Four à chaux de la Fraternité

L'intérieur du four avec différents matériaux de construction en fonction de l'exposition à la chaleur d'un feu. Des traces blanches de chaux sur les parois.

Le foyer.

La grève, le fort de la Fraternité en hauteur, le banc de calcaire au pied de la falaise qui est site géologique classé.

Le four à gauche, le pont du Quimpirou à droite.

Une trouée d'exploitation.

Le four à chaux de la Fraternité qui s'adosse au fort du même nom est une fois de plus une propriété de l'investisseur Brestois Rideau (une famille d'industriels jusqu'au 20ème siècle) qui, avec des associés parfois, ou par lui-même, décide de mettre la main sur le calcaire de Roscanvel !

Au 19ème siècle, de grands travaux de défenses militaires sont engagés par l'Etat (les plans d'aménagement concernent toute la France). Le marché de la chaux hydraulique est juteux pour qui a les moyens de construire des fours à chaux proche d'un site de calcaire et proche d'un ruisseau d'eau douce. La Fraternité propose son ruisseau du Quimpérou (exploité par des moulins à eau) auquel sera ajouté une retenue d'eau pour s'assurer d'une quantité d'eau abondante en toute saison et offre des roches calcaires dans les falaises de la côte à deux pas. Enfin, une crique permet la livraison du bois provenant de Landévennec pour entretenir le foyer. La production de chaux est distribuée sur la presqu'île de Roscanvel dans les innombrables chantiers de l'armée entre lignes de Quélern, batteries côtières...

Des ouvriers chaufourniers décrochent des blocs de calcaire de la falaise et les déposent dans une charrette pour en verser le contenu à partir du sommet. Dans le gueulard (le conduit du four), les ouvriers jettent les blocs qui tombent sur la grille du foyer.

Après cuisson, le calcaire se transforme en poudre de chaux qu'il faut éteindre avec de l'eau pour pouvoir s'en servir comme liant de maçonnerie. Un liant très adhésif qui supporte la chaleur d'un feu de bois.

Les travaux de l'armée de cette génération d'aménagement s'achevant vers 1870, le four devient non rentable, il est abandonné. L'armée s'en sert comme réserve à bois durant 5 ans puis l'abandonne à son tour. Bientôt l'ère des mortiers de ciment puis celle du béton mettront un terme à l'industrie locale de la chaux.

Durant son activité, le four est réparé, modifié plusieurs fois.

Le dernier coup du sort que le four à chaux subit est une bombe de la seconde guerre mondiale lors d'un bombardement du fort de la Fraternité qui est fréquenté par l'armée allemande.

La retenue d'eau du ruisseau.

48° 18' 26.28" N
4° 34' 21.6" O



La mairie de Roscanvel, l'ancienne école des filles

Ardoisière

Corps de Garde de Roscanvel

Moulins à eau

Moulin à vent du Seigneur

Briqueterie de Lanvernazal

Briqueterie de Quélern

Cale de Quélern

Déblais et buses

Epave de véhicule

Fontaines et lavoirs

Etang de Kervian

Etang de Pen ar Poul

Postermen - fours à chaux et briques + mine

Four à chaux de la Fraternité

Prisonniers Kabyles

Cimetière déplacé

Réfugiés Républicains Espagnols

Caserne Sourdis cale fontaine

Caserne Pont Scorff

Kerlaer le village des voleurs

Ruines de Trévarguen

L'heureux krach de 1929

La Pagode

Hôtel Bellevue

Hôtel restaurant Kreis ar mor

Lignes de Quélern

Manoir de Quélern

Manoirs ou maison manales

L'ancienne poste

Ecole Francis Mazé

Rue de Peisey-Nancroix

Saint Pol Roux

Tregoudan

Trouée de Toul Brein

Eglise de Saint Eloi

Pardon St Eloi

Presbytère

Calvaires

Amoureux éternels ?

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Villa Trombetta

Maître des barques

Les ancres

Rocher Lieval

Cale de la route-digue

Chantier Naval Auguste Laë



A la une :

Le monument aux morts de Crozon fit éructer le préfet.
Anne Le Bastard de Mesmeur, une religieuse royaliste.
Manoir de Lescoat des Poulmic aux Bastard !
Les trous des bonnes-sœurs.
Attaques des diligences à Crozon !
Le manoir de Treyer de la famille Le Jar de Clesmeur.
Les intentions du PLUiH de la presqu'île de Crozon.
Super-Marché Concorde de Crozon.
La fonte des cloches sous la Révolution.
La manoir de Goandour de la famille de Gouandour.
De la place des femmes, des cigarettes et des cravates dans les conseils municipaux.
Les chantiers Courté.
L'aventure du Centre Hospitalier.
Les excursions maritimes pour visiter les grottes de Morgat, toute une histoire.
Les cordages marins synthétiques la fausse bonne idée.
Abri de projecteur de DCA français redécouvert à la Pointe des Espagnols.
La batterie extérieure de la Tour Vauban.
Un rorqual sans queue ni tête mystérieux.
Usine abri groupe électrogène de l'armée française de la fin du 19ème siècle.
Faire connaissance avec la limace rouge.
Rue et impasse du Moulin Cassé, l'ultime souvenir d'un moulin à vent camarétois.
L'exploitation des roselières pour le chaume traditionnel.
La corvée de la buée.
La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021