Bateau à vapeur l'Averse et le remorqueur le Hêtre - Anse de Rostudel

Bateau à vapeur "l'Averse"

A tribord de "l'Averse", le remorqueur portuaire "le Hêtre".

Le Hêtre.

Le bateau gabare à vapeur l'Averse fut une "citerne à eau flottante" appartenant à la Marine Nationale. Ce bateau à vapeur est une coque rivetée à l'ancienne. Il est l'un des bateaux à vapeur de la génération de 1935 qui sillonna la Mer d'Iroise pour des missions d'alimentation en eau potable les îles de la région pour la population civile ainsi que les navires militaires. 235 Tonnes d'eau douce, 13 Tonnes d'eau distillée, avec 5 membres d'équipage à bord. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, l'Averse fut "empruntée" par la Marine Anglaise et restituée en 1946.

Tout espoir de réhabilitation semble désormais vain. Le financement dispendieux qu'une restauration nécessite sera la cause de la disparition d'une technologie qui fut, fin 19ème et début du 20ème siècle une révolution. Le transport à vapeur, soit terrestre grâce aux locomotives, soit maritime grâce à des bateaux fumant et pétaradant, était à la pointe du progrès. Le principe était simple et somme toute dangereux. Un réservoir d'eau chauffé par un foyer en l’occurrence à charbon . La vapeur d'eau sous pression qui s'en échappait était guidée et créait une force motrice. Que ce soit dans la baie de Douarnenez ou dans la Rade de Brest, une flottille de vapeurs croisait chaque jour. L'économie locale fonctionnait à la vapeur !

A côté de l'Averse, s'envase aussi une relique d'une autre époque, un remorqueur portuaire militaire nommé le Hêtre qui fut acheté lui aussi aux Domaines pour être rénové... Un remorqueur est un petit bateau qui accompagne les grands navires dans les ports afin d'arriver ou de quitter le quai sans dommages. Il faut une puissante motorisation pour déplacer et guider les géants des mers dans les manœuvres. Un, deux, trois, quatre remorqueurs étaient amarrés au vaisseau de guerre et par de petits déplacements synchronisés entre-eux, ce vaisseau était déplacé avec justesse. Il n'était donc pas question de vitesse, ni de précipitation.

Depuis bien longtemps (1992 pour l'Averse – 1997 pour le Hêtre) ces bateaux échoués contenaient des hydrocarbures et ce n'est qu'en 2013 qu'il fut décidé d'en faire le nettoyage interne à la demande des Affaires Maritimes. Cette occupation de l'espace maritime sur l'estran est illégale, elle devait être provisoire. Les différents propriétaires des bateaux ont été condamnés à des amendes...

Les deux témoins d'un autre monde sont visibles dans l'Anse de Rostellec qui n'est autre qu'un sombre cimetière de bateaux en lieu et place du fameux chantier naval d'Auguste Tertu.

L'Averse coque A743 – Lancé en 1935 au Havre – rayé en 1976 à Brest.
Le Hêtre coque Y654 – 700CV – Lancé en 1957 (construit à Villeneuve la Garenne) – rayé en 1994 à Brest.



A la une :

La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Péri ou disparu en mer...
L'ostréiculture : élevage des huîtres sur tréteaux en mer.
Cuirassé Bretagne entre honte et nécessité.
Batteries hautes des Capucins.
Drame à l'île Vierge, pointe de St Hernot...
Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
L'histoire des écoles d'Argol.
La balise de Basse Vieille dans l'herbe.
La maison traditionnelle : le penty.
Les architectes qui ont compté.
La visite de Rommel.
L'ancienne poste de Morgat.
Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance
L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019