La vie des prêtres de campagne en presqu'île de Crozon

Au travers de la vie de trois prêtres, voici l'état de l'église en presqu'île de Crozon.

François Marie Lescop né le 12 09 1791 à Plouguerneau, ordonné prêtre en 1814, devient vicaire à Recouvrance (Brest) avant d'être nommé à la paroisse de Crozon en 1820. Il y mourut le 09 03 1824 de maladie. Bien que sa cure fut brève en Crozon, elle fut tonitruante.
Les conditions de travail du recteur de Crozon étaient un sacerdoce. Pauvreté, difficulté d'assurer le lendemain, déplacements incessants à pied pour visiter les paroissiens éloignés du bourg, c'était donc bien des lieues à parcourir chaque jour dans des chemins épouvantables. Le jeune curé estimait que les cinq prêtres de la paroisse ne viendraient pas à bout de la tâche, même aidés par des vicaires.
Si la Révolution française avait crucifié l'église avec une brutalité sans nom, lors de la reconnaissance de la seconde Restauration (1815), les prêtres brimés ont eu espoir que la royauté à nouveau au pouvoir restaurât leurs privilèges pour mettre un terme à l'anticléricalisme des Libéraux ou plus simplement à conjurer des agnostiques dont le nombre ne cessait de croître librement.
Le curé Lescop fut de tous les combats. Il empêcha que l'on danse dans les rues de Crozon en plein jour au son du biniou. Les danseurs étaient les méchants et le sonneur de biniou un mécréant indigne. Lors d'une de ses interventions contre les méchants de sa cure, il fit intervenir la gendarmerie qui se trouva bien embarrassée d'arrêter le sonneur à 21 heures, un soir de juin 1822. L'adjoint au maire Forcez intervint pour que le trouble à l'ordre public et à la morale cessât sur le champ. Le sonneur passa une nuit en prison sans comprendre de quel crime il était coupable.
Le sous-préfet Adam de Châteaulin manifesta son indignation auprès du maire de Crozon quant à l'usage de la force par le biais d'un représentant de l'Eglise.
L'évêque Monseigneur Pierre-Vincent Dombideau de Crouseilhes écrivit une complainte saignante au ministre de l'Intérieur, le comte Jacques-Joseph Guillaume François Pierre de Corbière, à propos des statuts synodaux dont l'un des articles interdit "les danses les jours de dimanche et fêtes et tous les autres jours après le coucher du soleil. Cette dernière disposition a surtout contribué à conserver les bonnes mœurs dans les paroisses de la campagne. L'éloignement des habitations, si les danses se prolongeaient dans la nuit, entrainerait les plus grands désordres."
Après cette affaire, le curé Lescop changea de stratégie car une onde hostile s'était formée dans la population, il partait désormais, croix à la main, dissuader un par un les méchants en place publique, ce qui divisa la population comme jamais.
Il faut reconnaître que dans toutes les communes de la presqu'île de Crozon, les curés étaient "confrontés" aux filles-mères dont certaines venaient demander le baptême pour leurs nouveaux-nés. Les prêtres les plus ardents refusaient, ces jeunes-femmes étaient alors mises à l'index dans leur commune. D'autres toléraient, en grinçant des dents, le baptême oui mais tôt le matin, toujours avant 7 heures et parfois sous la condition qu'un mariage avec le père fut célébré à des heures matinales prochainement.
Il y avait aussi les enfants adultérins venus des villes que des familles bourgeoises confiaient à des nourrices pas toutes bonnes chrétiennes puisqu'elles entretenaient le péché. La mortalité infantile était élevée, les familles ne payaient pas durablement, les enfants étaient donné à qui voulait, à des marchands de passage avec l'appui de certains curés.
Outre le fait que les paroisses de la presqu'île éloignaient tout espoir d'une brillante carrière ecclésiastique, les mouvements anticléricaux épars à cette époque, menaçaient l'influence religieuse des prêtres sur les paroissiens qui étaient les seuls donateurs du denier du culte désormais. Les prodigalités aristocratiques s'étaient résorbées pour beaucoup après la révolution de 1789. Un seul espoir, la Contre-Révolution et l'écrasement des Libéraux qui à Crozon, en 1822, menaient cabales (ou pas) contre un maire royaliste accusé d'écritures frauduleuses. Il n'en fallait pas tant pour que le curé Lescop repartît en campagne, cette fois politique. Il voulait que le maire fut entouré de royalistes à sa pogne car selon son propos, il y avait les royalistes de grande pureté, les utiles à l'église et les royalistes douteux, les peu croyants. L'affaire du maire Peillet se jugea d'abord à Châteaulin où il fut mis en prévention, puis lavé de tout soupçon à Rennes après que le curé Lescop se plaignit à l'évêque de Quimper qui sut se plaindre là où il fallait se plaindre. Le maire revint à Crozon en triomphateur du libéralisme décadent. Le curé Lescop bien que malade, jubila. Il avait un maire royaliste à disposition...

François-Marie Puissant né en février 1758 fut recteur constitutionnel à Meslan entre 1791 et 1797 puis il fut recteur en Camaret avant d'être nommé à Roscanvel ou le scandale vint avec lui. L'homme soupçonné de boire fréquemment à la dive bouteille avait selon ses dires :"Si la commisération et la sensibilité m'ont déterminé à donner asile à une dame de 40 ans et à sa mère âgée de plus de 80 ans, c'est qu'elles jouissaient d'une réputation intacte." Dans les faits, monsieur le curé était le concubin de la "réfugiée des bons auspices", cela dura toute une vie et trente ans au moins, on ne peut donc taxer ce prêtre d'infidélité... Les autorités de l'église connaissaient parfaitement le péché de la chair de ce bélier égaré. D'ailleurs le prêtre de Roscanvel disait haut et clair qu'il se moquait de sa hiérarchie. Il fut indéboulonnable parce que personne ne voulut aller prêcher les textes d'évangile en terre reculée comme pouvait l'être Roscanvel sous domination militaire et les débords inhérents à la militarisation.

Ce curé porté sur le plaisir des sens ne fut pas le seul. Dans de nombreuses archives subsistent des lettres de curés dénonçant les vices des confrères. L'alcool, les femmes, les deux en-même temps ou alternativement selon les tempéraments. Et si au 19ème siècle la Bretagne avait trop de curés, il n'y avait jamais eu de candidat à l'exil spirituel sur les terres subversives et éloignées de la presqu'île de Crozon. Certaines communes restent sans curé durant des années. Pauvreté, dénuement, charge de travail démentielle, reconnaissance inexistante, face à une population certes croyante mais avec davantage de dépendance à l'alcoolisme qu'à la fréquentation des églises. Une population intriguée par la sorcellerie des sources miraculeuses et la puissance du diable et dubitative sur les bienfaits d'un dieu qui semble indifférent à la misère des siens. Certes les bigots n'avaient aucun doute mais progressivement, les rangs des croyants se clairsemaient.

Par contre dans les frasques connues des hommes d'église, aucune référence n'est faite à propos de la pédophilie. Peu probable que la presqu'île ait échappé à ces dérives et ceci d'autant que les rapports incestueux chez les paroissiens étaient connus et reconnus et qu'ils étaient cachés par l'église qui imposait les silences familiaux pour ne pas admettre qu'elle était dans l'incapacité de maîtriser les bas instincts des frustres. Pourquoi tant d'inceste ? Le penty breton est une maison minuscule à une seule pièce pour toute une famille souvent nombreuse, la promiscuité faisait le pire.

Le curé Clérec semble faire la synthèse :
Jean-Marie Clérec, prêtre brestois issu de la bourgeoisie, fut nommé à Camaret en 1808. A son arrivée, la population de 600 âmes fut enthousiaste, cela faisait des années qu'il n'y avait pas eu de prêtre résidant. Le jeune curé fut bienheureux de ce chaste transport. Deux ans plus tard, il écrivit à l'évêque ceci : "Ce pauvre peuple ne correspond pas du tout à la vraie tendresse que j'ai pour lui. Je n'entends que des nouvelles vraiment désolantes, soit manque de vigilance de la part des parents, soit irréligion ou pravité de la part de jeunes personnes. Voici en l'espace de deux ans, dans une très petite paroisse, le huitième enfant illégitime que je fais baptiser... Je crois pouvoir avancer à la honte de Camaret qu'il n'y a jamais eu beaucoup de religion. Soldats, marins sont gens qui n'en ont pas outre mesure. Je commence à me repentir d'avoir été assez simple pour solliciter moi-même la place chagrinante que j'occupe...
La jeunesse est ici tellement effrontée qu'on vient jusqu'à chez moi, jusqu'à ma table, me demander une salle pour danser. A-t-on jamais poussé l'impudeur à ce point ?"
Le curé obtint sa "mutation" en 1816 à bout de nerfs ! Le prêtre suivant arriva en 1821.

Pendant ce temps, on trouvait régulièrement le curé de Telgruc dans les fossés des chemins creux à cuver son vin après avoir visité des veuves éplorées. Il se disait malade et à bout de force. Il était hypocondriaque.

