La vie des prêtres de campagne en presqu'île de Crozon

Au travers de la vie de trois prêtres, voici l'état de l'église en presqu'île de Crozon.

François Marie Lescop né le 12 09 1791 à Plouguerneau, ordonné prêtre en 1814, devient vicaire à Recouvrance (Brest) avant d'être nommé à la paroisse de Crozon en 1820. Il y mourut le 09 03 1824 de maladie. Bien que sa cure fut brève en Crozon, elle fut tonitruante.
Les conditions de travail du recteur de Crozon étaient un sacerdoce. Pauvreté, difficulté d'assurer le lendemain, déplacements incessants à pied pour visiter les paroissiens éloignés du bourg, c'était donc bien des lieues à parcourir chaque jour dans des chemins épouvantables. Le jeune curé estimait que les cinq prêtres de la paroisse ne viendraient pas à bout de la tâche, même aidés par des vicaires.
Si la Révolution française avait crucifié l'église avec une brutalité sans nom, lors de la reconnaissance de la seconde Restauration (1815), les prêtres brimés ont eu espoir que la royauté à nouveau au pouvoir restaurât leurs privilèges pour mettre un terme à l'anticléricalisme des Libéraux ou plus simplement à conjurer des agnostiques dont le nombre ne cessait de croître librement.
Le curé Lescop fut de tous les combats. Il empêcha que l'on danse dans les rues de Crozon en plein jour au son du biniou. Les danseurs étaient les méchants et le sonneur de biniou un mécréant indigne. Lors d'une de ses interventions contre les méchants de sa cure, il fit intervenir la gendarmerie qui se trouva bien embarrassée d'arrêter le sonneur à 21 heures, un soir de juin 1822. L'adjoint au maire Forcez intervint pour que le trouble à l'ordre public et à la morale cessât sur le champ. Le sonneur passa une nuit en prison sans comprendre de quel crime il était coupable.
Le sous-préfet Adam de Châteaulin manifesta son indignation auprès du maire de Crozon quant à l'usage de la force par le biais d'un représentant de l'Eglise.
L'évêque Monseigneur Pierre-Vincent Dombideau de Crouseilhes écrivit une complainte saignante au ministre de l'Intérieur, le comte Jacques-Joseph Guillaume François Pierre de Corbière, à propos des statuts synodaux dont l'un des articles interdit "les danses les jours de dimanche et fêtes et tous les autres jours après le coucher du soleil. Cette dernière disposition a surtout contribué à conserver les bonnes mœurs dans les paroisses de la campagne. L'éloignement des habitations, si les danses se prolongeaient dans la nuit, entrainerait les plus grands désordres."
Après cette affaire, le curé Lescop changea de stratégie car une onde hostile s'était formée dans la population, il partait désormais, croix à la main, dissuader un par un les méchants en place publique, ce qui divisa la population comme jamais.
Il faut reconnaître que dans toutes les communes de la presqu'île de Crozon, les curés étaient "confrontés" aux filles-mères dont certaines venaient demander le baptême pour leurs nouveaux-nés. Les prêtres les plus ardents refusaient, ces jeunes-femmes étaient alors mises à l'index dans leur commune. D'autres toléraient, en grinçant des dents, le baptême mais tôt le matin, toujours avant 7 heures et parfois sous la condition qu'un mariage avec le père fut célébré à des heures matinales.
Il y avait aussi les enfants adultérins venus des villes que des familles bourgeoises confiaient à des nourrices pas toutes bonnes chrétiennes puisqu'elles entretenaient le péché. La mortalité infantile était élevée, les familles ne payaient pas durablement, les enfants étaient donné à qui voulait, à des marchands de passage avec l'appui de certains curés.
Outre le fait que les paroisses de la presqu'île éloignaient tout espoir d'une brillante carrière ecclésiastique, les mouvements anticléricaux épars à cette époque, menaçaient l'influence religieuse des prêtres sur les paroissiens qui étaient les seuls donateurs du denier du culte désormais. Les prodigalités aristocratiques s'étaient résorbées pour beaucoup après la révolution de 1789. Un seul espoir, la Contre-Révolution et l'écrasement des Libéraux qui à Crozon, en 1822, menaient cabales (ou pas) contre un maire royaliste accusé d'écritures frauduleuses. Il n'en fallait pas tant pour que le curé Lescop repartît en campagne, cette fois politique. Il voulait que le maire fut entouré de royalistes à sa pogne car selon son propos, il y avait les royalistes de grande pureté, les utiles à l'église et les royalistes douteux, les peu croyants. L'affaire du maire Peillet se jugea d'abord à Châteaulin où il fut mis en prévention, puis lavé de tout soupçon à Rennes après que le curé Lescop se plaignit à l'évêque de Quimper qui sut se plaindre là où il fallait se plaindre. Le maire revint à Crozon en triomphateur du libéralisme décadent. Le curé Lescop bien que malade, jubila. Il avait un maire royaliste à disposition...

