L'échouage du Duguesclin à l'Ile Longue

Dessin de Durand-Brager d'après un croquis de M Hennecart, chirurgien de marine ayant assisté à l'échouage du Duguesclin le 14 décembre 1859.

Le témoignage de l'enseigne de vaisseau Paul Marius Chateauminois depuis le pont du Duguay-Trouin :
• Samedi 17 décembre : «Le Duguesclin, commandé par M Choux, capitaine de frégate, s'est échoué sur un banc de roches, près de la Pointe Espagnole, en faisant ses premiers essais à la vapeur. Il avait au moment de l'accident une vitesse de 8 nœuds, la mer descendait encore, et ces deux raisons eussent dû nécessiter de prompts secours. On a tergiversé, dans l'espérance de voir le vaisseau se relever avec le flot ; mais hélas  ! Ces hésitations l'ont perdu. On désarme en ce moment le Duguesclin sur son banc de roches, d'où on ne pourra l'extirper que par morceaux. »
• Mardi 20 décembre : « Le Duguesclin est complètement défoncé, on continue son désarmement, Aujourd'hui la neige a cessé, mais la brise est très fraîche du S-S-E, et le pilote n'a pas jugé prudent d'appareiller dans la prévision de vents de S-O dehors. »

Le Duguesclin est un vaisseau 3 ponts de 90 canons (essentiellement de 30, 16 de 18, 4 de 18) de la flotte de Napoléon III construit à Rochefort. Sur cale en 1823, son premier lancement se fait en 1848 et se trouve en service en 1850. Ce vaisseau de « classe Suffren » n'a pas de fait de guerre à son actif, la seule mission notable est le transport de 500 forçats de Brest, son port d'attache, vers la Guyane en 1852.

Le navire sort du service de 1856 à 1859 à Brest pour recevoir une motorisation et devenir un vaisseau mixte (propulsion à voile et à moteur). Une machine Mazeline à 2 cylindres à bielles renversées est couplée à 4 chaudières tubulaires à charbon. Il dispose d'hélices à deux ailes doubles de 5m10.

Il est remis en service le 1er août 1859 et effectue un essai de navigation dans la rade de Brest en y effectuant un grand cercle par manque de maniabilité. Rotation trop large et trop proche des récifs de l'Ile Longue sur lesquels il se drosse par l'imprudence du pilote de port M Picard.

Dans une zone portuaire, le commandement du navire est confié à un pilote spécialiste des zones de navigation confinée. L'essai de navigation s'effectue avec seulement 184 hommes à bord au lieu des 811 en situation de guerre ou 510 en situation de transport. Un équipage embarqué de la veille assiste la manœuvre désastreuse. Le choc est brutal mais ne semble pas encore catastrophique.

Un coup de canon de détresse ainsi qu'un drapeau d'échouage sont lancés. Brest est prévenu, la flotte présente aussi. Le navire prend l'eau progressivement et s'incline. L'espoir que la future marée haute remette à l'eau le Duguesclin est vain. Les ordres d'allègement sont tardifs. Les navires de secours Souffleur, Elorn, Porteur, Marabout... participent au sauvetage mais ne disposent pas de pompes.

Le lendemain, le contre-amiral Pâris fait mouiller son vaisseau l'Algésiras à proximité du Duguesclin et constate que ce dernier est perdu. Le 3 janvier 1860, l'ordre de démolition est donné. La machinerie récupérée équipe le Jean Bart. Durant 6 mois, des marins allègent l'épave. Ce dernier est enfin remorqué le 17 juillet vers Laninon (Brest) pour être déconstruit.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

Mathurin Méheut peintre créateur d'images remarquables.
Les arbres salés qui penchent.
Eco-pâturage ou écopastoralisme une solution écologique pour l'entretien des friches.
Canots, vedettes en bois des dromes allemandes en Rade de Brest.
Le granit rose nomade de la mer d'Iroise.
Moulins à vent de Lanvéoc.
Erosion karstique du calcaire.
Le chantier naval Belbeoc'h Tertu au Fret.
L'histoire du sillon du Fret.
Le vice-amiral Fournier promet la victoire contre les Anglais.
L'ampélite, la pierre noire de Bretagne.
Ruée vers l'or : une mine d'or à portée de main.
Eugène Villon aquarelliste
Une graine de poilu de Camaret.
Le pont Saint Drigent
Le pont à voûtains de Perros-Poullouguen.
La cotriade de survie pour les sardiniers.
Une batterie lourde devenue légère, la batterie du Stiff.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite