De l'ancien livre terrier avec toponymes au cadastre napoléonien chiffré

Avant la révolution française chaque village disposait de feuilles de cadastre dit plans terriers soit un livre registre des possessions et des possédants avec le descriptif des obligations liées aux parcelles - références à l'article du censif et fiefs concernés. Des feuilles dessinées à main levée sans mesures précises mais néanmoins déterminant une estimation de la surface et un vague descriptif contenant souvent la nature de la clôture ainsi que le nom du propriétaire. Chaque paroisse avait son style terrier car aucune loi n'engageait à représenter les terres uniformément... Les procès en contestation des limites de propriété étaient nombreux et injustes car souvent relatifs aux rayonnements sociaux des plaignants qui réclamaient grandes surfaces lors des jugements et déclaraient menues parcelles à l'impôt. L'ami du notaire avait plus de chance d'obtenir gain de cause que l'ennemi juré du juriste...
Pour amoindrir l'anarchie des prétentions, on mit au point un projet de cadastre par masses de culture (1802). La variation des cultures selon les années mit un terme à cette tentative. En juillet 1807, Napoléon Ier s'entretint avec son ministre du Trésor - Nicolas François Mollien : "Les demi-mesures font toujours perdre du temps et de l'argent. Le seul moyen de sortir d'embarras est de faire procéder sur le champ au dénombrement général des terres, dans toutes les communes de l'Empire, avec arpentage et évaluation de chaque parcelle de propriété. Un bon cadastre parcellaire sera le complément de mon code (civil), en ce qui concerne la possession du sol. Il faut que les plans soient assez exacts et assez développés pour servir à fixer les limites de propriété et empêcher les procès." L'intention de l'empereur n'était pas seulement basée sur l'allègement procédural mais aussi sur la facilité fiscale. A chaque surface correspondra un impôt foncier indiscutable. Le cadastre napoléonien fut ainsi institué en France par la loi du 15 septembre 1807. S'ensuivit une lente application : la représentation de millions de parcelles correspondit à une savante entreprise avec toute une hiérarchie de géomètres sur le terrain dont le recrutement était fastidieux. Il fallut une quarantaine d'années pour parvenir à y voir clair avec quelques exceptions : la Corse, l'île de Molène et de Sein (Finistère), sans cadastre... Les géomètres devaient jouer les conciliateurs pour établir les limites de propriétés en souffrance, tâche ardue et périlleuse dans le monde agricole.

Si le cadastre avait bien des avantages afin de préserver les droits des propriétaires et un gain d'efficacité certain pour collecter l'impôt, en ce qui concerne la presqu'île de Crozon, il eut un effet de perte qualitative dans l'appréciation des terres. En effet, chaque terrain avait un nom en breton, le possédant n'était pas propriétaire d'une terre numérotée mais nommée. On était donc propriétaire de "Parc an otrou", "Goarem vuillan", "Neiz ar vran", "Iz an hent", "Bal vars", "Carg a mi"...

Chaque nomination comportait un renseignement précieux. Les "Mez" indiquaient une terre ayant une difficulté d'accès ou de travail. "Mez ero" valait donc bien moins que "Parc ar run" à surface égale car les parcelles nommées Parc ou Park étaient de qualité. Il y avait aussi les appellations descriptives. Une terre nommée "Goarem..." désignait une garenne. Une terre nommée "Feunten..." mentionnait une fontaine ou une source... Le propriétaire avait une sorte de certificat d'authenticité en sa possession et l'acheteur était informé de la nature et, de manière induite, du prix des terrains envisagés. L'ancien cadastre, ou cadastre napoléonien, va balayer cette institution au profit de numérotations indifférenciées qui évitera inversement les redondances puisque plusieurs parcelles pouvaient avoir un nom identique. Inversement, la mise à jour du cadastre napoléonien s'avérera "insurmontable" ou presque. Le livre terrier avec ses toponymes avait une valeur historique. Les dénominations offraient des indices sur les aménagements du territoire du passé. Un ancien manoir disparu, un lieu de culte détruit que la toponymie perpétuait indéfiniment.

Histoire locale

L'empire romain : Camp romain du Kerloc'hMonnaie de PostumeVoies romaines.

L'ancien régime : La dernière comtesse de CrozonL'histoire du comté de CrozonLes fourches patibulairesJeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du FretMaître des barquesLa loi du milliard pour les émigrésArmoiries des communes

Les personnalités : Marguerite de SavoieJean MoulinLa visite d'Erwin RommelLouis Prucser moine résistantLes vacances de de Gaulle à MorgatGabrielle Colonna-RomanoLouis JouvetMonique Keraudren & Gérard Aymonin botanistesFrère François le Bail géologueMacron à Crozon carton rouge 2018Les architectes qui comptentPapes Grégoire XI et Paul II

Artistes : Marie-Jo GuévelGérard GuéguéniatAlphonse et Gabriel ChanteauPierre ChanteauMaxime MaufraJim E SévellecGeorges VioletMarcel Sauvaige

Les gens : Statut social des femmes par leurs pierres tombalesLes épidémiesBaisse de la population à cause du sable marinResencement : baisse du nombre d'habitantsMourir en vacancesCurés de campagneLes Filles du Saint EspritVendeur colporteur de presse VCPDémocratie participativeRIP Référendum d'initiative partagéePrécarité et délinquanceAlmanach du forestierTour de FranceCaravane publicitaire

Pêche : Locations au Fret pour les pêcheurs de coquillesUne vie de sardinierCrise sardinière le vrai le fauxExtermination des bélugas au canonLe Mauritanien RocamadourL'histoire des MauritaniensPéri ou disparu en merLa Janine monument historiqueDundee

Epaves et échouages : Le fantôme de LandévennecLa fin de la flûte RhôneL'épave du Tante YvonneD'autres épavesL'échouage du PérouL'échouage du DuguesclinPlanches découvrantesIndemnisations de l'Erika

Vieilles coques : Inauguration du navire école Charles DaniélouHorreur à bord du BreslawLe Bel EspoirVoiliers anciens et vieilles coquesVoile pince de crabeGrésillonBateau à vapeur l'AverseLa FauvetteLes ancres qui chassent

Navires d'aujourd'hui : Seajacks ScyllaVedette des douanes en sauvetageVedettes PM 509 PM 510Méthanier à membraneTempête AmélieStellamarisPétrolier WhitstarLiaisons maritimesPorte-conteneurs

Légendes coutumes toponymes: La pierre du mariageLa chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la filleLe Galant-PasseurLa légende des KorrigansTraduction de toponymesLan – Ermitage

Aménagements : L'histoire des moulinsLivre terrier et cadastre napoléonienManoir disparuPetit commerceFruiteriePlaque émaillée licence IVBoîte jaune de la PosteCâble sous-marinAntennes-relaisPoteaux en bétonPoteaux en boisPoteaux composites & fibres de verreDéploiement de la fibre optiqueEnfouissement de lignes électriquesLignes de haute-tensionPoste de transformation de haute tensionRepère de nivellement généralPistes cyclablesL'évolution de l'usage de la voitureL'histoire des pompes à essenceRallye Super - Casino - Leader Price - Aldi

Culture : Tournages de films de cinémaSéries Tv et courts métragesOrchestre de la WW2


°°°




A la une :

Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021