L'histoire de Luzéoc bien avant Telgruc

Le temps d'une villae, puis le temps d'une chapelle, sur les hauteurs de Luzéoc, toute une histoire !

Les pentes de Luzéoc vers la mer sont des terres cultivables ensoleillées, bordées de ruisseaux. Les Romains aimaient les beaux panoramas sur le Cap de la Chèvre.

Le moulin de Luzéoc appartient à une économie du 19ème siècle.

L'empire romain des Gaules est établi en 52 av Jésus-Christ (-52). La presqu'île de Crozon est un territoire de camps avancés romains dont le casernement principal est à Carhaix. Les militaires Romains se mêlent progressivement à la population locale qui y trouve un soutien économique plus qu'utile tant la pauvreté est grande. La colonisation est inexorable et les militaires redeviennent libres de leurs engagements envers Rome après vingt ou trente ans de service. Ils s'installent dans le pays où ils ont fondé leurs familles. Les plus entreprenants d'entre-eux parviennent à se faire construire une villa. Une villa est certes un vaste lieu d'habitation en pierres avec des termes, des cours intérieures, de grandes pièces décorées peintes, dallées... Mais il y a aussi les hangars à grains sur pilotis, les forges éventuellement et plus encore, l'habitat des nombreux serviteurs à l'écart. Une villae (nom gallo-romain) est une vaste propriété terrienne aux allures de village. Il en fut bâti une sur les hauteurs de Luzéoc qui fut le centre économique local et dont toute une population gallo-romaine dépendait.

L'extension de ces villaes s'étale sur le premier et surtout deuxième siècle de notre ère (0 à 199 après Jésus-Christ). Au 3ème siècle, l'empire romain est infiltré par différentes tribus partout sur ses frontières avec plus ou moins de succès de la part des assaillants. La presqu'île de Crozon est attaquée par la mer. Des barbares opèrent des razzias, pillent, brûlent, tuent. Les villas gallo-romaines sont des cibles de choix et les propriétaires ne sont plus des guerriers mais de simples habitants aisés sans défense. La période est aux palissades hissées sur des tertres, les habitations en pleine campagne ne sont plus au goût du jour. Les terres sont plus ou moins à l'abandon. L'éducation s'évapore, le progrès est à l'arrêt, l'empire gaulois (vers 260-273) est en pleine guerre civile, il y a de nouveaux chefs partout.

Luzéoc n'échappe pas à cette déliquescence et la population se retrouve à travailler pour des moyens de subsistances dérisoires. A partir du 5ème et 6ème siècle, la religion chrétienne devient l'église référente et réclame des lieux de culte partout où il y a de la population. Luzéoc a survécu à tous les troubles et vit de la pêche et de l'agriculture, le village est constitué de paysans pêcheurs au service d'une congrégation religieuse qui avait organisé un maillage de redevances. Luzéoc appartient à la trêve d'Argol dépendante de l'abbaye de Landévennec. Luzéoc voit s'élever alors une chapelle au milieu des fermes et des huttes des serfs. Cette chapelle devient un lieu de culte essentiel. Puis, les considérations économiques apparaissent et l'on s'aperçoit que la voie terrestre des échanges commerciaux passe plus au Nord de Luzéoc (Leznoc, Lézuoc... plusieurs orthographes selon les textes et les époques). Chemin de boue mal empierré depuis que l’administration romaine en fut déchargée, mais voie incontournable pour les nobles et les marchands qui ont des intérêts commerciaux. Le hameau de Telgruc (Telgrug, Telehruc) devient dominant avec sa nouvelle église St Magloire du 16ème siècle. Cette montée de rayonnement est avérée au 13ème siècle grâce à la présence d'un recteur de Telgruc qui est sous autorité du clergé et de l'évêché de Quimper et qui est distant de la main-mise de l'abbaye.

La chapelle de Luzéoc est sans doute abandonnée et déconstruite à une date indéterminée mais certaine lointaine. La terre et son ancien cimetière deviennent la propriété du notaire Hervé Savina, maire de Telgruc (19ème siècle) qui fut aussi le propriétaire du presbytère de Telgruc après la période révolutionnaire. Luzéoc connaît un moulin à vent mais a perdu de sa primauté au bénéfice de la commune de Telgruc-sur-Mer dont elle en est devenue un hameau.

L'histoire de la création de Luzéoc est représentative de la naissance de plusieurs villages de la presqu'île de Crozon. La création d'un premier hameau autour d'une villa gallo-romaine; le déplacement géographique (éventuel) des populations pour des raisons économiques... Toutes ces évolutions se repartissent souvent en presqu'île. Morgat fut, par exemple, un port gallo-romain bien plus actif économiquement que Crozon ne l'était avant que des marchands et une petite noblesse ne se sédentarisent au bourg de Craozon. Morgat aussi connut sa chapelle, abandonnée plus tard... Remplacée ensuite, puis déconstruite à nouveau...

13 décembre 1927
Yves Palud, tuteur des orphelins Palud (père quartier-maître, 3094 Cam) au village de Luzéoc en Telgruc est invité à se présenter au bureau de la marine avec une pièce d'identité, pour percevoir au titre de part de prises maritimes, la somme de 2925fr.

30 juillet1937
Monsieur Joseph Moré, 38 ans, marin-pêcheur, demeurant au village de Luzéoc en Telgruc, a porté plainte pour vol de casier à crevettes.
Le casier était resté sur la barque du pêcheur, au mouillage du Caon. Le préjudice est estimé à une centaine de francs.
Le gendarme Le Berre, de la brigade d'Argol mène l'enquête.

Deux faits-divers qui démontrent une activité de pêche dans le village agricole de Luzéoc sans qu'il n'ait eu le moindre port. Tout comme dans bien des villages côtiers de la presqu'île.



Chapelle de Lanjulitte

Eglise St Magloire

Calvaires

Fontaine St Divy

Luzéoc romaine

Restauration du Moulin de Luzeoc

Les voiles du moulin à vent

Moulin à eau de Rosmadec

Centre de vacances de Trébéron

Les 2 Hôtels du Roi d'Ys

Villa Sévellec

Presbytère

Four à pain

Menhirs dolmens

Bombardement du 3 septembre

Blockhaus de Telgruc

Défense allemande de Telgruc-sur-Mer

Menez Luz

Menez Caon

Conserverie "La Telgrucienne"

Gendarmerie

Kerédan



A la une :

Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021