Ruée vers l'or en presqu'île de Crozon : une mine d'or en bord de mer













Si le monde pâtit de la crise de 1929, la presqu'île de Crozon connaît son année folle, grâce aux mouillages de la marine marchande, mais aussi grâce à sa ruée vers l'or ! Une rumeur embrase le territoire comme une trainée de poudre... d'or.

Des compagnies minières françaises cherchent à s'implanter en presqu'île pour exploiter le minerai de fer. En Roscanvel et Quélern surtout mais aussi en Camaret-sur-Mer entre Kheros et Lam Saoz. On imagine un filon prodigieux joignant les deux sites. Quelques prospections hasardeuses laissent à penser que le fer est bien là en abondance. L'oxyde de fer se voit à l'œil nu dans les ruisseaux, les écoulements des falaises. Quelques concessions sont ouvertes mais en bien moins grand nombre que demandé... Une compagnie Normande et la compagnie du Mineur-Châteaurouge-Paris tiennent le haut du pavé et creusent des puits de 8m de profondeur - on dit qu'il faudrait que ce soit 16m pour que ce soit rentable - des terres de plusieurs couleurs en sont extraites et quelquefois de la poudre jaune à dorée et ceci dans des terrains privés. La contrée est sens dessus dessous. Certains propriétaires pensent déjà monnayer leurs parcelles à prix d'or.

Les chantiers navals de Camaret qui pratiquent le licenciement des charpentiers de marine à tour de bras parce que la langouste et le homard sont vendus plus chers qu’ailleurs (13 à 14 frs du kilo pour 11 dans d'autres ports) et que les patrons pêcheurs après la crise sardinière d'il y a trente ans, connaissent à nouveau un déclin, voient un espoir de reprise par la construction de gabares pour transporter les minerais de fer et qui sait d'or si les filons se confirmaient.

Tensions, jalousies, les débits de boissons délient les langues, on tente de savoir si son penty (petite maison bretonne) est sur le fameux tracé mirifique... La presse s'en mêle d'autant qu'il y a de plus en plus de témoins qui ont vu de la poudre jaune. Cela se précise rapidement car on fouine s'en en avoir l'air : au Very'ach, dans un puits, il a été trouvé une matière bien jaune comme de l'or... Ça y est, on y est, il y a bien une mine d'or à Lam Saoz, dans une grotte marine naturelle... Ceux qui connaissaient l'endroit n'avaient jamais fait le rapprochement, ils n'avaient jamais vu d'or de leur vie alors pour deviner ce qu'il en était, il fallait être savant comme un prospecteur de compagnie minière...

Très vite la fièvre retombe, du fer il y en a mais peut-être pas tant que cela, pas de quoi en faire une industrie à moins de raser complètement la presqu'île et de la mettre sous le niveau de la mer, et encore, pas sûr... Quant à l'or si jaune, si visible jusqu'à en voir partout autour de soi, ce n'est que du soufre. Une poudre jaune pâle à orangée qui entre dans la composition des allumettes... Chacun est rentré chez lui la mine enfarinée, la fortune n'est pas pour demain. Tout compte fait, la misère, on l'a connaît bien depuis que l'on vit avec elle tandis qu'avec la richesse, l'union eut été peut-être malcommode comme un mauvais mariage qui ne serait pas naturel.

Les concessions ne furent jamais exploitées, les sociétés disparurent comme la fumée dans le vent. On en entendit plus parler.

Les roches sédimentaires (fonds d'océan de vases ou de sables compactés) ne produisent pas d'or. Une activité hydothermale faisant surgir du quartz et des paillettes d'or (or dit natif) est une possibilité infime. Sinon l'or alluvionnaire des rivières réclame un passage de l'eau sur des terrains aurifères... Ainsi les conditions de trouver de l'or en presqu'île de Crozon ne sont pas réunies.

L'altération de la pyrite contenue dans les roches sédimentaires fait ressortir des suintements d'eau chargés de soufre. Après l'évaporation de l'eau, ne subsiste que la poudre jaune du soufre. A Lam Saoz (Lamm Saoz), un monticule d'ampélites noires datant du Silurien, libère son soufre qui se dépose sur des bancs de grès... L'apparence y est parfois trompeuse en fonction de la qualité de la lumière du jour. Et puis quand on a envie d'y croire, le soufre est l'or du rêve...

< >



La géologie de la Presqu'île de Crozon

Les 27 grands sites géologiques classés Espaces Remarquables de Bretagne (ERB)

Les petites curiosités géologiques à découvrir en randonnée pédestre




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen