Arc triomphal - Arc monumental de l'enclos paroissial

L'Arc de Triomphe d'Argol ouvre sur le cimetière et son église. Ce monument en arcades daterait de 1659 et fut restauré en 1906. Le supposé roi Gradlon, au-dessus du cintre central, est une statue rapportée dont l'origine est inconnue. Sa datation est du 15ème siècle. Derrière cette statue, le blason des abbés Pierre et Jacques Tanguy qui eurent la gestion de Landévennec et Crozon au 17ème siècle est donc un ajout. Au faîte, la représentation des protecteurs d'Argol Saint Pierre et Saint Clément dos à dos.

Les Bretons appelaient autrefois l'arc "Porch ar maro", la porte de la mort car au delà, le cimetière et les affaires avec Dieu inquiétaient. La porte monumentale est classée depuis le 12 novembre 1914.

La statue du chevalier d'Argol n'est peut-être pas celle du roi Gradlon

L'occupation romaine s'est achevée par une dissolution de l'armée sur place qui s'est intégrée à la population civile gauloise. Les rites païens se sont mêlés aux croyances romaines qui elles-mêmes ont été remises en cause par le tout nouveau rayonnement chrétien. Néanmoins le christianisme n'est connu que d'une élite et ceci avec parcimonie. Les légendes du roi Gradlon dont les ascendances seraient irlandaises vont faciliter la transition entre le paganisme et la chrétienté.

Dans la mythologie bretonne, le roi Gradlon – Gralon – Grallon est l'image même du seigneur guerrier, violent, conquérant qui applique sa propre justice sinon par le sang, du moins par la violence. Ce monarque légendaire d'Armorique (Finistère Sud approximativement) rencontre des ermites, dans les bois et les grottes, qui sont l'expression du pacifisme, de la culture et de la religiosité envers un dieu unique. Ainsi le monde de Gradlon doit laisser place au rayonnement de ces moines faiseurs de miracles (selon les récits et les contes) qui met un terme à la sorcellerie qui ne saurait être la volonté de Dieu. Ces hommes souvent venus des Iles Britanniques, fils de nobles familles, expliquent à la population qu'il n'est plus temps de croire aux sources magiques, aux chênes protecteurs, et qu'un dieu leur apporte le réconfort si ce n'est terrestre, une fois la mort venue, le paradis céleste leur serait acquis. Ces conceptions nouvelles ne satisfont pas complètement les gallos-romains. Ils conserveront une part de superstition en y juxtaposant leur croyance en Dieu.

La légende de la ville d'Ys, luxueuse et débauchée, submergée par les eaux démontées et dont en réchappe Gradlon grâce à Guénolé (fondateur de l'abbaye de Landévennec), explique pourquoi le roi s'est converti au catholicisme. Si un roi aussi puissant s'est laissé enchanter en quittant la superficialité, le paysan et le pêcheur doivent suivre ce chemin de grâce en abandonnant leurs tourments inavouables.

Certains textes religieux qualifient le roi de tyran. Dans ce cas, l'église représente la victoire du bien divin irrésistible sur le mal absolu démoniaque ou tyrannique. Dorénavant, cette mixité sociétale entre le clergé et la noblesse convertie assoit les fondements de la société féodale dont les privilèges dureront jusqu'à la révolution de 1789.

L'église bienveillante a entretenu le mythe de Gradlon afin de conforter sa légitimité acceptée des rois... Saint Corentin, encore moine, avait prêté asile au roi égaré lors d'une chasse, ce dernier en remerciement, l'avait promu premier évêque de Cornouaille. L'évêque avait recommandé à ce que le roi facilite l'installation de Guénolé à Landévennec en cédant des terres pour permettre la survie de la communauté religieuse.

L'usage d'une statue d'un chevalier assimilée au roi Gradlon au-dessus du cintre de l'Arc de Triomphe de l'enclos paroissial d'Argol symbolisant la porte qui sépare l'enfer de la maison de Dieu, perpétue l'usage doctrinaire de ce monarque légendaire. L'église d'Argol est une élévation décidée par le monastère de Landévennec, lui-même permise par Gradlon. Que ce fut la population qui vit en cette statuette le roi Gradlon ou l'autorité religieuse qui en communiqua l'apparente évidence, l'idée étant plaisante, elle fut promue au delà de toute espérance.

Dans les faits cette statue provient d'un calvaire ou d'une sépulture d'on ne sait où. En Finistère, il existe encore aujourd'hui quelques guerriers en kersanton similaires à celui-ci. Son identification n'est sans doute plus possible, pas même la désignation du costume qu'il porte. Le chevalier a perdu son bras droit qui pour être abîmé de la sorte devait porter une lance, un étendard, un bouclier blasonné qui eut pu aider à sa connaissance.

La palais de Gradlon était à Quimper, son autre palais se situait en la ville d'Ys – Is située dans l'actuelle baie de Douarnenez.

Mur de l'enclos paroissial.

Colonie de vacances de Cameros

Four à pain communal

Arc triomphal du roi Gradlon

Ossuaire

Eglise

Presbytère

Calvaires

Statue de Gradlon - Morvac'h

Fontaines d'Argol

Menhirs dolmens

Maison de santé

Ecoles d'Argol



A la une :

Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
L'histoire des écoles d'Argol.
La balise de Basse Vieille dans l'herbe.
La maison traditionnelle : le penty.
Les architectes qui ont compté.
La visite de Rommel.
L'ancienne poste de Morgat.
Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance
L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
La trace d'un petit commerce d'alimentation.
L'école de Saint Hernot - Maison des Minéraux.
L'abri du champ de tir de l'Anse de Dinan de l'armée : le mystère est complet.
L'histoire de la gestion de la forêt domaniale de Landévennec, ce n'était vraiment pas écolo !
L'effondrement de la falaise, un destin écrit d'avance.
Le statut des femmes lu sur les pierres tombales.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019