Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais

Le château du Taureau de la baie de Morlaix.

Louis-René de Caradeuc de La Chalotais (1701 - 1785), procureur général au Parlement de Bretagne a donné son nom à une rue de la commune de Crozon. Ce juriste estimé fut un pilier de la fronde parlementaire à l'encontre du pouvoir royal, à l'encontre du roi Louis XV (15) lui-même.

Le roi cherche de l'argent et délègue aux gouverneurs du royaume les pleins pouvoirs pour remplir les caisses de l'Etat. Seul l'impôt peut y contribuer. Emmanuel-Armand de Vignerot du Plessis-Richelieu, duc d'Aiguillon, pair de France, comte d'Agénois et de Condomois, duc d'Agénois et duc d'Aiguillon (1720 - 1788), est un militaire au caractère autoritaire, ultra-loyaliste, il dirige la Bretagne à l'aveugle. Il conçoit les impôts extraordinaires du roi en sursoyant le parlement de Bretagne qui lui seul a autorité pour instituer une nouvelle imposition. Les parlementaires issus de la noblesse sont contre cette levée de fond qui sera ponctionnée dans leurs économies. Le peuple est exsangue depuis longtemps.

La Chalotais a en horreur les jésuites et milite pour l'éducation nationale laïque, il n'est guère plus amiable avec l'autorité royale et voit l'avenir au travers d'un parlement souverain. Il reste un noble et n'envisage pas la révolution, ni la moindre république mais souhaiterait un peu plus d'autonomie régionale. Il se trouve donc en opposition frontale avec le Duc d'Aiguillon, ultra-conservateur et garant de l'autorité royale unique et indivisible.

Le parlement de Bretagne refuse d'enregistrer les lettres patentes du roi en mars 1765 : il s'agit alors de l'ouverture de la fronde de la Bretagne appelée « l'affaire de Bretagne » dans les salons de Versailles. 80 parlementaires en robes rouges sont priés de se présenter au Roi. L'entrevue est houleuse. De retour à Rennes les parlementaires déclarent, le 22 mai 1765 : « Les imputations accablantes contenues dans le discours du roi ont avili les magistrats et les ont mis dans l'impuissance de faire respecter les lois.... Ils n'ont donc plus qu'à consommer l'abdication d'un ministère désormais inutile.» Aucune autorité légale n'a jamais osé une telle rébellion.

Un nouveau parlement de 19 conseillers est dessiné par le duc. Le «bailliage d'Aiguillon», l'assemblée ainsi surnommée, se réunit en janvier 1766 sans convaincre quiconque, le peuple ricane. A Versailles, on cherche à impressionner les réticents Bretons. La Chalotais considéré comme le principal frondeur est arrêté avec son fils parlementaire dans la nuit du 10 au 11 novembre 1766 au prétexte que le magistrat aurait écrit des billets injurieux au ministre St Florentin. Louis Phélypeaux, comte de Saint-Florentin, duc de La Vrillière (1705 – 1777) secrétaire d'État à la maison du roi et ministre d'État.

Une étude graphologique donnerait la preuve à l'accusation. D'autres parlementaires sont aussi arrêtés : Charrette de la Gâcherie, Charrette de la Colinière, Picquet de Montreuil. De son cachot, La Chalotais aurait publié deux mémoires pour sa défense grâce à un cure-dent trempé dans un jus de suie. Les écrits furent mis dans des enveloppes de sucre et de chocolat.

De la prison du château du Taureau à Morlaix à la Bastille à Paris, il n'y a qu'un voyage en vue d'un procès. Le 22 décembre, le roi renonce à poursuivre ; l'accusation est si fragile qu'il craint le ridicule et l'émeute, les accusés sont condamnés à l'exil hors de Bretagne. La Chalotais se retrouve à Saintes.

Jusqu'à la démission du duc d'Aiguillon en août 1768, le parlement de Bretagne est l'objet de pamphlets de plus en plus acerbes, le pouvoir royal est discrédité. La noblesse bretonne fait bloc, les loyalistes sont mis à l'écart en région.

En 1773, La Chalotais revient en Bretagne pour y enterrer sa femme. Il est arrêté et enfermé au château de Loches en juin 1774. Louis XV meurt le 10 mai. Louis XVI (16) rétablit immédiatement les prérogatives du parlement de Bretagne. La Chalotais rentre à Rennes en héros et retrouve ses fonctions jusqu'à sa mort.

Cette confrontation entre la noblesse parlementaire de la région et le pouvoir central absolutiste est un premier jalon de la future Révolution française de 1789. Durant « l'affaire de Bretagne », la royauté n'a eu de cesse de reculer : impensable mais exemplaire pour la suite de l'histoire révolutionnaire.

La rue de La Chalotais : la pierre du cercueil est à retrouver.

Pointe du Guern / Tréboul

Eglise Saint Pierre et retable

Eglise Saint-Jean de Leïdez

Chapelle St Fiacre

Chapelle Saint Philibert - St Drigent

Les 2 Chapelles Saint Laurent

Chapelle St Hernot

Calvaires de Crozon

Calvaires de Tal ar Groas

L'ancienne forge de Tal ar Groas

Presbytère

Maisons de nobles

Manoir de Trébéron

Manoir d'Hirgars

Manoir de Kerivoas

Moulins à vent

Corps de garde de Postolonnec

Corps de garde de l'Aber

Colonie Ker-Jeanne du Portzic

Gendarmeries et écuries

Bars hôtels restaurants

Les mairies de Crozon

La poste

Rue Charles Levenez

Rue Louis-René de Caradeuc de La Chalotais

Labouret maître verrier

Maison de l'architecte Netter

Menez Gorre

Fontaines

St Fiacre

Rostellec

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Ramassage industriel des galets

Four à Chaux de Rozan

L'étang de l'Aber

Jumelage Sligo-Crozon

Plage de Lostmarc'h

Maison paroissiale

Centre culturel

Sculpteur Jacques Boënnec

Auguste Dizerbo

Colonie de vacances

Le centre des impôts de Crozon

Cinéma Le Rex

Conserverie Péron

Résidence seniors

Le port du Fret

 

Ecoles

Ecole Jeanne d'Arc - Ecole Sainte Anne - Ecole de Saint Fiacre - Ecole Jean Jaurès - Ecole de Tal ar Groas - CES Alain - Ecole Saint Hernot



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021