Les architectes publics reconnus

Le patrimoine architectural de la prequ'île de Crozon laisse apparaître quelques signatures d'architectes régionaux connus, d'autres architectes n'ont pas su construire leur notoriété, leur renommée et redevenue poussière.

Le métier d'architecte jusqu'à la seconde guerre mondiale (loi du 31 décembre 1941) recommande la possession d'un diplôme dont l'obtention est floue, diplôme non obligatoire. Chacun peut donc se prétendre architecte par expérience bien que pour se faire remarquer il vaille mieux savoir dessiner avec talent et avoir fait des études d'art pour cela. Les architectes les plus méritants ont un poids considérable en terme de notoriété et c'est à ce titre que certains tenteront une carrière politique. Quoiqu'il en soit, les meilleurs font partie d'une élite sociale et sont amenés à fréquenter la bourgeoisie ou les autorités religieuses pour leurs commandes desquelles découlent leurs respectabilités. Le métier d'architecte est peut-être l'un des tout premier à ne pas réclamer un titre de famille pour espérer réussir.

Voici les principaux architectes du Finistère au 19ème et 20ème ayant œuvré pour l'art religieux :
Joseph Bigot 48 édifices religieux : 8 néo-classiques, 35 néo-gothiques, 5 néo-romans
Ernest Le Guerrannic 26 édifices religieux : 2 néo-classiques, 18 néo-gothiques, 6 néo-romans
Jean-Marie Abgrall 12 édifices religieux : 9 néo-gothiques, 3 néo-romans
Jules Boyer 12 édifices religieux : néo-gothiques (dont trois façades classiques)
Gustave Bigot (fils de Joseph) 10 édifices religieux : 8 néo-gothiques, 2 néo-romans
Armand Gassis 9 édifices religieux : 5 néo-gothiques, 4 néo-romans. Sur 7 des chantiers, il est lui-même l'entrepreneur.

Joseph Etienne Bigot (1807-1894)
Joseph Bigot a cumulé les fonctions d'architecte départemental du Finistère (1835 jusqu'en 1873 nomination préfectorale) - architecte diocésain (1837 - "à vie") - architecte pénitentiaire (1872-1886), après avoir fait de brillantes études à Quimper et s'étant particulièrement intéressé au dessin. Il était entré aux Ponts et Chaussées et s'était introduit auprès des architectes diocésains à Nantes. Un ultime stage de formation à Paris à l'été 1834 puis retour à Quimper. Un grand père entrepreneur et l'un de ses fils prendra sa succession. L'architecte travaille beaucoup et tout à la fois entre écoles, églises, cimetières, prisons, gendarmeries, maisons bourgeoises privées, halles, fontaines, les plans Bigot prennent forme partout en Finistère et donc aussi en presqu'île de Crozon. Sollicité partout, ayant son mot à dire dans les plans d'aménagement dans différentes commissions, il se laisse tenter par la politique locale à Quimper en tant que conseiller municipal et adjoint au maire (1870-1878). Il se fait aussi une spécialité de moderniser les bâtis existants autant privés qu'administratifs et religieux. Cependant les travaux privés l'inspirent moins et ne s'y investit que mesurément. On le juge aussi trop austère parfois. Parmi environ 50 presbytères, 60 écoles, le presbytère de Crozon et l'école de Saint Hernot (plans de son fils Gustave) font partie de l’œuvre Bigot. La mairie-école de Crozon de 1856 (disparue) fut en plan par ses soins.

Jules Boyer
Architecte de l'arrondissement de Châteaulin, il "reconstruit" l'église de Crozon en 1866 et dessine l'école des filles de Camaret en 1875.

Armand Gassis (1839-1915)
Fils d'entrepreneur, il reprend l'affaire paternelle et de porte vers l'architecture progressivement selon les attentes des clients et là où se portent les chantiers. Armand Gassis a pour seule formation une année à l’École des Arts-et-Métiers d’Angers en 1856. Il se construit une carrière politique en étant adjoint au maire de Châteaulin avant d'être maire de Châteaulin 1896-1903 (révoqué pour avoir refusé de laïciser une école maternelle religieuse suite aux lois de la laïcité de 1901), conseiller général 1899-1907, sénateur 1903-1912 dans une mouvance politique nommée Alliance républicaine progressiste puis Gauche démocratique. Il est l'auteur des réfections de l'église de Crozon de 1899. Les plans des écoles de Landévennec, de l'école publique, rue de l'Ecole en Roscanvel (1910), l'école d'Argol (1897), le groupe scolaire et gendarmerie de Crozon (à l'emplacement de l'école Jean Jaurés), école de Camaret (1906), école de Telgruc (1901 - disparue)...

Les architectes du privé reconnus

Abel et Gaston Chabal.
L’architecte protestant Abel Chabal d'origine ardéchoise (1844-1913), fils de Théophile Chabal (pasteur) président du consistoire de Bretagne avait fait l’École des Beaux Arts de Lyon et l’École des Arts Décoratifs de Paris. Arrivé à Brest en 1874, Abel Chabal fréquente des architectes tel que Louis Mer (1852-1928 - plan d'une des écoles de Roscanvel 1885). Membre de la Société académique brestoise et de la bonne société il devient très en vue et parvient à faire de premières villas à Morgat avant que son fils Gaston ne devienne le principal architecte de la cité balnéaire et au delà en presqu'île.
Gaston Chabal (1882-1965) est un étudiant remarquable qui aide son père avant même d'avoir achevé ses études. L'élève dépasse le maître en notoriété. Le style régionaliste et anglais fait fureur en presqu'île de Crozon. Etudes à l'Ecole nationale des arts décoratifs de Paris. Outre ses succès, il est membre d'une suite infinie d'organismes qui assoient son statut. Membre des salons de la Société nationale de Paris en 1922, membre du Comité de direction de la Construction moderne en 1935. Vice-Président du syndicat professionnel des architectes du Finistère, membre fondateur du Rotary club de Brest en 1931, membre fondateur en 1937 (avec Aimé Freyssinet) et Président de la société des Amis des arts, Président du syndicat des architectes du Nord-Ouest de la France 1945, membre de la Commission administrative des Hospices de Brest, Vice-président de l’Institut finistérien d’études préhistoriques, diplômé de la société française des Amis des arbres en 1927, membre de la délégation spéciale de Brest à la Libération, fondateur de la Bibliothèque de documentation artistique...
.

Aimé Freyssinet (1881-1947). La villa Kerlisanton en Morgat.

Roger le Flanchec (1915-1986)
Architecte reconnu par les initiés, méconnu du grand public, il étudie aux Beaux-Arts de Rennes, travaille pour un cabinet à St Brieuc, réalise sa première villa tonitruante à 21 ans en reléguant les architectes régionalistes tel que Gaston Chabal au rayon des antiquités. L'architecture moderne, un style à la Corbusier, naît en Bretagne non sans mal. Cet homme n'est pas enclin à s'inscrire à l'ordre des architectes. Le diplôme D.P.L.G. avait pour signification inattendue « dépucelé par le gouvernement ». Il y consentira en 1947 afin de poursuivre son travail dans la légalité.
Outre son talent à inventer de nouvelles tendances, il a le talent des conflits en tous genres qui se terminent parfois en procès. Les municipalités voient cet énergumène du plus mauvais œil et lui interdisent moult permis de construire. Les toits terrasses au pays des ardoises heurtaient les sensibilités chauvines. Pourtant quelques réalisations parviennent à sortir de terre dont l'hôtel Moreau – Roi d'Ys à Telgruc-sur-Mer avec son toit spécifique et ses murs colorés qui ne le sont pas moins.

De nombreux architectes ont bâti en presqu'île de Crozon, la liste est longue. Parfois il ne s'agit que d'une maison...

