Histoires d'épaves

La presqu'île de Crozon bénéficie de quelques épaves en bois, de la taille d'embarcations de pêche. Par contre les navires de grandes tailles sont au fond de la mer, présentés à l'oubli.

Vaisseau de guerre français de 74 canons, de classe Téméraire - 107 vaisseaux de sa classe, "le Golymin" (ex Inflexible) porte le nom d'une bataille victorieuse napoléonienne à l'encontre de l'armée polonaise. Construit à Lorient de 1804 à 1809, en service le 1er janvier 1812, il coule le 23 mars 1814 dans le goulet de Brest après s'être déchiré sur le rocher du Mengant. Brise légère mais courants forts. Malgré une manœuvre désespérée pour ralentir sa route en ayant lancé ses ancres, il sombre en dérivant vers Basse-Goudron. Le capitaine Armand Leduc commandant le navire est déclaré innocent par la cours martiale le 15 juillet 1814.

L'épave est classée. Des obusiers sont conservés au musée de la Marine à Paris.

Le 16 juin 1896, le paquebot à vapeur "Drummond Castle", provenant du Cap (Afrique du Sud), vers 23 heures, après une navigation hasardeuse dans le brouillard, se déchire sur les récifs entre Molène et Ouessant. Il coule en quinze minutes faisant 245 victimes et 3 survivants repêchés par des pêcheurs le lendemain de la catastrophe.

Les Bretons cultivent une forte animosité envers les Anglais et pourtant une multitude de bateaux de pêche va tenter de faire au mieux avec le pire qui flotte sous les yeux des marins. Dans les jours qui suivent des dizaines de cadavres dérivent et Camaret-sur-Mer connaît ses premiers naufragés inertes sur la centaine retrouvée au total.

Rosalie Dorso prend en charge l'inhumation des malheureux alors qu'à Molène on manque de bois pour faire des cercueils.

Au Royaume-Uni, c'est l'émotion. Les journaux déclenchent une souscription pour en faire don aux Bretons. La Reine Victoria offre des financements pour différents travaux à Molène et un calice en vermeil orné de pierres précieuses ainsi qu'une horloge indiquant l’heure solaire...

Le 29 avril 1897, M. le ministre plénipotentiaire de la reine d'Angleterre à Paris honore Rosalie Dorso, veuve du Maire Corneille Dorso, d'une nouvelle médaille d'honneur qui s'ajoute à d'autres distinctions du passé...

L'aviso "La Meuse" fut mis en service le 09 01 1918 – rayé le 20 12 1938. Après son affectation à la division navale de la Baltique, en 1920, il rejoint l'Ecole navale de Lanvéoc Poulmic.

Il achève son service en tant que caserne flottante à Saint Nazaire pour loger les personnels travaillant sur les navires en chantier en 1937. En 1938, il revient à Brest et est voué à la démolition.

Il échappe à cette échéance car la Marine Nationale s'en sert comme cible d'artillerie de marine à partir du cuirasser Jean Bart.

L'aviso escorteur est enfin coulé en baie de Douarnenez en 1954. "La Meuse" est devenu une curiosité pour les plongeurs sous-marins à 33 mètres de fond.

"La Perle" était un navire-école chalutier de la marine marchande pour une trentaine d'élèves officiers, construit en 1971 à Dunkerque. Revenant de Lorient, le 16 décembre 1984, il touche (il talonne) un rocher sur la Basse-Jaune au Sud Ouest du cap de la Chèvre. Il prend l'eau. "La Perle" est secouru par la SNSM qui le remorque. Malheureusement la voie d'eau est importante, il coule. L'équipage est sauf.

La navire est renfloué le 15 mars 1985 dans l'espoir d'une réparation. Il est désarmé et sabordé neuf jours plus tard en tant que récif artificiel avec "le Castel Meur" et "la Meuse" au centre de la baie de Douarnenez. L'épave est visitée régulièrement par les plongeurs.

Le cargo Panaméen "Hydo", le 02 septembre 1983, par une mer et des vents forts, en mer d'Iroise, se trouve en difficulté. Le vieux caboteur naviguait vers un port espagnol pour déconstruction. L'Abeille Flandre tente un remorquage mais l'amarre cède. Le caboteur dérive et se brise sur la côte de Pen-hir en prenant feu. L'épave au Nord des grottes des Tas de Pois fait l'objet de plongées dorénavant.

Le Mauritanien Rocamadour

La Janine monument historique

Le Galant-Passeur

Une vie de sardinier

Crise sardinière le vrai le faux

Extermination des bélugas au canon

L'histoire des Mauritaniens

Le fantôme de Landévennec

L'épave du Tante Yvonne

D'autres épaves

L'échouage du Pérou

L'échouage du Duguesclin

Inauguration du navire école Charles Daniélou

Horreur à bord du Breslaw

Le Bel Espoir

Voiliers anciens et vieilles coques

Bateau à vapeur l'Averse

Louis Prucser moine résistant

La Fauvette

Traduction de toponymes

Tournages de films de cinéma

Séries Tv et courts métrages

Statut social des femmes par leurs pierres tombales

Macron à Crozon carton rouge 2018

Louis Jouvet

Petit commerce



A la une :

L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
La trace d'un petit commerce d'alimentation.
L'école de Saint Hernot - Maison des Minéraux.
L'abri du champ de tir de l'Anse de Dinan de l'armée : le mystère est complet.
L'histoire de la gestion de la forêt domaniale de Landévennec, ce n'était vraiment pas écolo !
L'effondrement de la falaise, un destin écrit d'avance.
Le statut des femmes lu sur les pierres tombales.
La charrue locale.
La belle histoire du Relais des pêcheurs.
Deux conceptions de l'urbanisme, la maison de santé d'Argol et la villa Gradlon à Morgat.
Les griffes de l'écureuil.
Démolition de la chapelle de Morgat.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.



Une information, une demande :

© 2019