Anne Le Bastard de Mesmeur

Rue Anne de Mesmeur au pied de l'église St Pierre de Crozon.

Anne Le Bastard de Mesmeur naît à Quimper en 1823 et meurt à Crozon en 1909. En 1826, ses parents fortunés s'installent au manoir de Lescoat en Crozon que la mère reçoit en héritage. Ce retrait de la vie mondaine quimpéroise est dû au fait que le père a refusé de prêter serment à la République avant d'accomplir des fonctions administratives.

Le père très religieux procède à l'agrandissement substantiel du manoir et à l'étude de l'histoire patrimoniale ainsi qu'à l'étude de l'archéologie locale. Dans ce contexte royaliste et clérical, Anne, la fille aînée de la famille grandit à Lescoat qui dispose de fermes alentours où les enfants pauvres errent pendant que les parents cultivent les terres des notables sans titre de noblesse.

Au cours de son adolescence, Anne, dispense ses connaissances royalistes et chrétiennes à quelques filles de ferme. De tous les siècles, il y a eu des tentatives discrètes, car jugées sulfureuses par les conservateurs, d'éducation des filles du peuple... L'école officielle n'existant pas alors, l'engagement, même teinté d'arrières pensées de l'ancien régime, est un progrès inédit en Crozon. De quelques élèves féminines, l'enseignante improvisée, dénuée de tout diplôme, se retrouve à la tête d'une classe de 20 filles en 1846 au manoir de Lescoat. Malheureusement l'évolution de l'instruction des filles n'est pas sans conséquence sur la vie quotidienne des Crozonnais. Progressivement, les prétendants au mariage se détournent des filles éduquées. L'érudition conduit au célibat et donc au maintien de la jeune-femme chez ses parents qui devient une bouche de plus à nourrir. L'affaire gronde dans les conversations. Et si l'éducation des filles était contre nature ? Les jeunes hommes illettrés sont certes enthousiastes pour courir la joliesse jusqu'à la meule de foin mais de la à vivre avec une épouse qui sait lire, écrire et compter, il y a un rejet car la chose est humiliante et constitue un risque d'indépendance inconcevable même pour un républicain endiablé. La liberté l'égalité et la fraternité est faite pour les hommes uniquement. On en informe avec précaution Anne de Mesmeur qui doit composer avec l'air du temps.

La fille de famille se présente à la congrégation des filles du Saint Esprit en 1853 et revient religieuse à Crozon en 1854. Vers 1856/57, elle fait bâtir l'école Sainte Anne au bourg de Crozon avec la fortune parentale et cette fois, c'est l'école gratuite pour les filles et les garçons. Première école officielle du canton. Seulement, très vite, l'argent manque pour entretenir l'établissement religieux conduit par des sœurs blanches de Crozon exclusivement. Anne (Anna) de Jésus, directrice de l'école, parvient à convaincre le maire d'organiser dans la salle des fêtes de la mairie une loterie pour la fête de la Sainte Enfance le 4 février 1858. Lors des préparatifs, elle exige que le buste de Napoléon III soit enlevé. L'usurpateur, chef de la chienlit républicaine, n'a rien à faire dans une fête religieuse. Le scandale est immédiat et remonte à la sous-préfecture de Châteaulin. Les gendarmes enquêtent. La population qui rêvent encore d'une république égalitaire est en colère. La religieuse est mutée sous l'influence du préfet auquel l'évêque ne peut rien refuser en période de tension et de survivance de l'église. Elle se retrouve au couvent dans la région de St Brieuc et est présentée à la justice en la même ville.

Le juge d'instruction a connaissance que la famille Le Bastard de Mesmeur quitte l'église, lors des messes, quand un te-deum est célébré en l'honneur de la famille impériale après l'attentat du Comte Felice Orsini (14 janvier 1858 contre Napoléon III et l'impératrice devant l'Opéra de Paris rue de Provence). Il découvre dans un dossier de moralité que cette famille conservatrice impliquée dans la magistrature depuis le 18ème siècle est irréprochable dans ses mœurs et que leur conservatisme exacerbé est du domaine public. Ils ne sont donc pas de sombres complotistes... Le dossier s'achève par un non-lieu. Trop de heurts sont à prévoir si un juge républicain, condamne une religieuse...

