Le printemps 1942 de la Marie-Thérèse à Morgat

Le canot de pêche « Marie Thérèse » construit à Camaret en 1939 avait en réalité pour port d'attache l'anse de Morgat. Un port très fréquenté par les soldats Allemands qui y venaient quotidiennement pour s'y détendre, faire de l'équitation et du yachting (pour les officiers), boire, aller au bordel, pour oublier la guerre qui ne finissait pas.

La photo date du printemps 1942. La seconde guerre mondiale se durcit et l'Allemagne se trouve un allié de poids, le Japon. Le conflit dans le Pacifique redonne de l'espoir aux soldats Allemands qui se persuadent que les Etats-Unis occupé dans les îles lointaines ne pourront pas débarquer en France par manque de moyens. Dans plusieurs manœuvres, les Anglais sont battus. Le Front de l'Est est encore en phase d'essor. La résistance française commence à peine à s'organiser, Jean Moulin, revenu de Londres, est en France depuis quelques semaines.

Etre affecté à la base Lanvéoc Poulmic est une demi-chance, pour ces personnels de la Luftwaffe qui sont encore peu bombardés sur leur base. Assurément, mieux vaut faire les pitres sur une embarcation morgatoise que d'être conduit sur le front Russe d'autant que les premières mutations sont tombées, certains de leurs camarades ont été reversés en Russie qui connaît une insuffisance matérielle et humaine.

En presqu'île de Crozon, ce qui change c'est la multiplication des chantiers du mur de l'Atlantique. Les nouvelles normes de construction commencent à être mises en place, les murs des blockhaus doublent d'épaisseur. La guerre va durer, c'est sûr.

Durant la guerre, les bateaux de pêche sont officiellement interdits de sortie de port pour éviter le transport de troupes, de résistants ou de matériels militaires. Dans les faits, les sorties sont soumises à autorisation de l'administration allemande pour des périodes strictes parce que la nourriture fait défaut et le poisson devient un moyen de subsistance pour l'armée allemande. Les pêcheurs n'ont pratiquement plus de revenus.

Sur béquilles, au sec, tel que sur la photo, le bateau va être bombardé le 3 septembre 1944 par les Américains comme tous les quais de Morgat (ainsi qu'une grande partie de la presqu'île). Très nettement abîmé, il est réparé pour être utilisé jusqu'en 1952 par le patron pêcheur Yves Kinger.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Le four à chaux de la Fraternité.
L'attaque des bélugas au canon !
Un Farman Goliath dans l'Anse du Poulmic.
L'heureux krach boursier de 1929 vu de Roscanvel.
Le peintre Bernard Rivière devenu Camarétois !
Tuer le cochon à la ferme à l'ancienne comme autrefois.
Championnat d'anglais et de planche debout SUP !
Calfatage d'un bateau en bois par un calfat.
La Janine monument historique.
Nids d'abeilles sauvages solitaires dans une falaise maritime.
La pêche au casier une technique de pêche en évolution.
La vie engagée de Louis Prucser, moine, résistant, juste des nations, économat de l'école Jeanne d'Arc à Crozon.
Courrier d'un gardien du camp d'internés de Camaret.
La saga funéraire Donnart.
L'échouage du paquebot "Le Pérou"
Le mystère des ancres de Roscanvel.
CEC n°3 - CPEOM de Quélern.
Direction générale de l'enregistrement des domaines et du timbre
Les troupes américaines de la libération de Crozon.
15ème groupe motorisé de cavalerie US en Crozon avec des M8 lévriers.
Pétroliers ravitailleurs d'escadre la Seine et la Saône.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite