaise à la Gauche. Aucun politicien, aucune « journalité » n'a relayé que des enfants errent dans les champs en plein hiver. Des enfants tellement naturels que de réclamer une paternité, une maternité serait une atteinte aux mœurs bourgeoises. Le bourgeois a un double avantage, il sait lire et donc acheter des journaux dont il est friand mais il a aussi un inconvénient, il sait écrire et se plaindre à qui de droit, de plus il vote pour qui ne le dérange pas... Pas question de titiller le bourgeois qui nourrit la presse, fait vivre l'église et élit les députés... Par contre la vie de Mr Le Doux est décortiquée sans qu'aucun n'ait l'idée de vérifier si le pauvre disparu est bien né. On rédige sur l'errance caractérisée des individus frustres, sur leurs ignorances diaboliques, sur leurs tendances abjectes à se vautrer dans la précarité. L'image de Maurice Le Doux s'assombrit à chaque nouvel article dans les colonnes du sordide avec pour illustration des caricatures de personnages lucifériens aux yeux injectés de sang, visiblement ceux des stupides... L'information n'est plus à la page, la désinformation est à la une, la divagation rédactionnelle repeint Maurice le Doux en individu douteux aux prises avec la destinée des misérables.

Au pays, tous sont ébranlés, ce n'est pas bon pour la clémence de Dieu qu'il y ait un disparu national chez soi. En cas de guerre, on peut appeler cela un héros mais là, en temps de paix, Maurice héros de quoi ? La queue du diable n'est pas loin et si le diable a mis sa queue dans cette histoire, la diablerie frappera sans tarder. Le curé devine en cette disparition magistrale une opportunité pour exhorter ses ouailles à la prière. Depuis la séparation de l'église et de l'état et l'anarchie socialiste, même les missions exceptionnelles ne remplissent plus les églises, les dons baissent, le petit commerce épiscopale s'en ressent. Dieu envoie un signe au prêtre, il doit se transcender en ce dimanche de messe. Affluence record, on se croirait, il y a trente ans, un jour de défilé paroissial. Dieu est attendu au tournant du sillon de Camaret : le grand invisible doit s'expliquer, et mieux vaut que le curé soit limpide comme une eau bénite fraîchement collectée. Lire la suite de la nouvelle

Presqu'île de Crozon Des livres à lire Compatibilité amoureuse

Nouvelles inédites gratuites à lire en ligne

Reproduction interdite