Le clergé breton représente 6% de la population en 1789 contre 8% en France dans les régions catholiques. La presqu'île connaît 18 prêtres (18 chapelles) employés au 18ème siècle (pour 224 villages), plus les curés non assignés dont on ne sait que peu de chose. Les effectifs décroissent à mesure que les chapelles tombent en ruines et que les pratiquants sont moins nombreux. En 2020, la presqu'île de Crozon forme une seule paroisse (Ste Marie) avec un seul curé.
Il est à noter que bien souvent les curés d'antan étaient dits familiaux – spécificité bretonne à cause de langue bretonne variable selon les contrées. Ces prêtres de campagne avaient leur propre famille dans la paroisse. Bien des affaires sensibles furent nouées et tragiques à cause de conflits d'intérêts mal maîtrisés par le clergé. Il fallait aussi ajouter les emprises exercées sur les femmes plus réceptives à la religion. La diabolisation des mœurs, les menaces permanentes à l'encontre de la moindre expression féminine, la faveur des mariages consanguins plutôt que d'approuver "l'aventure" avec un homme venu d'un autre village par crainte de perdre de l'influence autoritaire... Les curés familiaux avaient parfois des allures de gourou à l'égard d'une population sans distraction, sans culture, illétrée, broyée par la peur des épidémies, de la mort des marins en mer... La faim au ventre...

Histoire locale

L'empire romain : Camp romain du Kerloc'hMonnaie de PostumeVoies romaines.

L'ancien régime : La dernière comtesse de CrozonL'histoire du comté de CrozonLes fourches patibulairesJeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du FretMaître des barquesLa loi du milliard pour les émigrésArmoiries des communesAttaques des diligences

Les personnalités : Marguerite de SavoieVice-amiral ThévenardMaréchal Philippe PétainJean MoulinLouis-Ferdinand CélineLa visite d'Erwin RommelLouis Prucser moine résistantLes vacances de de Gaulle à MorgatGabrielle Colonna-RomanoLouis JouvetMonique Keraudren & Gérard Aymonin botanistesFrère François le Bail géologueMacron à Crozon carton rouge 2018Les architectes qui comptentPapes Grégoire XI et Paul II

Artistes : Marie-Jo GuévelGérard GuéguéniatAlphonse et Gabriel ChanteauPierre ChanteauMaxime MaufraJim E SévellecGeorges VioletMarcel SauvaigeEugène Boudin

Les gens : Statut social des femmes par leurs pierres tombalesLes femmes dans les conseils municipaux  – Les épidémiesBaisse de la population à cause du sable marinResencement : baisse du nombre d'habitantsMourir en vacancesCurés de campagneLes Filles du Saint EspritVendeur colporteur de presse VCPDémocratie participativeRIP Référendum d'initiative partagéePrécarité et délinquanceAlmanach du forestierTour de FranceCaravane publicitaire

Pêche : Locations au Fret pour les pêcheurs de coquillesUne vie de sardinierCrise sardinière le vrai le fauxExtermination des bélugas au canonLe Mauritanien RocamadourL'histoire des MauritaniensPéri ou disparu en merLa Janine monument historiqueDundee

Epaves et échouages : Le fantôme de LandévennecLa fin de la flûte RhôneL'épave du Tante YvonneD'autres épavesL'échouage du PérouL'échouage du DuguesclinPlanches découvrantesIndemnisations de l'Erika

Vieilles coques : Inauguration du navire école Charles DaniélouHorreur à bord du BreslawLe Bel EspoirVoiliers anciens et vieilles coquesVoile pince de crabeGrésillonBateau à vapeur l'AverseLa FauvetteLes ancres qui chassent

Navires d'aujourd'hui : Seajacks ScyllaVedette des douanes en sauvetageVedettes PM 509 PM 510Méthanier à membraneTempête AmélieStellamarisPétrolier WhitstarLiaisons maritimesPorte-conteneursCâblierRemorqueur océaniqueAbeille BourbonAtalante Ifremer

Légendes coutumes toponymes: La pierre du mariageLa chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la filleLe Galant-PasseurLa légende des KorrigansTraduction de toponymesLan – ErmitageGarenne Goarem

Aménagements : L'histoire des moulinsLes cloches sous la RévolutionLivre terrier et cadastre napoléonienManoir disparuPetit commerceFruiteriePlaque émaillée licence IVBoîte jaune de la PosteCâble sous-marinAntennes-relaisPoteaux en bétonPoteaux en boisPoteaux composites & fibres de verreDéploiement de la fibre optiqueEnfouissement de lignes électriquesLignes de haute-tensionPoste de transformation de haute tensionRepère de nivellement généralPistes cyclablesL'évolution de l'usage de la voitureL'histoire des pompes à essenceRallye Super - Casino - Leader Price - AldiFaire la buéeChantiers CourtéPLUiH