Anne Le Bastard de Mesmeur se fait connaître par des publications en langue bretonne de grande qualité rédactionnelle et historique. Dans l'ouvrage qui a marqué les esprits, on découvre que l'amour de l'ancien régime est bien moins intense encore, que l'amour porté au Duché de Bretagne. Anne de Jésus veut une Bretagne ducale libre ! Le seul trait de conciliation envers l'empire consiste à reconnaître que Napoléon Ier a épargné les chouans...

La « République repart à l'assaut » d'Anne de Mesmeur, la mère supérieure de l'école Sainte Anne de Crozon, est expulsée en août 1902, en compagnie des religieux-ses de l'établissement scolaire passant sous régime laïque après la loi de 1901. L'armée sonne à la porte, la fin du monde selon la dame de Lescoat tinte le glas.

Noms que l'on retrouve dans les sources : Anne Le Bastard de Mesmeur, Anna Vezmeur, Sœur Anne de Jésus, A.L.B de M.
Date de naissance : 1823-06-26 – Date de décès : 1909-01-30

Publications :
Breudeur ni gleo o klemou – Cantique – 1865
Histor ar Vreiz komposet gant L.M.D.K. – 3 éditions 1855 (Lefournier) – 1863 – 1869 (Lefournier)
Kenavo Kraozon – Chant
Miz Mari an Itron Varia Lourd – Littérature religieuse – 2 éditions 1874 (Lefournier / Salaün) – 1875
Monig ar Menez – Chant

Lefournier : éditeur brestois en langue bretonne.
Contributrice de la revue Feiz ha Breiz

A propos de son ouvrage sur l'histoire de la Bretagne :
Histor ar Vreiz, komposet gant L.M.D.K. enn envor ann aotrou Graveran, escop. diveza maro e Kemper, 8250. 180 pages Editions Le Fournier ou Lefournier selon les sources. Enregistré ainsi dans la bibliographie française des ouvrages en tous genres parus en 1855.

D'après certaines sources, la première publication du livre d'Anne Le Bastard de Mesmeur en langue bretonne le fut sous l'égide, voire sous le nom de l'évêque Graveran, évêque de Quimper. Les 500 exemplaires se seraient rapidement vendus, une réédition bilingue (1863 - 540 pages - St Brieuc imprimerie L.Prud'homme) de "l'Histoire de la Bretagne" porte les initiales de l'auteure A.L.B. de M.. Le livre composé de 35 veillées raconte le parcours du mendiant Yann an Dall sous l'influence généreuse de l'église.

Pointe du Guern / Tréboul

Eglise Saint Pierre et retable

Eglise Saint-Jean de Leïdez

Chapelle St Fiacre

Chapelle Saint Philibert - St Drigent

Les 2 Chapelles Saint Laurent

Chapelle St Hernot

Calvaires de Crozon

Calvaires de Tal ar Groas

L'ancienne forge de Tal ar Groas

Presbytère

Maisons de nobles

Manoir de Trébéron

Manoir d'Hirgars

Manoir de Goandour

Manoir de Lescoat

Manoir de Treyer

Manoir de Kerivoas

Anne Le Bastard de Mesmeur

Moulins à vent

Corps de garde de Postolonnec

Corps de garde de l'Aber

Colonie Ker-Jeanne du Portzic

Gendarmeries et écuries

Bars hôtels restaurants

Les mairies de Crozon

La poste

Rue Charles Levenez

Rue Louis-René de Caradeuc de La Chalotais

Labouret maître verrier

Maison de l'architecte Netter

Menez Gorre

Fontaines

St Fiacre

Rostellec

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Monument aux morts

Ramassage industriel des galets

Four à Chaux de Rozan

L'étang de l'Aber

Jumelage Sligo-Crozon

Plage de Lostmarc'h

Maison paroissiale

Centre culturel

Centre Hospitalier

Sculpteur Jacques Boënnec

Auguste Dizerbo

Colonie de vacances

Le centre des impôts de Crozon

Cinéma Le Rex

Conserverie Péron

Résidence seniors

Le port du Fret

Super-Marché Concorde

Résidence de la Marine

Les carrières de Poulpatré

Ecoles

Ecole Jeanne d'Arc - Ecole Sainte Anne - Ecole de Saint Fiacre - Ecole Jean Jaurès - Ecole de Tal ar Groas - CES Alain - Ecole Saint Hernot



A la une :

