Les grands gravelots de la plage de Morgat en forme grâce à la Covid-19

En 2021, le Grand Gravelot est encore présent sur la plage de Morgat mais l'absence de confinement humain, pourrait perturber la nidification.

Lors du premier confinement de la population française le 17 mars 2020 à 12h, suite à la pandémie de la Covid-19, l'accès aux plages fut complètement interdit pendant 55 jours sur le territoire français. 55 jours de calme absolu pour la zone littorale. Profitant de la quiétude des lieux, un couple de Grand Gravelot – Charadrius hiaticula – décida de nicher sur la plage de Morgat pensant sans doute que l'espèce humaine s'était subitement volatilisée. Le Grand Gravelot est une espèce en danger à cause de la présence humaine trop intense sur son lieu de vie : le bord de mer. En 2020, il était comptabilisé 200 couples en France seulement, dont 70 en Bretagne mais uniquement sur l'île de Sein et l'île de Molène, là où il subsiste une relative tranquillité. Cet oiseau a cette manie de nicher sur le sable entre les galets sans faire d'aménagement particulier et cela en haut des plages au pied des dunes... Surnommé Gégé et Gégette par la population de la presqu'île de Crozon, le couple d'amoureux a sans doute confondu une plage hautement touristique avec une proximité de dune sauvage. L'absence de bipèdes orchestra la confusion mais avant tout l'aspect dunaire de la plage de Morgat contribua à l'égarement. Une légère altitude grandissant chaque année permet à la végétation maritime de s'implanter évitant ainsi la baignade aux marées hautes. L'enchainement de circonstances mena le couple à une première ponte qui aurait échoué mais fort heureusement une seconde datée du 13 ou 14 juin fut splendide puisque 4 poussins nidifuges - "cavaleurs" dès leur naissance - furent bien nés le 3 juillet environ. Quatre petites boules de duvet "gris galet" qui se mirent à voler 24 jours plus tard comme le timing de leur évolution le leur ordonne.

L'habitat sommaire de l'oiseau, ses œufs gris mouchetés ressemblants à de petits galets jusqu'à s'y méprendre, les bambins baladeurs, tout concourut à ce qu'une clôture fut installée sur la plage sur un large espace afin d'instaurer des distances sociales entre les oiseaux et les hommes. Cette nidification frondeuse étant rare, le Grand Gravelot stressant très facilement, les autorités locales ont planté des piquets, tendu des fils et accroché des pancartes informatives. La trêve territoriale était prometteuse jusqu'à ce que dans la nuit du 7 au 8 juillet, ce cordon sanitaire bienfaisant soit détruit par des hominidés enragés sans doute privés de liberté de circulation. Le Parc naturel marin d’Iroise engagea immédiatement une procédure judiciaire pour perturbation intentionnelle d’espèce protégée. Les gendarmes en furent saisis !

L'exclos devait être démonté le 2 novembre 2020 sachant qu'une fois les petiots autonomes, chacun s'envole vers sa destinée en quittant la zone de nidification pour ne pas y revenir avant le printemps suivant si le calme le permet. Oui mais voilà qu'une autre incongruité survint, et ceci sans nulle doute possible dans le cadre d'un regroupement familial de belle envergure, le 15 et 16 septembre, il fut compté 35 gravelots utilisant la zone protégée comme reposoir, c'est à dire au titre de plage de détente où il fait bon prendre le temps de vivre. Une sorte de zone touristique volatile. Pleine d'empathie, les autorités locales décidèrent de laisser la clôture en place pour réduire les intrusions humaines et canines dans le camp de vacances. Dès lors il n'était pas rare de voir des vols agités de gravelots quand les promeneurs s'agglutinaient à proximité de la plage privée. La cohabitation semblait incertaine voire improbable quand un nouveau miracle se produisit : un second confinement de population fut ordonné le vendredi 30 octobre à la grande joie des gravelots qui allaient désormais côtoyer un petit quota de Morgatois distants de moins d'1 km, ce qui réduisait le champ des possibles visiteurs et le nombre d'intrus.

Sachant que le cordon de galets et quelques végétaux littoraux sont protégés jusqu'aux profondeurs des institutions européennes, sachant que certaines plantes protégées au niveau régional telles que la Renouée maritime – Polygonum maritimum – présentes sur le site depuis 2010, constituent les autres facteurs environnementaux de cette parcelle de plage touristique nouvellement devenue écosystème, les promoteurs du béton digue pour la protection du port de Morgat contre l'ensablement risquent d'être à l'épreuve d'une énième contrariété, les touristes en quête d'un espace infini de déplacement sur la plage de la station balnéaire risquent de trouver le gravelot effronté et empêcheur de poser serviette en été.