François-Marie Puissant né en février 1758 fut recteur constitutionnel à Meslan entre 1791 et 1797 puis il fut recteur en Camaret avant d'être nommé à Roscanvel ou le scandale vint avec lui. L'homme soupçonné de boire fréquemment à la dive bouteille avait selon ses dires :"Si la commisération et la sensibilité m'ont déterminé à donner asile à une dame de 40 ans et à sa mère âgée de plus de 80 ans, c'est qu'elles jouissaient d'une réputation intacte." Dans les faits, monsieur le curé était le concubin de la "réfugiée des bons auspices", cela dura toute une vie et trente ans au moins, on ne peut donc taxer ce prêtre d'infidélité... Les autorités de l'église connaissaient parfaitement le péché de la chair de ce bélier égaré. D'ailleurs le prêtre de Roscanvel disait haut et clair qu'il se moquait de sa hiérarchie. Il fut indéboulonnable parce que personne ne voulut aller prêcher les textes d'évangile en terre reculée comme pouvait l'être Roscanvel sous domination militaire et les débords inhérents à la militarisation.

Ce curé porté sur le plaisir des sens ne fut pas le seul. Dans de nombreuses archives subsistent des lettres de curés dénonçant les vices des confrères. L'alcool, les femmes, les deux en-même temps ou alternativement selon les tempéraments. Et si au 19ème siècle la Bretagne avait trop de curés, il n'y avait jamais eu de candidat à l'exil spirituel sur les terres subversives et éloignées de la presqu'île de Crozon. Certaines communes restent sans curé durant des années. Pauvreté, dénuement, charge de travail démentielle, reconnaissance inexistante, face à une population certes croyante mais avec davantage de dépendance à l'alcoolisme qu'à la fréquentation des églises. Une population intriguée par la sorcellerie des sources miraculeuses et la puissance du diable et dubitative sur les bienfaits d'un dieu qui semble indifférent à la misère des siens. Certes les bigots n'avaient aucun doute mais progressivement, les rangs des croyants se clairsemaient.

Par contre dans les frasques connues des hommes d'église, aucune référence n'est faite à propos de la pédophilie. Peu probable que la presqu'île ait échappé à ces dérives et ceci d'autant que les rapports incestueux chez les paroissiens étaient connus et reconnus et qu'ils étaient cachés par l'église qui imposait les silences familiaux pour ne pas admettre qu'elle était dans l'incapacité de maîtriser les bas instincts des frustres. Pourquoi tant d'inceste ? Le penty breton est une maison minuscule à une seule pièce pour toute une famille souvent nombreuse, la promiscuité faisait le pire.

