Morgat

Port de Morgat

Villas de Morgat

Locations des villas

Château de Rulianec

Corps de garde de Rulianec

Hôtels d'antan

Cabines de bain

Les restaurants oubliés

Place d'Ys

Grande marée du siècle

Vague submersion

Môle des thoniers

Hélice de la Jeanne d'Arc

Maison du marin

Phare du Kador

Pointe du Kador

Corps de garde du Kador

Calvaire de Margerie

Stèle France Libre

Chapelle Notre Dame de Gwel Mor

La Potinière

Quartier du Portzic

Conserveries

Club de plage

Mardis de Morgat

Epicerie Félix Potin

Fontaines

Moulin à vent

Menhirs dolmens

L'estacade de Morgat. Depuis longtemps, l'aménagement des quais de Morgat ont privilégié des avancées sur la plage. Une sorte de défi face à la mer, une reconquête du front de mer... Réalisation de la passerelle piétonne version 2014 : 644 420 € HT.

Morgat a vite existé dès la présence humaine en presqu'île de crozon et ceci d'autant plus, dès que les hommes surent naviguer pour pêcher et se nourrir de leur pêche. Le port est installé dans un retour d'anse protégé par la pointe naturelle du Kador. Les barques étaient échouées sur le sable parfois vaseux et l'on vivait de part et d'autre d'un petit estuaire d'une zone humide appelée le Loc'h.

Le style de vie développé au travers des siècles fut celui que toutes les populations littorales vivaient autour de la baie de Douarnenez. Cette vie s'organisa bien mieux par la colonisation romaine dans les premiers siècles après Jésus Christ. Ainsi au 2ème et 3ème siècle, les habitants sous domination romaine développèrent une industrie commune à toute la baie, la fabrication d'une sauce de poisson appelée garum qui se préparait à base de maquereaux. Cette recette méridionale importée était donc reproduite sur la côte pour être en grande partie exportée dans la région.

Les intrusions Barbares de 259-260 après JC, imposèrent aux Romains d'instaurer une vie de garnison en bord de mer. Ce rythme mi-militaire mi-civil va être permanent selon des intensités diverses jusqu'en 1945. Les Morgatois seront impliqués dans la défense de leur territoire et cela marquera de tous temps les esprits : la crainte d'un débarquement ennemi espagnol, anglais, va installer des fortifications, des batteries, des troupes...

Parallèlement la pêche de la sardine puis tardivement celle du thon assurèrent un minimum vital souvent proche du dénuement. Les propriétaires des barques sardinières pendant longtemps vivaient grassement au bourg de Crozon et contrôlaient une centaine de d'embarcations de trois tonneaux au port de Morgat. Au 19ème siècle, certains patrons pêcheurs parvinrent à l'autonomie mais ce fut pour tomber entre les mains des conserveurs industriels qui achetèrent les sardines à bas prix pour les transformer en sardines à l'huile.

La pêche s'effondra, le tourisme était sensé reprendre le relais. Une nouvelle aristocratie financière menée par Armand Peugeot tenta une grande spéculation sur les terrains côtiers dans l'espoir de créer une station balnéaire. L'opération s'avéra décevante, Morgat reste depuis entre deux eaux sans pour autant manquer de charme.




Une information, une demande :

© 2019