Crabe araignée ou crabe mousse ?
Le BEM Monge.
La genèse et l'inauguration de l'abattoir de Camaret.
Le vice-amiral Thévenard à la Pointe du Toulinguet et aux alignements de Lagatjar.
Le maréchal Pétain à Morgat.
Louis-Ferdinand Céline décroché pour l'oubli !
Eugène Boudin à Camaret-sur-Mer.
Le danger d'une baïne, que faire ?
Le mangeur d'étamines : le Dasyte émeraude.
Nettoyage par criblage de la plage de Morgat.
Des marques de tracteurs anciens qui n'existent plus ou presque.
Du nouveau dans les orties, le papillon Carte Géographique arrive en presqu'île !
Surf et environnement, un rapport difficile !
Une nouvelle ponte pour les gravelots ! Troisième année de reproduction dans l'extros ! 2 poussins au 2 mai !
Cherche infos sur le "réservoir" de Camaret ! Merci de votre aide.
Les risques technologiques en Presqu'île de Crozon.
Le remorqueur Abeille Bourbon dans l'anse de Camaret.
Les anciennes carrières de la presqu'île.
La batterie de "la Mort Anglaise".
Le monument aux Morts d'Argol : le grand déplacement !
L'histoire des échaliers des enclos paroissiaux.
La position allemande du Marros pour défendre le pont de Térénez.
Les urinoirs d'Argol, une affaire d'Etat !
La géomatique surveille le recul des falaises en presqu'île de Crozon.
Les vapeurs du transport aérien, une calamité que les anciens avaient prévue.
L'activité humaine contre nature : fauchage des prunelliers et polystyrène indésirable.
Araignée Epeire concombre : la belle verte !
Fourmi, le genre Formica.
L'affaire de la rampe (rue) de la Montagne enfin éclaircie.
Flakartillerie légère et mobile.
De la grande guerre au tir aux poulets, l'histoire du canon de 32cm de Roscanvel.
Tournage d'un film policier à Morgat avec la célèbre vedette Suzanne Grandais.
Le bois du Kador, son histoire pour préparer sa découverte.
Un crime de guerre ordinaire resté impuni.
Le pré, la rue, le Grand Café du Luxembourg.
Garenne Goarem, les lapins du moyen-âge.
La répartition des algues.
Les limites élastiques de la commune de Camaret.
Bientôt le départ de la Grive Litorne.
Les victimes du cuirassé Danton.
L'Atalante d'Ifremer.
La batterie du Portzic "effacée" par une table de pique-nique.
Le sup foil est bien là à  Crozon !
Sensations fortes au rocher de la Cormorandière.
Les vestiges d'un poste de télémétrie Audouard à la Pointe des Espagnols.
Les défenses allemandes de Morgat.
Le radar pédagogique moins innocent qu'il en a l'air.
Un patrimoinne militaire sous-estimé : "la Vieille Batterie" du 17ème siècle.
Regelbau 667.
Une ancienne batterie française devenue allemande : Pourjoint.
Le monument aux morts de Crozon fit éructer le préfet.
Anne Le Bastard de Mesmeur, une religieuse royaliste.
Manoir de Lescoat des Poulmic aux Bastard !
Les trous des bonnes-sœurs.
Attaques des diligences à Crozon !
Le manoir de Treyer de la famille Le Jar de Clesmeur.
Les intentions du PLUiH de la presqu'île de Crozon.
Super-Marché Concorde de Crozon.
La fonte des cloches sous la Révolution.
La manoir de Goandour de la famille de Gouandour.
De la place des femmes, des cigarettes et des cravates dans les conseils municipaux.
Les chantiers Courté.
L'aventure du Centre Hospitalier.
Les excursions maritimes pour visiter les grottes de Morgat, toute une histoire.
Les cordages marins synthétiques la fausse bonne idée.
Abri de projecteur de DCA français redécouvert à la Pointe des Espagnols.
La batterie extérieure de la Tour Vauban.
Un rorqual sans queue ni tête mystérieux.
Usine abri groupe électrogène de l'armée française de la fin du 19ème siècle.
Faire connaissance avec la limace rouge.
Rue et impasse du Moulin Cassé, l'ultime souvenir d'un moulin à vent camarétois.
L'exploitation des roselières pour le chaume traditionnel.
La corvée de la buée.
La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021