Arc triomphal - Arc monumental de l'enclos paroissial

L'Arc de Triomphe d'Argol ouvre sur le cimetière et son église. Ce monument en arcades daterait de 1659 et fut restauré en 1906. Le supposé roi Gradlon, au-dessus du cintre central, est une statue rapportée dont l'origine est inconnue. Sa datation est du 15ème siècle. Derrière cette statue, le blason des abbés Pierre et Jacques Tanguy qui eurent la gestion de Landévennec et Crozon au 17ème siècle est donc un ajout. Au faîte, la représentation des protecteurs d'Argol Saint Pierre et Saint Clément dos à dos.

Les Bretons appelaient autrefois l'arc "Porch ar maro", la porte de la mort car au delà, le cimetière et les affaires avec Dieu inquiétaient. La porte monumentale est classée depuis le 12 novembre 1914.

La statue du chevalier d'Argol n'est peut-être pas celle du roi Gradlon

L'occupation romaine s'est achevée par une dissolution de l'armée sur place qui s'est intégrée à la population civile gauloise. Les rites païens se sont mêlés aux croyances romaines qui elles-mêmes ont été remises en cause par le tout nouveau rayonnement chrétien. Néanmoins le christianisme n'est connu que d'une élite et ceci avec parcimonie. Les légendes du roi Gradlon dont les ascendances seraient irlandaises vont faciliter la transition entre le paganisme et la chrétienté.

Dans la mythologie bretonne, le roi Gradlon – Gralon – Grallon est l'image même du seigneur guerrier, violent, conquérant qui applique sa propre justice sinon par le sang, du moins par la violence. Ce monarque légendaire d'Armorique (Finistère Sud approximativement) rencontre des ermites, dans les bois et les grottes, qui sont l'expression du pacifisme, de la culture et de la religiosité envers un dieu unique. Ainsi le monde de Gradlon doit laisser place au rayonnement de ces moines faiseurs de miracles (selon les récits et les contes) qui met un terme à la sorcellerie qui ne saurait être la volonté de Dieu. Ces hommes souvent venus des Iles Britanniques, fils de nobles familles, expliquent à la population qu'il n'est plus temps de croire aux sources magiques, aux chênes protecteurs, et qu'un dieu leur apporte le réconfort si ce n'est terrestre, une fois la mort venue, le paradis céleste leur serait acquis. Ces conceptions nouvelles ne satisfont pas complètement les gallos-romains. Ils conserveront une part de superstition en y juxtaposant leur croyance en Dieu.

La légende de la ville d'Ys, luxueuse et débauchée, submergée par les eaux démontées et dont en réchappe Gradlon grâce à Guénolé (fondateur de l'abbaye de Landévennec), explique pourquoi le roi s'est converti au catholicisme. Si un roi aussi puissant s'est laissé enchanter en quittant la superficialité, le paysan et le pêcheur doivent suivre ce chemin de grâce en abandonnant leurs tourments inavouables.

Certains textes religieux qualifient le roi de tyran. Dans ce cas, l'église représente la victoire du bien divin irrésistible sur le mal absolu démoniaque ou tyrannique. Dorénavant, cette mixité sociétale entre le clergé et la noblesse convertie assoit les fondements de la société féodale dont les privilèges dureront jusqu'à la révolution de 1789.

L'église bienveillante a entretenu le mythe de Gradlon afin de conforter sa légitimité acceptée des rois... Saint Corentin, encore moine, avait prêté asile au roi égaré lors d'une chasse, ce dernier en remerciement, l'avait promu premier évêque de Cornouaille. L'évêque avait recommandé à ce que le roi facilite l'installation de Guénolé à Landévennec en cédant des terres pour permettre la survie de la communauté religieuse.

L'usage d'une statue d'un chevalier assimilée au roi Gradlon au-dessus du cintre de l'Arc de Triomphe de l'enclos paroissial d'Argol symbolisant la porte qui sépare l'enfer de la maison de Dieu, perpétue l'usage doctrinaire de ce monarque légendaire. L'église d'Argol est une élévation décidée par le monastère de Landévennec, lui-même permise par Gradlon. Que ce fut la population qui vit en cette statuette le roi Gradlon ou l'autorité religieuse qui en communiqua l'apparente évidence, l'idée étant plaisante, elle fut promue au delà de toute espérance.

Dans les faits cette statue provient d'un calvaire ou d'une sépulture d'on ne sait où. En Finistère, il existe encore aujourd'hui quelques guerriers en kersanton similaires à celui-ci. Son identification n'est sans doute plus possible, pas même la désignation du costume qu'il porte. Le chevalier a perdu son bras droit qui pour être abîmé de la sorte devait porter une lance, un étendard, un bouclier blasonné qui eut pu aider à sa connaissance.

La palais de Gradlon était à Quimper, son autre palais se situait en la ville d'Ys – Is située dans l'actuelle baie de Douarnenez.

Mur de l'enclos paroissial.

Colonie de vacances de Cameros

Four à pain communal

Arc triomphal du roi Gradlon

Ossuaire

Eglise

Presbytère

Calvaires

Statue de Gradlon - Morvac'h

Fontaines d'Argol

Menhirs dolmens

Maison de santé

Ecoles d'Argol



A la une :

Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Pêche.
Le port du Fret.





°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°

Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021