Films et tournages en presqu'île de Crozon

L'entrée de l'église, un jour ordinaire...

La même entrée devenue décor de cinéma...

Un petit garçon orphelin remplace son camarade défunt dans une famille éplorée.

Pour les besoins du film "la dernière vie de Simon", film réalisé par Léo Karmann et produit par Géko Films, avec le soutien de la Région Bretagne, l'entrée de l'église de Notre Dame de Landévennec fut obturée 24 heures. Un mur synthétique représentait un mur du souvenir pour y recevoir l'urne funéraire d'un petit garçon nommé Simon 2001-2009... Le 08 juin 2018.

Le lendemain, la chapelle rouvrait comme si de rien était, le cinéma est magique !

Autre lieu de tournage, les anciennes forges d'Argol le 12 et 13 juin 2018. De grands espaces de tournage peut-être en adéquation avec l'annonce passée dans la presse : "recherche, dans la presqu'île de Crozon, une maison de caractère (pierres, poutres apparentes, matériaux type chaux, carrelage à l'ancienne ou parquet) avec des grands volumes : grande pièce avec cuisine ouverte d'au moins 60 m² en rez-de-chaussée et deux grandes chambres d'au moins 20 m²."
Des enfants avaient été aussi pressentis pour un casting local - 2 garçons et une fille.

Sinon plusieurs scènes ont été tournées dans un gîte de Kerdrein en Telgruc-sur-Mer qui ont nécessité 8 décors faits sur mesure pour servir l'histoire. Ce fut 21 décors au total entièrement conçus pour un tournage de 7 semaines dont 7 jours en extérieur. Les derniers techniciens à quitter les lieux furent les décorateurs qui remirent tout en place.

Adapté du roman de David Foenkinos, "Le mystère Henri Pick" est un film tourné en presqu'île de Crozon avec pour acteur principal Fabrice Luchini en mars-avril 2018.

Enquête littéraire sur l'auteur d'un best-seller. Il est impossible qu'un pizzaïolo puisse être l'auteur d'un chef d'œuvre...

Le film "Volontaire" (Albertine production - Gaumont), réalisé par Hélène Fillières avec Diane Rouxel et Lambert Wilson, en partie tourné à partir du 11 mai 2017 (7 semaines) à la base de Lanvéoc Poulmic, raconte un évitement difficile d'un officier de carrière envers une jeune élève aspirant emportée par un trouble qui doit se taire. La tension devient passion muette pour chacun...

Scène d'entrainement au Goulien, scène de karaoké dans un bar de Morgat, la route du Kerloc'h est à la fête et bien évidemment la découverte de la BAN avec sa place d'armes, le hall Neptune, le bâtiment Orion, le mess...

"Melody", film de Bernard Bellefroid (2014) avec Rachael Blake et Lucie Debay.
Melody accepte de porter l'enfant d'une autre pour de l'argent mais ce qui devait être une affaire financière devient une affaire de coeur... Melody fait une pause réflexion en presqu'île de Crozon et tout particulièrement au château de Rulianec.

Le 1 octobre 2011, Vanessa Paradis passe une journée de tournage sur la plage du Goulien afin d'enrichir le film "Je me suis fait tout petit" dont le scénario et la réalisation étaient de Cécilia Rouaud. Une comédie qui amenait Vanessa Paradis avec son petit ami dépressif dont elle espérait se séparer, en Bretagne. Un rayon de soleil a permis de sauver la 9ème prise réalisée avec une grue Louma 2 venue de Paris pour un panoramique. Une scène image aussi un penty non loin du Cap de la Chèvre.

Marina Foïs et Mathilde Seigner, pour la bonne cause du film « Maman » d'Alexandra Leclère, séquestrent Josiane Balasko, leur mère, dans le château de Rulianec en juin 2011. La plage du Portzic fut aussi un lieu du tournage ainsi que les parages du fort de la Fraternité.

