Les conserveries - usines des conserveurs

Maison du conserveur Caradec.

Un propriétaire de biens à Crozon décide d'investir dans une conserverie. Le marché de la sardine à l'huile semble lucratif à la fin du 19ème siècle. L'administration accorde le droit de construire une usine à gaz, une conserverie et une maison privée à Morgat.

Edouard Caradec devient alors un employeur majeur dans le port. Les pêcheurs de sardines lui proposent directement leurs poissons qu'il rémunère faiblement et les épouses travaillent à la conserverie.

Dans la nuit du 15 au 16 août 1879, l'usine flambe sans faire de victime pour des dégâts estimés à 150000frs dont seulement 60000frs sont assurés. L'homme d'affaires quitte la presqu'île quelques années plus tard en ayant tout vendu ses biens immobiliers.

L'usine est reprise par un Monsieur Vacher qui cède l'affaire à Michel Poriel en 1910 (riche conserveur de Douarnenez) qui se retrouve à la tête de deux conserveries à Morgat, la seconde étant "l'usine du bas" dite Poriel. "L'usine du haut" cuît les sardines, elles sont séchées sur la place et mise en boîte dans "l'usine du bas". Le terme "haut" provient du fait que l'usine est construite sur la rue de la Montagne qui grimpe sévèrement et le terme "bas", par opposition, vient de l'installation au niveau de la mer de la seconde usine.

"L'usine du haut" est bombardée lors de la seconde guerre mondiale, seule la maison du propriétaire subsiste. En bas l'usine est moins abîmée. Ultime propriétaire des deux ruines, Monsieur Timothée Ansel entre 1955 et 1963. L'usine Caradec est rasée définitivement, par contre l'ancienne usine Poriel du bas est reconfigurée en trois maisons à louer.


La maison haute centrale derrière l'arbre, faisait office de bureaux de la conserverie Poriel et d'appartement du gérant à l'étage.

Usine Poriel.

Bureaux et logement du gérant.

L'usine conserverie Poriel dite "usine du bas" par les Morgatois pendant la période d'exploitation au début du 20ème siècle est le seul vestige industriel de la période sardinière. Morgat avait connu trois usines qui permirent aux femmes de trouver un emploi extérieur à leur foyer. Ce fut prometteur, ce devint difficile tant les salaires étaient bas.

La première usine semble avoir été celle de Robert Chancerelle en 1872. Cette usine dont il reste les structures des ateliers passa de mains en mains, se nomma un temps "Société Bretonne" puis fut rachetée par Michel Poriel en 1918.

Les familles Chancerelle et Poriel sont de grosses familles Douarnenistes qui fructifient leurs capitaux issus de la pêche dans une accumulation d'entreprises. Les conserveries esseulées ferment boutique rapidement (sous les effets de la concurrence) comme celle dite "usine du haut" d'Edouard Caradec (devenue Poriel) ou pire encore la conserverie du quai à l'emplacement de l'abri du marin ayant appartenu à Charles Plaçon quatre ans à peine, dès 1897.

Michel Poriel avait tenté, en 1902, de s'installer au Conquet sur des terrains aux enchères qui lui échappèrent, alors de se retrouver investisseur à Morgat lui parut naturel d'autant qu'il en confia la propriété à sa fille qui elle-même délégua la gestion à un contremaître qui habitait au-dessus des bureaux dans l'unique bâti en hauteur de l'usine. La manutention étant importante, les ateliers de cuisson, de sertissage, etc, devaient être de plain-pied, ce qui explique ce bâti de petite hauteur et de grande longueur...

L'usine basse connaît le même sort que l'usine haute, le bombardement de Morgat entrainant la destruction partielle. Les lieux sont aujourd'hui alloués à la restauration.

Pour mémoire. Avant que les usines ne fussent construites, 70 maisons de pêcheurs préparaient la sardine selon la technique de la pile au sel cru pour presser les sardines et ainsi les conserver suffisamment sans pour autant être en mesure de les exporter comme va pouvoir le permettre la mise en boîte métallique des usines. Dans d'autre port, on utilisait la saumure. Morgat était à part...

Les investisseurs ont balayé une tradition et une forme de libre entreprise accessible aux familles de pêcheurs bien que tellement tributaire des quantités de sardines pêchées journellement. Les deux styles de vie ont apporté la précarité en dehors de quelques entrepreneurs qui ont trouvé l'aisance tant que la sardine à l'huile était considérée comme un produit de luxe. Avec la banalisation du produit, la baisse des prix, la délocalisation, les conserveries ont fermé les unes après les autres.

