Photos de l'océan sous la tempête

L'océan sous la tempête. (1)

Par temps calme, les vagues se constituent proche du rivage. Quand la tempête se déchaîne ce sont tous les éléments qui semblent semer le chaos. Les vagues proviennent de l’horizon, elles ne sont pas forcément creuses mais assurément blanches d’écume… L’océan redeviendra paisible dans les heures à venir mais pour l’instant, il s’agite avec arrogance, son bleu devient profond et sombre comme une âme en peine.

Comme une charge de cavalerie,
dans un alignement menaçant,
l'océan déferle à lavitesse des chevaux au galop.

Les vagues sont moins compulsives
et semblent trainer jusqu'à l'épuisement.
L'océan revient à de meilleurs sentiments...

Il est 16 h, un mois de décembre sous un vent de 120 km/h. Le soleil est couleur mer pâle.

Quand vous pensez tempête en mer, vous pensez vagues gigantesques, déferlantes infernales... Ce n'est pas toujours le cas ! Une tempête peut revêtir un tout autre visage. Une mer moutonneuse ou neigeuse sans grandes vagues mais d'une blancheur inhabituelle. Le plus spectaculaire est la lumière étrange et blanchâtre comme celle d'une éclipse partielle. L'air est saturé de fines gouttes d'eau de mer. L'océan s'envole  ! Vous avez du mal à tenir debout... A l'instant de cette photo, non loin de là, un marin russe d'un cargo tombait à la mer...

Il est 16h30. Le vent s'intensifie, la cadence des rafales augmente. Une giffle toutes les 15 secondes environ.

Il est 17h la nuit tombe. Vent "permanent" à plus de 120 km/h. Une vague de 5 m arrive sur le rivage.

La nuit vient vite, l'atmosphère est d'un gris verdâtre de plus en plus sombre. Les promeneurs sont recouverts d'embruns qui détrempent les vêtements les plus imperméables. Impossible de se tenir debout, il faut marcher, propulsé par un vent dans le dos. N'espérez plus aller là où vous voulez aller, vous prenez la direction du vent. Vous profitez d'une seconde d’accalmie pour rectifier votre trajectoire.

Toutes les tempêtes ne se ressemblent pas, certaines paraissent anodines, elles n'en sont que plus dangereuses.

Cette vague gigantesque en arrière plan est accompagnée par un vent de 90 km/h. A cette vitesse, les bretons ne parlent pas de tempête mais de coup de vent.

Mer apparemment peu agitée, cette photo ne vous dit pas que le vent est à 130 km/h . Les embruns ressemblent à un brouillard. Postolonec, une plage pour amoureux des tempêtes. A l'instant de cette photo, à Camaret, Pointe de Toulinguet, à quelques km de là, une rafale de la tempête Ulla a été enregistrée à 159,3 km/h. Le vent vous coupe la respiration si votre visage est face à la mer. Le simple fait de rester debout est épuisant.

Cette vague anodine va se briser dans 15 secondes sur le rivage et donner la gerbe d'eau ci-dessous.

Les deux badauds sur la gauche de la photo vous donnent une idée de la hauteur de la vague. Celle-ci va retomber sur elle-même et repartir vers la mer en créant un resac qui va décupler la violence de la vague suivante.

Une vague deux fois plus haute que la précédente... La maison paraît bien petite derrière.

Marcher ou rouler sur de l'eau de mer en mouvement peut vous ramener à l'océan sans votre consentement, à vous de voir...

Les vagues bleues de la plage de la Palue.

Les vagues de la plage du Goulien.



• Les vagues noires

• La mer toute dorée

• La mer émeraude ou céladon

• Mer d'huile

• Océan sous la tempête



A la une :

Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019