Le curé Clérec semble faire la synthèse :
Jean-Marie Clérec, prêtre brestois issu de la bourgeoisie, fut nommé à Camaret en 1808. A son arrivée, la population de 600 âmes fut enthousiaste, cela faisait des années qu'il n'y avait pas eu de prêtre résidant. Le jeune curé fut bienheureux de ce chaste transport. Deux ans plus tard, il écrivit à l'évêque ceci : "Ce pauvre peuple ne correspond pas du tout à la vraie tendresse que j'ai pour lui. Je n'entends que des nouvelles vraiment désolantes, soit manque de vigilance de la part des parents, soit irréligion ou pravité de la part de jeunes personnes. Voici en l'espace de deux ans, dans une très petite paroisse, le huitième enfant illégitime que je fais baptiser... Je crois pouvoir avancer à la honte de Camaret qu'il n'y a jamais eu beaucoup de religion. Soldats, marins sont gens qui n'en ont pas outre mesure. Je commence à me repentir d'avoir été assez simple pour solliciter moi-même la place chagrinante que j'occupe...
La jeunesse est ici tellement effrontée qu'on vient jusqu'à chez moi, jusqu'à ma table, me demander une salle pour danser. A-t-on jamais poussé l'impudeur à ce point ?"
Le curé obtint sa "mutation" en 1816 à bout de nerfs ! Le prêtre suivant arriva en 1821.

Pendant ce temps, on trouvait régulièrement le curé de Telgruc dans les fossés des chemins creux à cuver son vin après avoir visité des veuves éplorées. Il se disait malade et à bout de force. Il était hypocondriaque.

Le clergé breton représente 6% de la population en 1789 contre 8% en France dans les régions catholiques. La presqu'île connaît 18 prêtres (18 chapelles) employés au 18ème siècle (pour 224 villages), plus les curés non assignés dont on ne sait que peu de chose. Les effectifs décroissent à mesure que les chapelles tombent en ruines et que les pratiquants sont moins nombreux. En 2020, la presqu'île de Crozon forme une seule paroisse (Ste Marie) avec un seul curé.
Il est à noter que bien souvent les curés d'antan étaient dits familiaux – spécificité bretonne à cause de langue bretonne variable selon les contrées. Ces prêtres de campagne avaient leur propre famille dans la paroisse. Bien des affaires sensibles furent nouées et tragiques à cause de conflits d'intérêts mal maîtrisés par le clergé. Il fallait aussi ajouter les emprises exercées sur les femmes plus réceptives à la religion. La diabolisation des mœurs, les menaces permanentes à l'encontre de la moindre expression féminine, la faveur des mariages consanguins plutôt que d'approuver "l'aventure" avec un homme venu d'un autre village par crainte de perdre de l'influence autoritaire... Les curés familiaux avaient parfois des allures de gourou à l'égard d'une population sans distraction, sans culture, illétrée, broyée par la peur des épidémies, de la mort des marins en mer... La faim au ventre...

