Maisons des nobles ou des marchands de Crozon

Maison noble à gauche (17ème), ancienne mairie à droite (19ème).

1630

Fenêtres à croisée.

Façade du manoir de Pergamou du 16ème siècle. La noblesse de Pergamou avait pour fief des terres dans le Finistère. Occupé jusqu'à la révolution par une petite noblesse vassale de la seigneurie de Crozon. L'étage élevé est un ajout du 19ème siècle.

De son état de maison de noble du 17ème siècle, il ne reste que peu si ce n'est que la voûte d'entrée en kersanton. Cette maison connut bien des usages différents : débit de boissons "réputé", agence bancaire (LCL), puis pharmacie... A noter la fenêtre centrale de l'étage non alignée. Une spécificité ancienne qui consistait à construire la fenêtre en fonction de l'aménagement intérieur et non en fonction de l'harmonie de la façade extérieure. Plus l'évolution architecturale évoluera, plus la rigueur extérieure prendra le dessus.

Parmi les manoirs de la ville de Crozon, celui de la famille Landren de Dirinon* daté de 1655, expose une jolie façade rue de Reims donnant sur la place de l'église. Des armoiries au-dessus de la porte voûtée n'auraient pas subie les dégradations de la révolution. La lucarne à fronton est aussi appelée gerbière parce qu'on remplissait le grenier de denrées par cette ouverture très stylisée.

*Certaines sources émettent des réserves quant à la nomination de la famille propriétaire des lieux qui de toutes les manières étaient sans doute noble. Ce bâti représente l'habitat type des nobles ou financiers qui résidaient au bourg et qui contrôlaient l'économie locale tout en étant proche des administrations et de la bonne société.

La famille Graveran dont les activités furent le notariat et le commerce construisirent leur maison au début du 17ème siècle rue Poulpatré.

La date de 1979 est celle de la rénovation de la maison.

« Verbum çrucis Dei virtus » « La prédication de la croix la puissance de Dieu » Devise de la famille de Graveran dont l'un des représentants fut l'évêque de Quimper et du Léon (1840-1855).

Joseph-Marie Graveran né à Crozon en 1793, devint tour à tour professeur de mathématique puis curé, évêque et député de Droite du Finistère de 1848 à 1849.

Le blason familial « De sinople à la croix alésée d’or ».

Monseigneur Graveran représenté sur un vitrail de la cathédrale St Corentin de Quimper.

Le blason de la famille de Kerlenguy : « D'argent à l'aigle de sable » est présent au 4 rue Poulpatré sur la façade d'un immeuble construit sur le site de la Maison des Pauvres élevée par la famille Kerlenguy au 18ème siècle devenu hôpital et détruite en 1910. Le blason a été réemployé en souvenir de la famille donatrice.

La seigneurie de Poulpatré résidait à son âge d'or dans leur manoir (construction en 1660) au niveau du 22 et 24 de l'actuelle rue de Poulpatré en Crozon. Un manoir, aujourd'hui disparu, entouré d'un hameau dont les habitants étaient au service du seigneur et ceci sur les terres avoisinantes sur plusieurs dizaines d'hectares jusqu'aux terres des Keramprovost.

Des fermes et des étables constituaient le bâti du village qui jouxtait l'église de Crozon. L'élevage permettait une grande part du revenu agricole. Luxe qu'aucun paysan esseulé ne put s'offrir. Les céréales étaient l'autre ressource. Les pains cuisaient dans le four seigneurial. Les lavoirs et les fontaines étaient aussi propriétés des Poulpatré.

La famille Poulpatré vassale de la famille Kerlenguy perdit son nom en le joignant à celui des Kerlenguy : un seigneur Philippe de Kerlenguy de Poulpatré (mort en 1712) sénéchal de Crozon fut le descendant de la lignée avant de se fondre dans d'autres familles telles que les Jar de Clermeur, les Hirgars, les Poulmic...

La maison du 1 rue de la Chalotais datant du 17ème siècle et dont les fenêtres du rez de chaussée ont été élargies, avait sur sa façade de cour une tour (modifiée depuis) comportant un escalier pour rejoindre l'étage.

