Rideau breton au crochet

Le rideau à fils tendus.

Le brise-bise.

Parfois appelé rideau celte, rideau irlandais, le rideau breton provient sans-doute d'un savoir-faire ancien des îles britanniques. Cependant, les maisons bretonnes des pêcheurs ne disposent pas de rideaux jusqu'au début du 20ème siècle parce que cela coûte. La plupart des familles, et tout particulièrement les femmes, connaissent la broderie au crochet pour la confection des coiffes de cérémonie – mariage – communion, afin de marquer son rang social. Cependant, garnir ses minuscules fenêtres de rideaux est jugé superfétatoire et semble obscurcir davantage une pièce de vie unique déjà sombre.

Il faudra que la crise sardinière mette à mal les foyers et ceci jusqu'à la famine pour que les femmes cherchent à diversifier les revenus du couple afin de subvenir à leurs besoins vitaux. Le métier de dentellière est un métier qui représente un espoir et qui correspond à l'essor du tourisme nouveau et de la construction des villas de villégiature qui accueillent des familles aisées qui recherchent des décorations typiques à leurs demeures luxueuses. Ainsi, de fil en aiguille, la broderie décorative devient une ressource pour les Crozonnaises comme dans bien des villages bretons. Chaque village, chaque île bretonne, développe un style de broderie d'art de sorte que les techniques, les points au crochet, créent une identité propre... Un style à Ouessant, à Belle-île, à Groix... et Crozon qui fabriquait ses premiers rideaux brise-bises avec des nœuds façon filet de pêche. Puis la créativité aidant, les motifs devinrent plus variés jusqu'à ce que le rideau en macramé, entre autres, soit une production mécanique industrielle. Dès lors, progressivement, les mères ne jugèrent pas utile d'enseigner à leurs filles l'art de la broderie. L'exode rural aidant, l'attrait des villes était incompatible avec le travail du coton, du lin... Le métier de dentellière disparut presque intégralement. La broderie de loisir maintient quelques enseignements.

Le travail de la laine est par contre un ouvrage de survie pour la confection de vêtements chauds, chaussettes et bas de laine indispensables. Chaque famille à ses tricoteuses, voire ses fileuses grâce à l'élevage de moutons dans les landes.

Maison bretonne

Penty à vendre

Maison sur dépendance

Maison traditionnelle bretonne

Rideau breton

Volets portes clôtures bleus



A la une :

Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021