Histoire locale

L'empire romain : Camp romain du Kerloc'hMonnaie de PostumeVoies romaines.

L'ancien régime : La dernière comtesse de CrozonL'histoire du comté de CrozonLes fourches patibulairesJeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du FretMaître des barquesLa loi du milliard pour les émigrésArmoiries des communes

Les personnalités : Marguerite de SavoieJean MoulinLa visite d'Erwin RommelLouis Prucser moine résistantLes vacances de de Gaulle à MorgatGabrielle Colonna-RomanoLouis JouvetMonique Keraudren & Gérard Aymonin botanistesFrère François le Bail géologueMacron à Crozon carton rouge 2018Les architectes qui comptent

Artistes : Marie-Jo GuévelGérard GuéguéniatAlphonse et Gabriel ChanteauPierre ChanteauMaxime MaufraJim E Sévellec

Les gens : Statut social des femmes par leurs pierres tombalesLes épidémiesBaisse de la population à cause du sable marinResencement : baisse du nombre d'habitantsMourir en vacancesCurés de campagneLes Filles du Saint EspritVendeur colporteur de presse VCPDémocratie participativeRIP Référendum d'initiative partagéePrécarité et délinquanceAlmanach du forestierTour de FranceCaravane publicitaire

Pêche : Locations au Fret pour les pêcheurs de coquillesUne vie de sardinierCrise sardinière le vrai le fauxExtermination des bélugas au canonLe Mauritanien RocamadourL'histoire des MauritaniensPéri ou disparu en merLa Janine monument historiqueDundee

Epaves et échouages : Le fantôme de LandévennecLa fin de la flûte RhôneL'épave du Tante YvonneD'autres épavesL'échouage du PérouL'échouage du DuguesclinPlanches découvrantesIndemnisations de l'Erika

Vieilles coques : Inauguration du navire école Charles DaniélouHorreur à bord du BreslawLe Bel EspoirVoiliers anciens et vieilles coquesVoile pince de crabeGrésillonBateau à vapeur l'AverseLa FauvetteLes ancres qui chassent

Navires d'aujourd'hui : Seajacks ScyllaVedette des douanes en sauvetageVedettes PM 509 PM 510Méthanier à membraneTempête AmélieStellamarisPétrolier WhitstarLiaisons maritimes

Légendes coutumes toponymes: La pierre du mariageLa chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la filleLe Galant-PasseurLa légende des KorrigansTraduction de toponymesLan – Ermitage

Aménagements : L'histoire des moulinsLivre terrier et cadastre napoléonienManoir disparuPetit commercePlaque émaillée licence IVBoîte jaune de la PosteCâble sous-marinAntennes-relaisPoteaux en bétonPoteaux en boisPoteaux composites & fibres de verreDéploiement de la fibre optiqueEnfouissement de lignes électriquesLignes de haute-tensionPoste de transformation de haute tensionRepère de nivellement généralPistes cyclablesL'histoire des pompes à essence

Culture : Tournages de films de cinémaSéries Tv et courts métragesOrchestre de la WW2


°°°




A la une :

Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Le mauvais souvenir des marées noires en presqu'île.
Voie verte en cours de développement.
Le kiosque flottant avec sa baignoire !
La batterie de Beaufort, l'avant période Vaubanienne.
Le ruisseau de l'Aber et ses moulins à eau.
Départ des marins pêcheurs résistants vers l'Angleterre.
La Martre des pins, ex-nuisible, peine à traverser les routes.
Etape du Tour de France en presqu'île de Crozon. Les photos de la caravane publicitaire.
Pétroliers en rade Brest : les livreurs de votre carburant.
L'Oursin cœur ou Souris des mers.
Une borne à incendie, rien que des normes !
Un orchestre de la seconde guerre mondiale.
Souvenir de la naissance du gouffre du Cap de la Chèvre.
Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.
Le port du Fret.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021