Livre numérique - ebook - gratuit



⇒ Dis-moi ton nom
puisque je t'aime

T

<PAGE 5>

A peine entrée dans son bureau, Annick au-dessus des nuages, là où l'oxygène est rare, reçoit la visite curieuse de Céline :
— Qu'est-ce-qui se passe entre vous deux, ça m'a l'air de bien coller... Ça fait plaisir de te voir dans tous tes états.
— Ferme la porte !
Céline comprend que ce n'est pas l'heure de la taquinerie, Annick a des phases précises, la subalterne pousse l’entrebâillée. Annick prend son air vital :
— J'ai confiance en toi mais promets-moi de n'en parler à personne.

Céline ne fanfaronne plus. Céline est toujours un arc tendu, sans flèche, elle blague tout le temps pour faire taire son oppression. Sans Annick, elle n'aurait pas tenu dans ce milieu macho ultra hétéro. Elle s'en sent redevable alors si elle peut être utile c'est avec enthousiasme qu'elle s'engage à ne rien révéler. Annick n'en doute pas :
— Voilà, je lui ai dit que j'étais amoureuse.
— Carrément ?
— Oui, carrément et il ne s'est pas débiné mais ce n'est pas le problème. Il est ici à cause de son identité, je n'en sais pas plus. Je vais l'aider.
— Et s'il sort des clous, si ce n'est pas déjà fait ? On fait quoi ?
— Ecoute, Céline, je ne te demande pas de te compromettre, je te demande juste d'être discrète et de me surveiller car je sais que je peux déraper.
— C'est à ce point ?

Céline est émue, elle savait Annick fleur bleue parmi les fleurs bleues mais là la commandante est en bouquet. Annick ne larmoie pas, se cabre, ce n'est pas en un point, c'est viscéral. Céline bien qu'éparpillée dans ses comportements, rend hommage à cet état second qui accapare sa supérieure, elle sort de la pièce. Avant l'éclipse totale, elle se retourne avec complicité :
— On nous attend pour la réunion de l'OP.
— J'arrive dans deux minutes.
Annick a besoin de revenir sur la planète grabuge.

Dossier, briefing, sortie en voiture. Céline conduit un véhicule de service banalisé en compagnie de Mr Dupont. L'enquête concerne une usine désaffectée sous surveillance policière. De la racaille se fait livrer des parpaings, du sable et du ciment en grande quantité, factures payées en liquide, dans une friche industrielle qui ne leur appartient pas. Il y a du squatte dans l'air mais au vu du profil des ouvriers et de la présence occasionnelle de jeunes-filles noires pour l'essentiel, l'agitation envoie des signaux de réseau malfamé. Affaire pourrie à hauts risques, les coups de feu, les coups de couteaux tout peut arriver sans raison particulière. Aperçu de la planque, un gars avec un bonnet vert est en visuel. Le suspect est encombré d'un long coffret kaki qui peut très bien être celui d'une arme. Mr Dupont semble concerné, l’œil chamois de Céline ne le lâche pas. Lire la suite de la nouvelle

Presqu'île de Crozon Des livres à lire Compatibilité amoureuse

Nouvelles inédites gratuites à lire en ligne

 •  • 

Reproduction interdite