Le 15 avril 2010, à La Palue, Rachida Brakni, Cyril Descours tourne une scène du film de Régis Wargnier, « La ligne droite ». Une histoire d’athlètes dont les liens s'intensifient au fil de leurs entraînements. Lui est aveugle, elle le conduit sur la ligne droite... Les jours de tournage se poursuivront en presqu'île...

Bruno Solo et Thierry Fremont au Portzic à deux pas du château de Rulianec dans le film de Jean-Pierre Mocky : 13 French Street d'après le roman éponyme de Gil Brewer. 11 jours de tournage pour une sortie en novembre 2007.

Une jeune-femme s'ennuie avec son mari riche, un amant pourrait se débarrasser du gêneur... Un manoir pour décor... Camaret, Crozon, Landévennec furent des décors participatifs.

« Que la bête meure » de Claude Chabrol avec Jean Yanne et Michel Duchaussoy fut tourné en partie en presqu'île de Crozon. Le long métrage est une adaptation du roman noir de Nicholas Blake « The beast must die » et sortit en salle le 5 septembre 1969.

Un enfant sur la plage du Portzic qui sera renversé par une voiture sur la place d'Argol... La vengance d'un père... Des scènes tournées au chantier nautique de l'Iroise... Des plans vers Quélern, le Cap de la Chèvre, une station à essence à Morgat (aujourd'hui disparue), Camaret, etc.

La Potinière (boîte de nuit à Morgat) est transformée en lieu de détente par l'équipe du tournage...

Il est probable qu'Alain Belmondo, régisseur du film ait été à l'origine du choix du lieu du tournage ayant participé précédemment au film « Ne jouez pas avec les martiens ». Atmosphère lourde que le décor d'un hiver breton devait restituer... La figuration des Crozonnais reste un bon souvenir...

Le scénario du film est tiré du roman de Michel Labry intitulé "Les Sextuplés de Locmaria". Le film avait pour titre d'origine qui se devine sur l'image ci-dessus, "Comme mars en Carême".

"Ne jouez pas avec les martiens".
Scénario et réalisation : Henri Lanoê.
Tournage à partir du 20 mars 1967 et sortie le 31 mai 1968. Avec Macha Méril, Jean Rochefort, André Valardy, Pierre Dac... Amanda Lear jouait le rôle d'un martien ! Plusieurs Crozonnais y firent de la figuration.

Alain Belmondo en fut le régisseur. Un film qui passa inaperçu lors des évènements de mai 1968.

Deux journalistes de "La Gazette de Paris" sont involontairement confrontés à des martiens en Bretagne. L'affaire prend des proportions internationales.

Une partie du tournage fut réalisé au Cap de la Chèvre, au Fret, Trébéron, St Hernot.

La plage de Trez-Bellec de Telgruc avec en fond à droite l'hôtel du roi d'Ys au bord de la plage sous la caméra de Jean Grémillon.

"André Laurent" indique à "Catherine" la présence d'une maison dans laquelle ils pourraient se réfugier... Cette maison est la villa Sévellec.

Le film « Remorques » de Jean Grémillon devait se tourner exclusivement à Brest et sur les plages avoisinantes en 1939 avec pour décor principal 8 ou 9 navires de la marine nationale affrétés par le metteur en scène dont le pétrolier Dordogne rebaptisé Mirva pour les circonstances du film. Une histoire de maîtresse et d'amant jouée respectivement par Michèle Morgan et Jean Gabin. Ce dernier, capitaine de remorqueur de haute mer vient au secours d'un bateau en détresse dont l'épouse du commandant est à bord...

Le metteur en scène, ancien documentariste, souhaite beaucoup de réalisme, la réalité va dépasser la fiction. Le scénario ne plaît plus autant que prévu, il est réécrit in-extremis par Jacques Prévert sur place. Les scènes de navigations et de remorquages sont interrompues par le mauvais temps, le matériel de tournage prend l'eau. La seconde guerre mondiale est déclarée, Jean Grémillon et Jean Gabin sont mobilisés. Le film est en suspens et des bobines sont égarées. Le producteur du film Lucachevitch s'envole pour les Etats-Unis.

