Eglise Saint Pierre de Crozon

Quatre versions pour une même église qui domine les hauteurs de la Presqu'île de Crozon... Une haute domination qui fit penser à certains opérateurs de téléphonie mobile qu'une antenne y serait très bien logée sur le solide clocher. La raison surnagea, les antennes sont érigées dans le quartier.
Il ne reste pas de traces des deux premières versions de l'église dont la seconde était le fait du recteur de Crozon et abbé de Landévennec Jean Briant. Cet écclésiastique de haut rang intellectuel fit les grandes écoles en Italie et en Allemagne. Il arriva en 1596 en Presqu'île et fit reconstruire l'église de Crozon en 1615.
L'église Saint Pierre à Crozon a été construite une troisième fois en 1866 sur les plans de l'architecte Jules Boyer en ce qui concerne le clocher. Le porche du 16ème siècle a été réutilisé à partir de l'église d'origine. Un nouveau clocher plus "trapus" en pierre de kersanton a été élevé et servait d'amer pour les marins de la baie de Douarnenez. En 1899 et ceci jusqu'en 1901, l'église est reprise une quatrième fois sous la direction architecturale d'Armand Gassis pour un prix de 86000 anciens francs aux deux tiers payés par les paroissiens. L'église Saint Pierre a eu des dégâts en 1944. Son style néogothique ne suscite pas l'enthousiasme. Son charme vient de l'intérieur  !

Mobilier selon l'inventaire de 1988 :
Transept nord, autel du Rosaire avec retable à quatre colonnes torses et fronton brisé, exécuté par Maurice Le Roux en 1664 : au centre, le groupe traditionnel en haut relief, les 15 médaillons entourant la Vierge, et, dans la brisure du fronton, statue de saint Joseph dans un présentoir à quatre colonnettes torses. Bas-reliefs polychromes : le Bon Pasteur sur la porte du tabernacle, et, de part et d'autre, sainte Marguerite, bustes de la Vierge et du Christ, moine tenant une croix.
Contre un mur de refend, autre autel, en tombeau galbé ; sur le tabernacle, petit dais rond à quatre colonnettes lisses.
Transept sud, autel en tombeau galbé ; tabernacle à colonnettes torses, Christ Sauveur sur la porte, Flagellation et Chute de Jésus de part et d'autre, bas-reliefs polychromes du XVIIe siècle. Au-dessus de cet autel, retable dit des "Dix Mille Martyrs". Ce triptyque raconte, en haut relief, l'histoire des légionnaires martyrisés sur le Mont-Ararat sous l'empereur Hadrien. Bois peint et doré de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle (1624 sur un volet). Chaire à prêcher en chêne foncé, sculptée en 1679-1680 par Louis Bariou et son gendre, menuisiers à Quimper. Sur les panneaux, quatre scènes de la vie de saint Pierre, dont sa crucifixion. Sur l'abat-voix, Ange à la trompette.
Fonts baptismaux de granit portant la date de 1742.
Statues en bois polychrome : Christ en croix (1950), deux Anges adorateurs, saint Joseph (nord), saint Pierre, saint François d'Assise, saint Yves assis, saint Corentin (E. Quentric, 1937).
Vitraux de l'atelier Fr. Razin, Nantes, 1946, dans le transept et le chœur et de Marie-Jo Guével, en dalles de verre, dans les bas-côtés et toutes les fenêtres hautes.
Orgue restauré par Heyer en 1857, éléments du XVIIe siècle ; le buffet est d'époque Restauration.
Pierre tombale du XVe siècle aux armes des Provost Seigneurs de Trébéron et des Chastel de Guipronvel. Autre pierre tombale aux armes des Marc'hallac'h Seigneurs de Keramprovost, également du XVe siècle.

Au presbytère, châsse reliquaire en cuivre doré datant du XVIe siècle et portant l'inscription : "GOVZIEN FAICT FAIRE CESTE RELIQUERE EN LONEVR DE DIEV MONS SAINCT PIERRE AVECQ DIZ MILLE MARTIRS POR LA PAROSSE DE CRAUZON" (C. - Hervé Gouzien était recteur de Crozon en 1516).

Retable des 10000 martyrs – bas-relief en l'église de Crozon

Panneau n°15 : Lapidation des Chrétiens.

Panneau n°17 :Les Chrétiens marchent sous les coups de bâton des soldats Romains, un ange enlève les pointes du sol avant le passage des supliciés.

Le retable des 10000 martyrs est un bas relief du 16ème siècle attribué à des artistes bretons locaux qui ont mis « en image » le martyre des soldats chrétiens exécutés sur le mont Arafat en Arménie, sous le règne de l'empereur Hadrien (117-138). 400 personnages sont sculptés dans du chêne et peints ensuite. Le retable porte la date sur un châssis du volet gauche : 1624. Des encadrements sont du 17ème siècle.