La dernière comtesse de Crozon

L'histoire du comté de Crozon

Les épidémies

La pierre du mariage

La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la fille

Locations au Fret pour les pêcheurs de coquilles

Jeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du Fret

Maître des barques

L'histoire des moulins

Le Mauritanien Rocamadour

La Janine monument historique

Dundee

Le Galant-Passeur

Péri ou disparu en mer

Une vie de sardinier

Crise sardinière le vrai le faux

Extermination des bélugas au canon

L'histoire des Mauritaniens

Le fantôme de Landévennec

La légende des Korrigans

La fin de la flûte Rhône

L'épave du Tante Yvonne

D'autres épaves

Planches découvrantes

L'échouage du Pérou

L'échouage du Duguesclin

Inauguration du navire école Charles Daniélou

Horreur à bord du Breslaw

Seajacks Scylla

Le Bel Espoir

Voiliers anciens et vieilles coques

Voile pince de crabe

Vedette des douanes en sauvetage

Vedettes PM 509 PM 510

Grésillon

Bateau à vapeur l'Averse

Louis Prucser moine résistant

La Fauvette

Traduction de toponymes

Tournages de films de cinéma

Séries Tv et courts métrages

Gabrielle Colonna-Romano

Marguerite de Savoie

La loi du milliard pour les émigrés

Statut social des femmes par leurs pierres tombales

Macron à Crozon carton rouge 2018

Benoît Hamon incognito

Louis Jouvet

Marie-Jo Guével maître verrier

Gérard Guéguéniat artiste

Frère François le Bail géologue

Alphonse et Gabriel Chanteau peintres

Pierre Chanteau plasticien

Maxime Maufra peintre

Jim E Sévellec peintre céramiste

Petit commerce

Plaque émaillée licence IV

Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance

La visite d'Erwin Rommel

Câble sous-marin

Les vacances de de Gaulle à Morgat

Les architectes qui comptent

Les Filles du Saint Esprit

Monique Keraudren & Gérard Aymonin botanistes

Antennes-relais

Poteaux en béton

Poteaux en bois

Poteaux composites & fibres de verre

Déploiement de la fibre optique

Repère de nivellement général

Les indemnisations pour l'Erika un mauvais souvenir à Crozon

Tempête Amélie

Enfouissement de lignes électriques

Les ancres qui chassent

Jean Moulin

Livre terrier et cadastre napoléonien

Armoiries des communes

Démocratie participative

RIP Référendum d'initiative partagée

Vendeur colporteur de presse VCP

Méthanier à membrane

Manoir disparu

Almanach du forestier

Baisse de la population à cause du sable marin

Resencement : baisse du nombre d'habitants

Mourir en vacances

Curés de campagne

Précarité et délinquance



A la une :

La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Déploiement de la fibre optique en presqu'île de Crozon.
L'Otiorhynque : le malheur du jardinier.
La reine Margherita à Morgat, celle qui porte le nom de la fameuse pizza !
Les femmes et enfants réfugiés Républicains Espagnols à la caserne Sourdis. Une histoire d'humanité.
La fin des chasseurs de mines type tripartite CMT.
La difficile entente entre une antenne relais et son environnement.
Navire transporteur de structures offshores SEAJACKS SCYLLA.
L'essai du sous-marin Nautilus de Robert Fulton.
Des volets rouges, un tournage de film sur la montagne de Camaret...
Station radio allemande à Tal ar Groas Kervenguy.
Du temps où le Menez Gorre était un mont haut.
Station d'écoute aérienne de Messibioc en Lanvéoc.
Le temps est passé et pourtant, mourir en vacances. Fait divers tragique.
L'algue Laminaire transporteuse de galets.
Mourir de la guerre, après guerre : Gaston Beven Pilote Aviateur
Les ragondins sont-ils de Gauche.
Une ferme solaire en presqu'île de Crozon.
Rue : Georges Ancey, toute une époque révolue.
Comment se forme une flaque (dépression) d'eau de mer sur la plage ?
Brise-lames utilité et fonctionnement.
Resencement : ça baisse !!!
Une baisse de la population à cause du sable marin.
Comment meurent les oiseaux ?
Panneaux et affichages variés des polluants pour défendre l'environnement.
Le vol d'une légende : une Alouette dans le ciel de la presqu'île de Crozon.
Marcel Clédic, le dernier résistant Finistérien ayant participé à la libération de la presqu'île de Crozon s'est éteint.
L'almanach : le big data d'antan.
Jim E Sévellec peintre céramiste.
Evolution de l'urbanisme en Crozon : de la conserverie Péron à l'habitat social.
Les légions étrangères allemandes en Crozon
La tempête Bella provoque une tempête d'écume de mer.
Monique Keraudren & Gérard Aymonin botanistes.
La batterie de DCA française de Kerguiridic.
Planches de bois découvrantes à la plage de l'Aber Est.
Pen ar Vir en Lanvéoc une position de d'écoute et de projecteur de la DCA française avant 1940.
Référendum d'initiative partagée court-circuité !
Le manoir disparu de Keroumen.
Batterie antiaérienne de Trébéron Cr354.
Différence entre éboulement et écroulement.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
E-book - livre numérique gratuit.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020