Culture : Tournages de films de cinémaSéries Tv et courts métragesOrchestre de la WW2


°°°




A la une :

Crabe araignée ou crabe mousse ?
Le BEM Monge.
La genèse et l'inauguration de l'abattoir de Camaret.
Le vice-amiral Thévenard à la Pointe du Toulinguet et aux alignements de Lagatjar.
Le maréchal Pétain à Morgat.
Louis-Ferdinand Céline décroché pour l'oubli !
Eugène Boudin à Camaret-sur-Mer.
Le danger d'une baïne, que faire ?
Le mangeur d'étamines : le Dasyte émeraude.
Nettoyage par criblage de la plage de Morgat.
Des marques de tracteurs anciens qui n'existent plus ou presque.
Du nouveau dans les orties, le papillon Carte Géographique arrive en presqu'île !
Surf et environnement, un rapport difficile !
Une nouvelle ponte pour les gravelots ! Troisième année de reproduction dans l'extros ! 2 poussins au 2 mai !
Cherche infos sur le "réservoir" de Camaret ! Merci de votre aide.
Les risques technologiques en Presqu'île de Crozon.
Le remorqueur Abeille Bourbon dans l'anse de Camaret.
Les anciennes carrières de la presqu'île.
La batterie de "la Mort Anglaise".
Le monument aux Morts d'Argol : le grand déplacement !
L'histoire des échaliers des enclos paroissiaux.
La position allemande du Marros pour défendre le pont de Térénez.
Les urinoirs d'Argol, une affaire d'Etat !
La géomatique surveille le recul des falaises en presqu'île de Crozon.
Les vapeurs du transport aérien, une calamité que les anciens avaient prévue.
L'activité humaine contre nature : fauchage des prunelliers et polystyrène indésirable.
Araignée Epeire concombre : la belle verte !
Fourmi, le genre Formica.
L'affaire de la rampe (rue) de la Montagne enfin éclaircie.
Flakartillerie légère et mobile.
De la grande guerre au tir aux poulets, l'histoire du canon de 32cm de Roscanvel.
Tournage d'un film policier à Morgat avec la célèbre vedette Suzanne Grandais.
Le bois du Kador, son histoire pour préparer sa découverte.
Un crime de guerre ordinaire resté impuni.
Le pré, la rue, le Grand Café du Luxembourg.
Garenne Goarem, les lapins du moyen-âge.
La répartition des algues.
Les limites élastiques de la commune de Camaret.
Bientôt le départ de la Grive Litorne.
Les victimes du cuirassé Danton.
L'Atalante d'Ifremer.
La batterie du Portzic "effacée" par une table de pique-nique.
Le sup foil est bien là à  Crozon !
Sensations fortes au rocher de la Cormorandière.
Les vestiges d'un poste de télémétrie Audouard à la Pointe des Espagnols.
Les défenses allemandes de Morgat.
Le radar pédagogique moins innocent qu'il en a l'air.
Un patrimoinne militaire sous-estimé : "la Vieille Batterie" du 17ème siècle.
Regelbau 667.
Une ancienne batterie française devenue allemande : Pourjoint.
Le monument aux morts de Crozon fit éructer le préfet.
Anne Le Bastard de Mesmeur, une religieuse royaliste.
Manoir de Lescoat des Poulmic aux Bastard !
Les trous des bonnes-sœurs.
Attaques des diligences à Crozon !
Le manoir de Treyer de la famille Le Jar de Clesmeur.
Les intentions du PLUiH de la presqu'île de Crozon.
Super-Marché Concorde de Crozon.
La fonte des cloches sous la Révolution.
La manoir de Goandour de la famille de Gouandour.
De la place des femmes, des cigarettes et des cravates dans les conseils municipaux.
Les chantiers Courté.
L'aventure du Centre Hospitalier.
Les excursions maritimes pour visiter les grottes de Morgat, toute une histoire.
Les cordages marins synthétiques la fausse bonne idée.
Abri de projecteur de DCA français redécouvert à la Pointe des Espagnols.
La batterie extérieure de la Tour Vauban.
Un rorqual sans queue ni tête mystérieux.
Usine abri groupe électrogène de l'armée française de la fin du 19ème siècle.
Faire connaissance avec la limace rouge.
Rue et impasse du Moulin Cassé, l'ultime souvenir d'un moulin à vent camarétois.
L'exploitation des roselières pour le chaume traditionnel.
La corvée de la buée.
La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021