Les panneaux polychromes retracent une forme d'adoration du Christ que décrit Louis Calvez ainsi :

« Les Gadaréens et quelques autres peuples, vers l'Arménie majeure, s'étaient révoltés contre les Romains et avaient formé une armée de plus de cent mille hommes.
Les proconsuls d'Arménie et des autres provinces voisines lancèrent contre eux un corps de 16000 hommes aguerris. Mais devant la multitude des ennemis, près de la moitié d'entre eux prirent la fuite. Seuls 9000 soldats, animés par le tribun Acase Garcère, tinrent bon. Avant d'engager le combat, ils offrirent des sacrifices aux idoles. Ce culte idolâtrique, au lieu de les stimuler, abattit leur ardeur.
Un ange leur apparut alors, leur recommanda d'invoquer le Dieu du ciel et son fils Jésus-Christ, leur promettant à ce prix la victoire. Garcère et ses hommes se convertirent et triomphèrent de leurs ennemis.
Fortifiés dans leur foi, il rendirent grâces à Dieu et décidèrent de vivre et de mourir pour lui. L'ange qui leur était apparu les félicita, puis les conduisit sur le mont Arafat. Là, des anges les instruisirent des mystères de la foi et leur annoncèrent qu'ils auraient à souffrir et à mourir pour le Christ.
Apprenant leur victoire et leur retraite, les généraux romains les invitèrent à rejoindre le reste de l'armée... Ils déclarèrent qu'ils étaient Chrétiens et qu'ils ne voulaient à aucun prix sacrifier aux idoles. Leurs anciens compagnons marchèrent alors contre eux. Le représentant de l'empereur menaça de les torturer et de les faire mourir, s'ils ne revenaient pas sur leur décision.
Acace se fit porte-parole des chrétiens et refusa d'obtempérer aux ordres du tyran. On essaya de les lapider ; ce fut sans succès.
On les dépouilla de leurs vêtements, on les attacha aux arbres. On devait les flageller tous, mais bientôt les bras des bourreaux se raidirent.
A cette vue, Théodore, un des chefs de l'armée impériale, se déclara chrétien, ainsi que ses milles soldats, ce qui portait à dix mille le nombre des confesseurs de la foi.
Irrité, le tyran fit marcher les patients sur des pointes de fer répandues à terre sur une longueur de 20 stades (3700 mètres). Ici encore, les Chrétiens bénéficiaient de la protection divine ; des anges arrachaient des clous devant eux. Ils parvinrent à la ville d'Alexandrie où ils eurent à subir les supplices que souffrit le Christ pour notre salut : couronnement d'épines, lacération des côtes, flagellation...
Enfin on décida de les crucifier sur le Mont Arafat. Avant de mourir, plusieurs recueillirent le sang qui coulait de leurs plaies et se le répandirent sur la tête, pour que cette ablution leur servit de baptême. »

Marie-Thérèse, rénovation de la cloche de l'église de Crozon

Qu'elle chante ou qu'elle pleure
Ma voix toujours prie
En l'an de grâce 1961
Sous le pontificat de S S Jean XXIII
J'ai été bénite (22 mai 1961)
Par son excellence Mgr André Fauvel
Evêque de Quimper et de Léon
Abbé Yves le Bihan étant curé doyen
Albert le Lann Maire
de Crozon

Fonderie Cornille-Havard Villedieu-les-Poêles

J'ai été nommée
Marie-Thérèse
Par Mrs Louis Mammani CP et Alain Derrien
Parrains
Et Mmes Drevillon née Thérèse Guillou
Cornec née Marie-Jeanne Beauguion
Marraines

Marie Thérèse, cloche méritante du clocher de l'église de Crozon a retrouvé sa jeunesse après une rénovation en novembre 2016 (5344€ ht).

Le clocher de Crozon dispose de quatre cloches : Marie-Paule (1100 kg), Marie-Jeanne-Elisa (800 kg), Marie-Thérèse (550 kg), Marie-Corentine (400 kg). Toutes ces cloches ont été fondues le 6 mai 1961 à Villedieu-les-Poêles haut lieu de fonte normand. Elles sont les descendantes directes des trois cloches d'origine (Jeanne-Marie 1902, Marie-Françoise 1905, Marie-Ernestine-Jeannie 1860) qui ont été détériorées à la libération de Crozon.

Eglise Saint Pierre et retable

Eglise Saint-Jean de Leïdez

Chapelle St Fiacre

Chapelle Saint Philibert - St Drigent

Les 2 Chapelles Saint Laurent

Chapelle St Hernot

Calvaires de Crozon

Calvaires de Tal ar Groas

Presbytère

Maisons de nobles

Manoir de Trébéron

Manoir d'Hirgars

Manoir de Kerivoas

Moulins à vent

Corps de garde de Postolonnec

Corps de garde de l'Aber

Colonie Ker-Jeanne du Portzic

Gendarmeries et écuries

Bars hôtels restaurants

Les mairies de Crozon

La poste

La poste du Fret

Rue Charles Levenez

Labouret maître verrier

Maison de l'architecte Netter

Fontaines

St Fiacre

Rostellec

Menhirs dolmens

Tombes du Commonwealth

Ramassage industriel des galets

Four à Chaux de Rozan

L'étang de l'Aber

Jumelage Sligo-Crozon

Plage de Lostmarc'h

Maison paroissiale

Centre culturel

Colonie de vacances

Le Fret

Hôtel de la Terrasse au Fret

Les cales du Fret

Chantiers navals du Fret

Quais du Fret

Chapelle du père Benoît

Calvaire St Gildas

L'Harmattan

Maison Ursule

Moulin à marée

Etang du Fret

Ecoles

Ecole Jeanne d'Arc - Ecole Sainte Anne - Ecole de Saint Fiacre - Ecole Jean Jaurès - Ecole de Tal ar Groas - CES Alain - Ecole Saint Hernot



A la une :

Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Péri ou disparu en mer...
L'ostréiculture : élevage des huîtres sur tréteaux en mer.
Cuirassé Bretagne entre honte et nécessité.
Batteries hautes des Capucins.
Drame à l'île Vierge, pointe de St Hernot...
Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019