Les maisons de Crozon étaient étroites et intégrer un escalier interne eut été une perte importante de surface habitable pour des pièces encore plus exiguës. Cette façon d’accéder à l'étage par un escalier en tour, est un signe extérieur d'aisance financière adopté dans les manoirs et ceci jusqu'aux toutes premières maisons bourgeoises de la station balnéaire de Morgat. Ensuite, ce style disparaît. Les maisons deviennent plus populaires et le coût d'une tour est dispendieux.

La porte cintrée est sous son aspect initial avec son encadrement en kersantite (kersanton), une pierre grise incontournable... La maison fut une forge.

Les maisons des nobles se situent dans le bourg de Crozon, autour de l'église et ont pour signe distinctif la voûte de la porte en pierre elle aussi dite noble, c'est à dire en pierre de logonna (jaune) ou en kersanton (grise) plus ou moins sculptée. Souvent blason, parfois niche votive contenant un statuaire religieux, sont les symboles d'appartenance à une classe aristocratique que l'on souhaitait afficher. La révolution a supprimé ces signes dans la plupart des cas. Les vestiges des maisons anciennes datent du 17ème siècle. Ensuite viendra une génération de marchands qui adopteront la voûte d'entrée fréquemment, néanmoins sans armoirie aucune. Au 19ème siècle, la voûte n'est plus une "obligation". Les bâtiments travaillent plus sur la qualité des chaînages d'angle en kersanton. La ligne droite impeccable démontre la respectabilité.

Eglise Saint Pierre et retable

Eglise Saint-Jean de Leïdez

Chapelle St Fiacre

Chapelle Saint Philibert - St Drigent

Les 2 Chapelles Saint Laurent

Chapelle St Hernot

Calvaires de Crozon

Calvaires de Tal ar Groas

L'ancienne forge de Tal ar Groas

Presbytère

Maisons de nobles

Manoir de Trébéron

Manoir d'Hirgars

Manoir de Kerivoas

Moulins à vent

Corps de garde de Postolonnec

Corps de garde de l'Aber

Colonie Ker-Jeanne du Portzic

Gendarmeries et écuries

Bars hôtels restaurants

Les mairies de Crozon

La poste

La poste du Fret

Rue Charles Levenez

Labouret maître verrier

Maison de l'architecte Netter

Fontaines

St Fiacre

Rostellec

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Ramassage industriel des galets

Four à Chaux de Rozan

L'étang de l'Aber

Jumelage Sligo-Crozon

Plage de Lostmarc'h

Maison paroissiale

Centre culturel

Sculpteur Jacques Boënnec

Colonie de vacances

Le centre des impôts de Crozon

Le Fret

Hôtel de la Terrasse au Fret

Les cales du Fret

Chantiers navals du Fret

Quais du Fret

Chapelle du père Benoît

Calvaire St Gildas

L'Harmattan

Maison Ursule

Moulin à marée

Etang du Fret

Liaison maritime le Fret - Brest

Villas de villégiature et maisons de notables

Ecoles

Ecole Jeanne d'Arc - Ecole Sainte Anne - Ecole de Saint Fiacre - Ecole Jean Jaurès - Ecole de Tal ar Groas - CES Alain - Ecole Saint Hernot



A la une :

Yves Lagatu mitrailleur des F.A.F.L.
L'espar, le piquet balise dans la mer.
Le temps des grésillons...
Villas et maisons du Fret.
La Duchesse de Bretagne transite par le port du Fret avant de devenir reine.
Histoire de la liaison maritime Le Fret - Brest.
Batterie anti-aérienne de la presqu'île avant 1939.
L'historique des sémaphores du Cap de la Chèvre.
La flotte Tardieu offre son pin de l'Orégon à Rostellec.
La Pyrite, l'or des fous.
Pelouse aerohaline ou prairie du littoral.
L'histoire du boulet en presqu'île de Crozon.
Herbiers de zostères - prairie sous-marine.
L'érosion de la côte argileuse.
La crevette bouquet français.
Une nouvelle baleine morte au Kerloc'h.
Le sémaphore du Toulinguet c'est fini !
L'histoire du presbytère de Roscanvel.
Le street-art in Crozon !
La confiserie Landié sur les quais de Morgat, une institution.
Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel.
De la meurtrière au créneau de tir.
Quelle est l'origine du toponyme Rocher Lieval de Roscanvel ?
Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure.
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019