Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal

Ici repose Henriette Antoinette
Rideau
Peintre de fleurs distingué,
Epouse de Mery Vincent, Architecte
née à Brest le 29 mai 1786
décédée à Landévennec le 6 juin 1834
Emportant les vifs et bien sincères regrets
de ses amis, de ses parents et de ses enfants
qui pleurent toujours en elle
la meilleure la plus tendre des mères

Henriette Antoinette Rideau du Sal est issue d'une famille brestoise très aisée liée à la franc maçonnerie. Elle épouse en 1803, un élève de son père. Ambroise-Méry Vincent est un des fils d'une famille parisienne ruinée par la révolution qui migre à Brest pour refaire fortune loin des turpitudes. Plus-tard, le couple trouve place dans les hautes sphères parisiennes grâce aux connaissances des Rideau du Sal. Lors de l'une des affectations de son mari en tant qu'architecte des jardins du château de la Malmaison occupé par l'Impératrice Joséphine et l'Empereur Napoléon, par le truchement de rencontres artistiques fortuites, Mme Vincent découvre la peinture au travers des fleurs et des fruits du jardin conçu par son époux. Elle devient une experte reconnue. Une rumeur laisse penser qu'elle aurait initié l'impératrice à l'aquarelle... Lasse de la vie parisienne et des contraintes des salons mondains, elle s'en retourne à Landévennec vivre dans une dépendance de l'abbaye en ruines acquise par Ambroise-Méry Vincent lors d'une faillite du précédent propriétaire. Elle y meurt soudainement.

Pour représenter l'importance du parcours de Mme Vincent, nom d'artiste souhaité par la peintre Henriette Antoinette Rideau du Sal, il faut se souvenir qu'aux femmes, avant la révolution, apprendre à peindre était interdit sous peine d'une mise à l'écart de la société. Les quelques femmes qui se risquèrent dans la profession fréquentèrent, les caves, les endroits à part en toute clandestinité pour exercer un art masculin. Le fait que Madame Vincent ait pu ouvertement être enseignée au grand jour par deux professeurs masculins successifs est en soit révolutionnaire. Certes des peintres féminins de cour, telle que Mme Vigée Le Brun, ont une une reconnaissance mémorable mais bénéficient d'un silence assourdissant sur leurs temps de formation. Toutes les peintures n'étaient pas accessibles aux femmes, les fleurs ne prêtaient pas à la critique, Mme Vincent y excella.

De Mme Vincent, subsiste le vestige d'une pierre tombale dans le cimetière de Landévennec et 5 exemplaires, de par le monde, du livre de représentations botaniques d'une artiste minutieuse.

Ici repose
Henriette Lasthénie Vincent
décédée le 7 mai 1843 âgée de 4ans ½
Que sa précoce et rare organisation rend l'objet des éternels
regrets de ses infortunés parents et tous ceux qui l'ont connue
Passants jetez une fleur sur sa tombe

La dalle funéraire de schiste de Mme Vincent, contre l'église de Landévennec. En premier plan, la sépulture de sa petite fille. L'un des fils de Mme Vincent, Aristide, fut maire de Landévennec et eut à son tour une fille morte prématurément des suites d'une insolation. La famille Vincent, éprouvée, quitte définitivement Landévennec en 1874 pour ne plus jamais y revenir... Le temps des entreprises familiales en Roscanvel, fours à chaux et briqueteries, était lui aussi achevé. Témoignage d'un descendant de la famille Vincent. L'arrière petit-fils de Mme Vincent se fit un nom en tant qu'illustrateur : Eugène Hervé Vincent.

Abbaye St Guénolé

Abbaye nouvelle

Eglise ND de Landévennec

Chapelle ND du Folgoat

Fontaine du Folgoat

Calvaires

Albert Cortellari

Aménagement du jardin

Cale et passage de Penforn

Cimetière de bateaux

Docteur Bavay

Flèche sillon du Pâl

Henriette Antoinette Rideau Vincent

Hôtel Beauséjour

Magasins - anciens petits commerces

La maison Reine Meunier

Maison Abbatiale

Moulin à marée

Port Maria

Repos de la Côte

Rue Crève-Coeur

Rue du Pâl

Sculpture bronze moderne

Villa Crouan Farge

Yann Landevenneg

Les écoles mixtes

Menhirs dolmens

Salle polyvalente

Forêt domaniale de Landévennec

Inscriptions latines sur la pierre tombale du recteur



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021