Morgat

Port de Morgat

Villas de Morgat

Locations des villas

Château de Rulianec

Quartier des pêcheurs

Corps de garde de Rulianec

Hôtels d'antan

Cabines de bain

Ile Vierge

Les restaurants oubliés

Place d'Ys

Place de l'église

Grande marée du siècle

Vague submersion

Inondations

Môle des thoniers

Hélice de la Jeanne d'Arc

Maison du marin

Relais des pêcheurs

Les magasins d'avitaillement

Phare du Kador

Pointe du Kador

Corps de garde du Kador

Calvaire de Margerie

Stèle France Libre

Chapelle Notre Dame de Gwel Mor

La Potinière

Quartier du Portzic

Conserveries

Club de plage

Mardis de Morgat

Epicerie Félix Potin

Fontaines

Moulin à vent

Menhirs dolmens

Capitainerie de Morgat

Villa Gradlon

Ancienne Poste

Chemins, venelles, rues

Château d'eau Peugeot

Confiserie Landié

Cale brisée

L'estacade de Morgat. Depuis longtemps, l'aménagement des quais de Morgat ont privilégié des avancées sur la plage. Une sorte de défi face à la mer, une reconquête du front de mer... Réalisation de la passerelle piétonne version 2014 : 644 420 € HT.

Morgat a vite existé dès la présence humaine en presqu'île de crozon et ceci d'autant plus, dès que les hommes surent naviguer pour pêcher et se nourrir de leur pêche. Le port est installé dans un retour d'anse protégé par la pointe naturelle du Kador. Les barques étaient échouées sur le sable parfois vaseux et l'on vivait de part et d'autre d'un petit estuaire d'une zone humide appelée le Loc'h.

Le style de vie développé au travers des siècles fut celui que toutes les populations littorales vivaient autour de la baie de Douarnenez. Cette vie s'organisa bien mieux par la colonisation romaine dans les premiers siècles après Jésus Christ. Ainsi au 2ème et 3ème siècle, les habitants sous domination romaine développèrent une industrie commune à toute la baie, la fabrication d'une sauce de poisson appelée garum qui se préparait à base de maquereaux. Cette recette méridionale importée était donc reproduite sur la côte pour être en grande partie exportée dans la région.

Les intrusions Barbares de 259-260 après JC, imposèrent aux Romains d'instaurer une vie de garnison en bord de mer. Ce rythme mi-militaire mi-civil va être permanent selon des intensités diverses jusqu'en 1945. Les Morgatois seront impliqués dans la défense de leur territoire et cela marquera de tous temps les esprits : la crainte d'un débarquement ennemi espagnol, anglais, va installer des fortifications, des batteries, des troupes...

Parallèlement la pêche de la sardine puis tardivement celle du thon assurèrent un minimum vital souvent proche du dénuement. Les propriétaires des barques sardinières pendant longtemps vivaient grassement au bourg de Crozon et contrôlaient une centaine de d'embarcations de trois tonneaux au port de Morgat. Au 19ème siècle, certains patrons pêcheurs parvinrent à l'autonomie mais ce fut pour tomber entre les mains des conserveurs industriels qui achetèrent les sardines à bas prix pour les transformer en sardines à l'huile.

La pêche s'effondra, le tourisme était sensé reprendre le relais. Une nouvelle aristocratie financière menée par Armand Peugeot tenta une grande spéculation sur les terrains côtiers dans l'espoir de créer une station balnéaire. L'opération s'avéra décevante, Morgat reste depuis entre deux eaux sans pour autant manquer de charme.



A la une :

Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021