En 1940, au cours de permissions du réalisateur et de l'acteur principal le tournage reprend avec Michèle Morgan qui a toute les peines à se libérer, elle est sur un autre film. Impossible de revenir à Brest, la ville est occupée par l'armée allemande. Plus question de prendre la mer. La navigation dans la Rade est sous haute surveillance, la défense côtière tire à vue.

L'équipe du film se retrouve sur la plage de Trez-Bellec en Telgruc-sur-Mer pour quelques scènes amoureuses entre les amants en plein désarroi. Dans le fond, la villa Sévellec...

Ensuite l'histoire diverge selon les sources. Pour certains, des scènes d'intérieur sont tournées dans la villa même. Pour d'autres, seules la plage fut filmée...

Après cela le couple d'acteur se sépare autant dans la vie que dans le film, Michèle Morgan quitte la France pour les Etats-Unis où elle y fait sa vie un temps.

Les scènes manquantes sont entièrement tournées dans les studios de Boulogne Billancourt au grand dam du metteur en scène qui voulait éviter les artifices, les décors théâtraux. Le budget est largement dépassé à cause des reconstitutions maritimes et des tempêtes de studio. Le film sort fin 1941, sous la censure vichyste et une distribution allemande. La critique est positive. Les collaborateurs y voient le symbole d'un retournement de la part de Jean Grémillon catalogué comme gauchiste dont il faut se méfier. Le film parle de dévouement, de sacrifice personnel pour une cause au delà de l'histoire d'amour contrariée.

Le public vient en nombre, le couple Morgan Gabin fascine depuis quelque temps déjà... Jean Grémillon retrouve la lumière après des années de galère avec des réalisations indignes de son talent et qu'il refuse de signer tant les résultats étaient éloignés de son perfectionnisme, simple, épuré, réaliste... Cet homme qui voulait être musicien fut un metteur en scène que l'histoire du cinéma a peine à se souvenir et pourtant...

Les cendres de Jean Gabin sont jetées en mer d'Iroise à partir de l'aviso Détroyat.

Maître des barques

L'histoire des moulins

Le Mauritanien Rocamadour

La Janine monument historique

Le Galant-Passeur

Péri ou disparu en mer

Une vie de sardinier

Crise sardinière le vrai le faux

Extermination des bélugas au canon

L'histoire des Mauritaniens

Le fantôme de Landévennec

La légende des Korrigans

L'épave du Tante Yvonne

D'autres épaves

L'échouage du Pérou

L'échouage du Duguesclin

Inauguration du navire école Charles Daniélou

Horreur à bord du Breslaw

Le Bel Espoir

Voiliers anciens et vieilles coques

Bateau à vapeur l'Averse

Louis Prucser moine résistant

La Fauvette

Traduction de toponymes

Tournages de films de cinéma

Séries Tv et courts métrages

Statut social des femmes par leurs pierres tombales

Macron à Crozon carton rouge 2018

Benoît Hamon incognito

Louis Jouvet

Petit commerce

Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance

La visite d'Erwin Rommel

Câble sous-marin

Les vacances de de Gaulle à Morgat

Les architectes qui comptent

Les Filles du Saint Esprit



A la une :

La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Péri ou disparu en mer...
L'ostréiculture : élevage des huîtres sur tréteaux en mer.
Cuirassé Bretagne entre honte et nécessité.
Batteries hautes des Capucins.
Drame à l'île Vierge, pointe de St Hernot...
Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
L'histoire des écoles d'Argol.
La balise de Basse Vieille dans l'herbe.
La maison traditionnelle : le penty.
Les architectes qui ont compté.
La visite de Rommel.
L'ancienne poste de Morgat.
Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance
L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019