Port de Morgat

Villas de Morgat

Locations des villas

Château de Rulianec

Quartier des pêcheurs

Corps de garde de Rulianec

Hôtels d'antan

Cabines de bain

Ile Vierge

Les restaurants oubliés

Place d'Ys

Place de l'église

Grande marée du siècle

Vague submersion

Inondations

Môle des thoniers

Hélice de la Jeanne d'Arc

Maison du marin

Relais des pêcheurs

Les magasins d'avitaillement

Phare du Kador

Pointe du Kador

Bois du Kador

Corps de garde du Kador

Calvaire de Margerie

Stèle France Libre

Chapelle Notre Dame de Gwel Mor

La Potinière

Quartier du Portzic

Conserveries

Rampe de la Montagne

Club de plage

Mardis de Morgat

Epicerie Félix Potin

Fontaines

Moulin à vent

Menhirs dolmens

Capitainerie de Morgat

Villa Gradlon

Ancienne Poste

Chemins, venelles, rues

Portzmoguer : un pirate honoré

Château d'eau Peugeot

Confiserie Landié

Cale brisée

Excursion vers les grottes marines

Nettoyage - criblage plage de Morgat



A la une :

Le vice-amiral Thévenard à la Pointe du Toulinguet et aux alignements de Lagatjar.
Le maréchal Pétain à Morgat.
Louis-Ferdinand Céline décroché pour l'oubli !
Eugène Boudin à Camaret-sur-Mer.
Le danger d'une baïne, que faire ?
Le mangeur d'étamines : le Dasyte émeraude.
Nettoyage par criblage de la plage de Morgat.
Des marques de tracteurs anciens qui n'existent plus ou presque.
Du nouveau dans les orties, le papillon Carte Géographique arrive en presqu'île !
Surf et environnement, un rapport difficile !
Une nouvelle ponte pour les gravelots ! Troisième année de reproduction dans l'extros ! 2 poussins au 2 mai !
Cherche infos sur le "réservoir" de Camaret ! Merci de votre aide.
Les risques technologiques en Presqu'île de Crozon.
Le remorqueur Abeille Bourbon dans l'anse de Camaret.
Les anciennes carrières de la presqu'île.
La batterie de "la Mort Anglaise".
Le monument aux Morts d'Argol : le grand déplacement !
L'histoire des échaliers des enclos paroissiaux.
La position allemande du Marros pour défendre le pont de Térénez.
Les urinoirs d'Argol, une affaire d'Etat !
La géomatique surveille le recul des falaises en presqu'île de Crozon.
Les vapeurs du transport aérien, une calamité que les anciens avaient prévue.
L'activité humaine contre nature : fauchage des prunelliers et polystyrène indésirable.
Araignée Epeire concombre : la belle verte !
Fourmi, le genre Formica.
L'affaire de la rampe (rue) de la Montagne enfin éclaircie.
Flakartillerie légère et mobile.
De la grande guerre au tir aux poulets, l'histoire du canon de 32cm de Roscanvel.
Tournage d'un film policier à Morgat avec la célèbre vedette Suzanne Grandais.
Le bois du Kador, son histoire pour préparer sa découverte.
Un crime de guerre ordinaire resté impuni.
Le pré, la rue, le Grand Café du Luxembourg.
Garenne Goarem, les lapins du moyen-âge.
La répartition des algues.
Les limites élastiques de la commune de Camaret.
Bientôt le départ de la Grive Litorne.
Les victimes du cuirassé Danton.
L'Atalante d'Ifremer.
La batterie du Portzic "effacée" par une table de pique-nique.
Le sup foil est bien là à  Crozon !
Sensations fortes au rocher de la Cormorandière.
Les vestiges d'un poste de télémétrie Audouard à la Pointe des Espagnols.
Les défenses allemandes de Morgat.
Le radar pédagogique moins innocent qu'il en a l'air.
Un patrimoinne militaire sous-estimé : "la Vieille Batterie" du 17ème siècle.
Regelbau 667.
Une ancienne batterie française devenue allemande : Pourjoint.
Le monument aux morts de Crozon fit éructer le préfet.
Anne Le Bastard de Mesmeur, une religieuse royaliste.
Manoir de Lescoat des Poulmic aux Bastard !
Les trous des bonnes-sœurs.
Attaques des diligences à Crozon !
Le manoir de Treyer de la famille Le Jar de Clesmeur.
Les intentions du PLUiH de la presqu'île de Crozon.
Super-Marché Concorde de Crozon.
La fonte des cloches sous la Révolution.
La manoir de Goandour de la famille de Gouandour.
De la place des femmes, des cigarettes et des cravates dans les conseils municipaux.
Les chantiers Courté.
L'aventure du Centre Hospitalier.
Les excursions maritimes pour visiter les grottes de Morgat, toute une histoire.
Les cordages marins synthétiques la fausse bonne idée.
Abri de projecteur de DCA français redécouvert à la Pointe des Espagnols.
La batterie extérieure de la Tour Vauban.
Un rorqual sans queue ni tête mystérieux.
Usine abri groupe électrogène de l'armée française de la fin du 19ème siècle.
Faire connaissance avec la limace rouge.
Rue et impasse du Moulin Cassé, l'ultime souvenir d'un moulin à vent camarétois.
L'exploitation des roselières pour le chaume traditionnel.
La corvée de la buée.
La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021