Chalutier langoustier mauritanien Notre Dame de Rocamadour

Treuil pour le chalut avec devant à la grille la goulotte de vivier.

Vire-casiers en premier plan et capot de descente en second plan sur le pont.

Le langoustier mauritanien Notre Dame de Rocamadour construit en bois au chantier naval Albert Péron de Camaret-sur-Mer en 1959 pour 100 millions de francs, en pleine euphorie africaine, flottait encore en 2013. A cette époque, chaque famille camarétoise a au moins un de ses membres embarqués sur les langoustiers. Camaret est le premier port langoustier d'Europe.

Le Notre Dame de Rocamadour, du nom de la chapelle du sillon du port, contient un vivier de 270m3 pour la langouste vivante et une congélation pour 20 tonnes de queues de langoustes. Pêche au chalut l'été pour des queues de langoustes congelées. En hiver, pêche aux casiers (1500) des langoustes vertes (côtières) et roses (eaux profondes). Des campagnes de 3 mois minimun deux à trois fois par an au large de la Mauritanie.

Pierre Zozo est son patron pêcheur avant que le bateau ne change de port d'attache. 1971 Douarnenez, 1989 Concarneau. En fin de vie, il devient un musée flottant à Douarnenez à Port-Rhu. Il est le seul langoustier mauritanien en état. Ultime campagne de pêche sur le banc d'Arguin face à la côte mauritanienne en 1989. De 1990 à 2013, on lui compte des centaines de milliers de visiteurs. Malheureusement le mauritanien faiblit, une restauration coûteuse est nécessaire. Il est sorti de l'eau en 2015, installé sur le slipway pour une expertise approfondie en 2018.

Après la période mauritanienne, les langoustiers iront au large du Brésil. Les unités de pêche sont bien plus grandes encore, le Notre Dame de Rocamadour est trop petit (32 mètres), obsolète pour une telle pêche transatlantique qui nécessite de plus gros prélèvements de la ressource pour être rentable.

Maître des barques

L'histoire des moulins

Le Mauritanien Rocamadour

La Janine monument historique

Le Galant-Passeur

Péri ou disparu en mer

Une vie de sardinier

Crise sardinière le vrai le faux

Extermination des bélugas au canon

L'histoire des Mauritaniens

Le fantôme de Landévennec

La légende des Korrigans

L'épave du Tante Yvonne

D'autres épaves

L'échouage du Pérou

L'échouage du Duguesclin

Inauguration du navire école Charles Daniélou

Horreur à bord du Breslaw

Le Bel Espoir

Voiliers anciens et vieilles coques

Bateau à vapeur l'Averse

Louis Prucser moine résistant

La Fauvette

Traduction de toponymes

Tournages de films de cinéma

Séries Tv et courts métrages

Statut social des femmes par leurs pierres tombales

Macron à Crozon carton rouge 2018

Benoît Hamon incognito

Louis Jouvet

Petit commerce

Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance

La visite d'Erwin Rommel

Câble sous-marin

Les vacances de de Gaulle à Morgat

Les architectes qui comptent

Les Filles du Saint Esprit



A la une :

La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Péri ou disparu en mer...
L'ostréiculture : élevage des huîtres sur tréteaux en mer.
Cuirassé Bretagne entre honte et nécessité.
Batteries hautes des Capucins.
Drame à l'île Vierge, pointe de St Hernot...
Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
L'histoire des écoles d'Argol.
La balise de Basse Vieille dans l'herbe.
La maison traditionnelle : le penty.
Les architectes qui ont compté.
La visite de Rommel.
L'ancienne poste de Morgat.
Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance
L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019