Il n'y a pas si longtemps, la plage de Morgat faisait l'objet de promesses d'aménagements touristiques douches publiques comprises, une riviera bretonne; en 2020, le virage à vive allure s'orientait vers une protection environnementale grâce à la Covid-19. Le virus écologique allait-il contaminer les décideurs, ou la pression touristique allait-elle expulser les gravelots juste avant qu'une grande marée n'effaça toute trace de vie sur la plage/grève de Morgat. Une plage qui poursuivra de toutes les manières son inexorable ensablement aux coûts d'entretien dispendieux et toujours insuffisants...

Les gravelots firent parler d'eux dans toute la presse nationale comme on ne parla jamais avec autant de ferveur de la cause naturelle en confrontation avec les modalités d'un tourisme préjudiciable. Merci à Gégé et à Gégette, tenez bon tant que vous le pourrez ! La cohabitation entre vous et nous est-elle possible ? A vous de nous donner une bonne leçon de vie partagée, car par nous-mêmes nous ne parvenons à rien de concret et durable.



L'environnement dans tous ses états

Les carrières de sable de Kersiguenou

Les gravelots et la Covid-19

La dégradation des plastiques

Les microplastiques

Panneaux polluants pour défendre l'environnement

Les objets de consommation de la mer

Poêle à charbon 1930

Pour ou contre les poubelles de plage

Bac à marée

Eaux de ruissellement

Plomb dans la Rade

Qualité des eaux de la Rade de Brest

Stockage des déchets inertes

Ferme solaire photovoltaïque

L'assainissement sous surveillance préfectorale

La surveillance des égouts

Antenne relais et environnement

Les terriers des dunes

Zones basses littorales - submersions marines - inondations



A la une :

La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Déploiement de la fibre optique en presqu'île de Crozon.
L'Otiorhynque : le malheur du jardinier.
La reine Margherita à Morgat, celle qui porte le nom de la fameuse pizza !
Les femmes et enfants réfugiés Républicains Espagnols à la caserne Sourdis. Une histoire d'humanité.
La fin des chasseurs de mines type tripartite CMT.
La difficile entente entre une antenne relais et son environnement.
Navire transporteur de structures offshores SEAJACKS SCYLLA.
L'essai du sous-marin Nautilus de Robert Fulton.
Des volets rouges, un tournage de film sur la montagne de Camaret...
Station radio allemande à Tal ar Groas Kervenguy.
Du temps où le Menez Gorre était un mont haut.
Station d'écoute aérienne de Messibioc en Lanvéoc.
Le temps est passé et pourtant, mourir en vacances. Fait divers tragique.
L'algue Laminaire transporteuse de galets.
Mourir de la guerre, après guerre : Gaston Beven Pilote Aviateur
Les ragondins sont-ils de Gauche.
Une ferme solaire en presqu'île de Crozon.
Rue : Georges Ancey, toute une époque révolue.
Comment se forme une flaque (dépression) d'eau de mer sur la plage ?
Brise-lames utilité et fonctionnement.
Resencement : ça baisse !!!
Une baisse de la population à cause du sable marin.
Comment meurent les oiseaux ?
Panneaux et affichages variés des polluants pour défendre l'environnement.
Le vol d'une légende : une Alouette dans le ciel de la presqu'île de Crozon.
Marcel Clédic, le dernier résistant Finistérien ayant participé à la libération de la presqu'île de Crozon s'est éteint.
L'almanach : le big data d'antan.
Jim E Sévellec peintre céramiste.
Evolution de l'urbanisme en Crozon : de la conserverie Péron à l'habitat social.
Les légions étrangères allemandes en Crozon
La tempête Bella provoque une tempête d'écume de mer.
Monique Keraudren & Gérard Aymonin botanistes.
La batterie de DCA française de Kerguiridic.
Planches de bois découvrantes à la plage de l'Aber Est.
Pen ar Vir en Lanvéoc une position de d'écoute et de projecteur de la DCA française avant 1940.
Référendum d'initiative partagée court-circuité !
Le manoir disparu de Keroumen.
Batterie antiaérienne de Trébéron Cr354.
Différence entre éboulement et écroulement.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
E-book - livre numérique gratuit.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020