La première cale du Fret dite de haute-mer

Les rochers et les perches du musoir appartiennent à la seconde cale.

C'est assez rapidement que le plan de l'ingénieur Tourbiez est mis en chantier pour enfin construire une cale au port du Fret qui de tout évidence connaît une effervescence croissante : pêches – transports des biens et des personnes.

A la fin de l'été 1844, cette cale achevée, mise en chantier par Alexandre Péres de Camaret, facilite les déchargements des bateaux. Il semblerait malheureusement que les choix techniques, autant l'orientation de la cale que son étendue n'aient pas fait l'objet d'une grande anticipation puisque cette disposition sera impraticable avec l'allongement progressif des navires qui y accostent. Les forts coefficients de marée mettent la cale à sec. La seconde cale palliera à tous ces inconvénients.

Quoiqu'il en soit, l'édifice original est tout de même amélioré en 1962 sans pour autant tout corriger.

La cale - embarcadère de la Roche-Noire du Fret

Juste à la fin de la mise en chantier des quais du port, on en profite pour aménager un chemin dans les rochers à la pointe du Fret en 1863 pour compenser les insuffisances de la première cale du Fret. La commune de Crozon dont dépend le port du Fret, espère ainsi accueillir les vapeurs de voyageurs... Des touristes Brestois pour la plupart.

L'aménagement spartiate n'est pas du goût de la Compagnie Générale des Paquebots à Vapeur Fluviaux et Maritimes qui est la société exploitante des traversées de la rade de Brest pour le Fret. Les travaux reprennent pour enfin obtenir un débarcadère digne de ce nom. En 1865, désormais praticable, bien élevé, l'embarcadère de la Roche-Noire attire d'autres compagnies maritimes telles que la Compagnie Aristide Vincent (ancien maire de Landévennec) avec ses trois vapeurs le « Ville de Brest », le « Ville de Landerneau » et le « Hubert Delisle » et la Compagnie Penhors avec ses deux vapeurs l' « Utile 2 » et « Le Scorff » qui assurent des liaisons fréquentes.

Un trafic de personnes et de marchandises en constante évolution jusqu'à la première guerre mondiale. 5700 tonnes de marchandises débarquées et 120000 passagers en transit en 1911. La guerre, la création de la ligne de chemin de fer, le pont de Térénez (1925) concourent à la fin d'un cycle économique remarquable. Toutes les marchandises, ou presque, utiles aux presqu'îliens viendront par le fer, puis la route...

Le dernier espoir vient de la pêche, la flottille des coquilliers qui va écumer la rade a encore besoin d'un accostage de qualité. A cet effet l'embarcadère est reconstruit de 1927 à 1932 dans un climat houleux car les aménagements portuaires de la pêche peuvent être sensiblement distincts des aménagements nécessaires au tourisme, les esprits s'échauffent.

Aujourd'hui la cale dite aussi de basse-mer (utile à marée basse) accueille les passagers du transrade comme au bon vieux temps.

L'appellation les Roches-Noires existe aussi dans les anciens ouvrages. Quoi qu'il en soit les rochers sombres de schiste du port semblent être à l'origine de ce toponyme.

Le Fret vu de la cale des Roches-Noires.

Le port du Fret à découvrir

Hôtel de la Terrasse au Fret

Les cales du Fret

Chantiers navals du Fret

Quais du Fret

Chapelle du père Benoît

Calvaire St Gildas

L'Harmattan

Maison Ursule

Moulin à marée

Etang du Fret

Liaison maritime le Fret - Brest

Villas de villégiature et maisons de notables

Le temps des locations au Fret pour les pêcheurs de coquilles

Le débit de boissons du Fret

Entreprise de gros

La poste du Fret

Gare du Fret

Zone basse de submersion

Quartier sanitaire WW2

Grésillon

Moulins

Pistes cyclables

Jeanne de Navarre



A la une :

Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021