Bateau à vapeur l'Averse et le remorqueur le Hêtre - Anse de Rostudel

Bateau à vapeur "l'Averse"

A tribord de "l'Averse", le remorqueur portuaire "le Hêtre".

Le Hêtre.

Le bateau gabare à vapeur l'Averse fut une "citerne à eau flottante" appartenant à la Marine Nationale. Ce bateau à vapeur est une coque rivetée à l'ancienne. Il est l'un des bateaux à vapeur de la génération de 1935 qui sillonna la Mer d'Iroise pour des missions d'alimentation en eau potable les îles de la région pour la population civile ainsi que les navires militaires. 235 Tonnes d'eau douce, 13 Tonnes d'eau distillée, avec 5 membres d'équipage à bord. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, l'Averse fut "empruntée" par la Marine Anglaise et restituée en 1946.

Tout espoir de réhabilitation semble désormais vain. Le financement dispendieux qu'une restauration nécessite sera la cause de la disparition d'une technologie qui fut, fin 19ème et début du 20ème siècle une révolution. Le transport à vapeur, soit terrestre grâce aux locomotives, soit maritime grâce à des bateaux fumant et pétaradant, était à la pointe du progrès. Le principe était simple et somme toute dangereux. Un réservoir d'eau chauffé par un foyer en l’occurrence à charbon . La vapeur d'eau sous pression qui s'en échappait était guidée et créait une force motrice. Que ce soit dans la baie de Douarnenez ou dans la Rade de Brest, une flottille de vapeurs croisait chaque jour. L'économie locale fonctionnait à la vapeur !

A côté de l'Averse, s'envase aussi une relique d'une autre époque, un remorqueur portuaire militaire nommé le Hêtre qui fut acheté lui aussi aux Domaines pour être rénové... Un remorqueur est un petit bateau qui accompagne les grands navires dans les ports afin d'arriver ou de quitter le quai sans dommages. Il faut une puissante motorisation pour déplacer et guider les géants des mers dans les manœuvres. Un, deux, trois, quatre remorqueurs étaient amarrés au vaisseau de guerre et par de petits déplacements synchronisés entre-eux, ce vaisseau était déplacé avec justesse. Il n'était donc pas question de vitesse, ni de précipitation.

Depuis bien longtemps (1992 pour l'Averse – 1997 pour le Hêtre) ces bateaux échoués contenaient des hydrocarbures et ce n'est qu'en 2013 qu'il fut décidé d'en faire le nettoyage interne à la demande des Affaires Maritimes. Cette occupation de l'espace maritime sur l'estran est illégale, elle devait être provisoire. Les différents propriétaires des bateaux ont été condamnés à des amendes...

Les deux témoins d'un autre monde sont visibles dans l'Anse de Rostellec qui n'est autre qu'un sombre cimetière de bateaux en lieu et place du fameux chantier naval d'Auguste Tertu.

L'Averse coque A743 – Lancé en 1935 au Havre – rayé en 1976 à Brest.
Le Hêtre coque Y654 – 700CV – Lancé en 1957 (construit à Villeneuve la Garenne) – rayé en 1994 à Brest.



A la une :

L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
La trace d'un petit commerce d'alimentation.
L'école de Saint Hernot - Maison des Minéraux.
L'abri du champ de tir de l'Anse de Dinan de l'armée : le mystère est complet.
L'histoire de la gestion de la forêt domaniale de Landévennec, ce n'était vraiment pas écolo !
L'effondrement de la falaise, un destin écrit d'avance.
Le statut des femmes lu sur les pierres tombales.
La charrue locale.
La belle histoire du Relais des pêcheurs.
Deux conceptions de l'urbanisme, la maison de santé d'Argol et la villa Gradlon à Morgat.
Les griffes de l'écureuil.
Démolition de la chapelle de Morgat.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.



Une information, une demande :

© 2019