Four à chaux de la Fraternité

L'intérieur du four avec différents matériaux de construction en fonction de l'exposition à la chaleur d'un feu. Des traces blanches de chaux sur les parois.

Le foyer.



La grève, le fort de la Fraternité en hauteur, le banc de calcaire au pied de la falaise qui est site géologique classé.

Le four à gauche, le pont du Quimpirou à droite.



Une trouée d'exploitation.

Le four à chaux de la Fraternité qui s'adosse au fort du même nom est une fois de plus une propriété de l'investisseur Brestois Rideau (une famille d'industriels jusqu'au 20ème siècle) qui, avec des associés parfois, ou par lui-même, décide de mettre la main sur le calcaire de Roscanvel !

Au 19ème siècle, de grands travaux de défenses militaires sont engagés par l'Etat (les plans d'aménagement concernent toute la France). Le marché de la chaux hydraulique est juteux pour qui a les moyens de construire des fours à chaux proche d'un site de calcaire et proche d'un ruisseau d'eau douce. La Fraternité propose son ruisseau du Quimpérou (exploité par des moulins à eau) auquel sera ajouté une retenue d'eau pour s'assurer d'une quantité d'eau abondante en toute saison et offre des roches calcaires dans les falaises de la côte à deux pas. Enfin, une crique permet la livraison du bois provenant de Landévennec pour entretenir le foyer. La production de chaux est distribuée sur la presqu'île de Roscanvel dans les innombrables chantiers de l'armée entre lignes de Quélern, batteries côtières...

Des ouvriers chaufourniers décrochent des blocs de calcaire de la falaise et les déposent dans une charrette pour en verser le contenu à partir du sommet. Dans le gueulard (le conduit du four), les ouvriers jettent les blocs qui tombent sur la grille du foyer.

Après cuisson, le calcaire se transforme en poudre de chaux qu'il faut éteindre avec de l'eau pour pouvoir s'en servir comme liant de maçonnerie. Un liant très adhésif qui supporte la chaleur d'un feu de bois.

Les travaux de l'armée de cette génération d'aménagement s'achevant vers 1870, le four devient non rentable, il est abandonné. L'armée s'en sert comme réserve à bois durant 5 ans puis l'abandonne à son tour. Bientôt l'ère des mortiers de ciment puis celle du béton mettront un terme à l'industrie locale de la chaux.

Durant son activité, le four est réparé, modifié plusieurs fois.

Le dernier coup du sort que le four à chaux subit est une bombe de la seconde guerre mondiale lors d'un bombardement du fort de la Fraternité qui est fréquenté par l'armée allemande.



La retenue d'eau du ruisseau.

< >

Roscanvel Quélern

Four à chaux - mine de fer

Stützpunkt - village enterré

La Pagode

Ecole Francis Mazé

Lignes de Quélern Porte de Camaret

Pardon de Saint Eloi de Roscanvel

Les amoureux de Roscanvel

Bénédiction de la mer

Eglise de Roscanvel

Chantier naval

Port de Roscanvel

Etang de Kervian - Quélern

Etang de Pen-ar-Poul Trémet

Caserne Pavillon de Sourdis

Fontaine Sourdis

Cale de la caserne Sourdis

Cale de Quélern

Casernes Pont Scorff

Hôtel Belle-vue

Procession

Crique de l'Hermitage

La briqueterie de Quélern

La briqueterie de Lanvernazal

Ardoisière Trou Madame

Four à chaux de la Fraternité

Saint Pol Roux à la chaumière

Trégoudan

L'ancienne poste

Hôtel restaurant Kreis-ar-Mor

Déblais buses îlots artificiels

Les ancres

L'échouage du paquebot "Pérou"

Le navire école Jacques Cartier

Heureux krach boursier

Trouée de Toul Brein




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.
Eugène Villon aquarelliste
Une graine de poilu de Camaret.
Le pont Saint Drigent
Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen.
La cotriade de survie pour les sardiniers.
Une batterie lourde devenue légère, la batterie du Stiff.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite