L'île aux Morts et l'île Trébéron

Vestiges actuels de la poudrière de 1000m² pour un stockage de 250 tonnes. Chaque bâtiment de l'île aux Morts fait 45 m de long et 22 m de large.

Vestiges actuels du lazaret de l'île Trébéron.

Latrines Est.

Les latrines sous le lierre, une façon de limiter les contagions par les excréments. La cale au niveau de l'eau recevait les militaires en quarantaine que l'on faisait se déshabiller immédiatement avant qu'ils ne se brossent mutuellement à la paille, puis rincer à l'eau de mer. La maison en premier plan est l'étuve dans laquelle on faisait bouillir les vêtements que les soldats nus attendaient avec impatience sur la cale. Le seconde petite maison était un poste sanitaire occupé par les médecins à qui revenait la tâche de diagnostiquer une fièvre. Derrière, les vestiges du mur séparatif qui délimitait les zones de quarantaine. L'étuve deviendra la maison du gardien quand le site sera désaffecté et ceci jusqu'en 1960. Ensuite c'est l'abandon définitif.

La cale du lazaret de Trébéron. Au centre gauche, les latrines. Au centre droit le mur de séparation entre les malades et les valides. La cale par laquelle arrivait les marins en quarantaine et par laquelle les cadavres étaient transférés vers l'île des Morts (ancienne Petite île de Trébéron).

Les deux îles Trébéron à droite et celle des Morts à gauche, aujourd'hui.

Les îles rattachées à Rostellec (Callac / Halleg : les saules) étaient à l'origine des biens privés de la famille Provost (Seigneur de Trébéron) ayant résidé au manoir de Gouerest, puis celui de Quélern tout en étant propriétaire de celui de Trébéron.

Les équipages ayant participé à la bataille navale du cap Bévéziers le 10 juillet 1690, en Manche, contre la marine anglo-hollandaise sont hautement contagieux et séjournent en quarantaine sur l'île de Trébéron par volonté royale. Ils vivent sous des toiles de voile à même le sol. L'eau et la nourriture venaient par chaloupes ou gabares de Roscanvel. Il était préférable d'exposer la population de Roscanvel plutôt que celle de Brest qui comptait une amirauté.

En 1756, Emmanuel-Auguste Cahideuc Dubois de la Motte, officier de Marine réputé, revient avec sa flotte de L'île Royale de toute urgence. Tous ses hommes ont le typhus. Ils rentrent de la guerre contre les Anglais pour conserver le contrôle de Louisbourg, une forteresse de Nouvelle-Ecosse (Canada). Ceux-ci sont répartis sur l'île de Trébéron qui n'a pas encore de réels aménagements. La Grande île de Trébéron et la petite île de Trébéron sont propriétés de son épouse. On y campe sommairement dans des conditions épouvantables. Le typhus se répand sur la Presqu'île de Crozon et à Brest.

Au vu de la fréquentation incessante des marins atteints ayant séjourné sous les tropiques, il est enfin décidé de monter une structure adéquate. 750 bagnards arrivent à Brest en 1768, le maire s'oppose à leur entrée en ville. À cette époque, il n'y avait personne sur Trébéron, ils y furent conduits. Une centaine va y mourir. Ils seront enterrés sur l'île des morts. Le lazaret (construit en 1772 par les bagnards pour l'essentiel et dont le nom est une déformation du mot Nazareth) est un hôpital dispensaire qui accueille les marins en quarantaine. 40 jours d'isolement (en réalité 21 jours) pour être sûr qu'aucune fièvre contagieuse ne se diffusera insidieusement dans le port de Brest. Les rotations des marins sont calculées selon le nombre de personnels embarqués qui peut aller jusqu'à mille homms par navires. L'hôpital dispose de 200 places, d'une chapelle et d'une chambre de dissection en vue d'autopsies conduites par des équipes médicales.

Les marins malades mouraient et étaient enterrés sur l'île des Morts toute proche. Choléra, fièvre jaune et bien d'autres maladies étaient à craindre jusqu'à ce que la navigation coloniale décline.

Ce seront les Soeurs de la Sagesse, des religieuses, qui feront office de personnel soignant bien souvent et ceci depuis le règne de Louis XIV durant lequel, elles se sont portées volontaires pour être exposées aux pires épidémies. A Trébéron, il est dit qu'aucune soeur ne fut malade alors que certaines y passèrent de nombreuses années, voire "toute une vie".

En 1828, l'île est séparée en deux par un mur pour que les malades contagieux n'aient plus de contact avec les biens portants. Une épidémie de dysenterie sévit alors. Versant Nord les biens portants. Versant Sud les malades.

Dès 1808, l'aspect militaire entre en jeu, l'île aux Morts est devenue stratégique. La poudrière de Recouvrance à Brest côtoie des maisons d'habitation. Un tir d'artillerie ennemi et c'est tout un quartier qui disparaît. L'inquiétude est grande parce qu'une frégate anglaise, et ceci malgré le dispositif de défense du goulet, est venue narguer le port de Brest en tirant deux salves.

Une poudrière est élevée sur l'île afin de fournir le port militaire de Brest. L'occupation des sols de l'île aux Morts est telle, que dorénavant l'île de Trébéron fera office de lieu de soin et de cimetière (au Nord de l'île).

Il fut un temps où le décor sinistre de l'île fit envisager d'installer le lazaret sur l'île Longue. On y parlait alors d'aide à la guérison de l'âme (1835)...

Les dernières craintes épidémiques auront été celles des oreillons en 1908 à Brest. Le transfert au lazaret a été envisagé un temps avant que la maladie ne s'estompe d'elle-même. En 1909, le cuirassé Dévastation resense des cas de méningite, ce sera la dernière mission sanitaire.

A cette époque le lazaret est devenu un sanatorium pour les marins malades du tabac et de l'alcool ainsi que les tuberculeux. Activité interrompue (1911) lors de la première guerre mondiale.

La vocation sanitaire ne fut pas la seule, il y eut la période des prisons avec des forçats dès la fin du 18ème siècle, des déportés arabes, des communards (1871). Ces derniers étaient entassés sur des pontons et des bateaux dans les environs, ce qui déclencha des drames sanitaires.

Durant la première guerre mondiale des soldats blessés passeront leurs convalescences sur l’île de Trébéron. Ils y côtoieront un millier de prisonniers Allemands et Autrichiens jusqu'en 1919.

L’hôpital sera à nouveau opérationnel pendant la seconde guerre mondiale pour soigner des soldats alliés ou adversaires sans distinction.

Les trois poudrières de l’île aux Morts sont construites sans aucun métaux pour éviter les réactions chimiques explosives. Ce sont aussi des bagnards qui contribuèrent aux chantiers entre 1808 et 1814.

Dès 1868, ces poudrières ne sont plus d'actualité pour l'armée. Elles sont transférées à St Nicolas en Guipavas bénéficiant ainsi des voies ferrées. La puissance des canons a évolué tellement que la poudrière peut subir un tir provenant de l'anse de Camaret et exploser en privant ainsi l'escadre de Brest de ses poudres.

L'armée allemande stockera des munitions sur l'île aux Morts au cours de le Seconde Guerre Mondiale et s'en servira aussi comme prison pour des civils. Certains parlent de torpilles en particulier ceci d'autant que la base sous-marine de Brest en réclamait un grand nombre.

Le Manoir de Trébéron de la famille Provost pourrait être à l'origine des noms des îles Trébéron. Dernier détail, ces îles ont été aussi des carrières de microgranite pour la production de pavés employés sur des chaussées militaires.



A la une :

L'histoire du boulet en presqu'île de Crozon.
Herbiers de zostères - prairie sous-marine.
L'érosion de la côte argileuse.
La crevette bouquet français.
Une nouvelle baleine morte au Kerloc'h.
Le sémaphore du Toulinguet c'est fini !
L'histoire du presbytère de Roscanvel.
Le street-art in Crozon !
La confiserie Landié sur les quais de Morgat, une institution.
Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel.
De la meurtrière au créneau de tir.
Quelle est l'origine du toponyme Rocher Lieval de Roscanvel ?
Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure.
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019