De l'ancien livre terrier avec toponymes au cadastre napoléonien chiffré

Avant la révolution française chaque village disposait de feuilles de cadastre dit plans terriers soit un livre registre des possessions et des possédants avec le descriptif des obligations liées aux parcelles - références à l'article du censif et fiefs concernés. Des feuilles dessinées à main levée sans mesures précises mais néanmoins déterminant une estimation de la surface et un vague descriptif contenant souvent la nature de la clôture ainsi que le nom du propriétaire. Chaque paroisse avait son style terrier car aucune loi n'engageait à représenter les terres uniformément... Les procès en contestation des limites de propriété étaient nombreux et injustes car souvent relatifs aux rayonnements sociaux des plaignants qui réclamaient grandes surfaces lors des jugements et déclaraient menues parcelles à l'impôt. L'ami du notaire avait plus de chance d'obtenir gain de cause que l'ennemi juré du juriste...
Pour amoindrir l'anarchie des prétentions, on mit au point un projet de cadastre par masses de culture (1802). La variation des cultures selon les années mit un terme à cette tentative. En juillet 1807, Napoléon Ier s'entretint avec son ministre du Trésor - Nicolas François Mollien : "Les demi-mesures font toujours perdre du temps et de l'argent. Le seul moyen de sortir d'embarras est de faire procéder sur le champ au dénombrement général des terres, dans toutes les communes de l'Empire, avec arpentage et évaluation de chaque parcelle de propriété. Un bon cadastre parcellaire sera le complément de mon code (civil), en ce qui concerne la possession du sol. Il faut que les plans soient assez exacts et assez développés pour servir à fixer les limites de propriété et empêcher les procès." L'intention de l'empereur n'était pas seulement basée sur l'allègement procédural mais aussi sur la facilité fiscale. A chaque surface correspondra un impôt foncier indiscutable. Le cadastre napoléonien fut ainsi institué en France par la loi du 15 septembre 1807. S'ensuivit une lente application : la représentation de millions de parcelles correspondit à une savante entreprise avec toute une hiérarchie de géomètres sur le terrain dont le recrutement était fastidieux. Il fallut une quarantaine d'années pour parvenir à y voir clair avec quelques exceptions : la Corse, l'île de Molène et de Sein (Finistère), sans cadastre... Les géomètres devaient jouer les conciliateurs pour établir les limites de propriétés en souffrance, tâche ardue et périlleuse dans le monde agricole.

Si le cadastre avait bien des avantages afin de préserver les droits des propriétaires et un gain d'efficacité certain pour collecter l'impôt, en ce qui concerne la presqu'île de Crozon, il eut un effet de perte qualitative dans l'appréciation des terres. En effet, chaque terrain avait un nom en breton, le possédant n'était pas propriétaire d'une terre numérotée mais nommée. On était donc propriétaire de "Parc an otrou", "Goarem vuillan", "Neiz ar vran", "Iz an hent", "Bal vars", "Carg a mi"...

Chaque nomination comportait un renseignement précieux. Les "Mez" indiquaient une terre ayant une difficulté d'accès ou de travail. "Mez ero" valait donc bien moins que "Parc ar run" à surface égale car les parcelles nommées Parc ou Park étaient de qualité. Il y avait aussi les appellations descriptives. Une terre nommée "Goarem..." désignait une garenne. Une terre nommée "Feunten..." mentionnait une fontaine ou une source... Le propriétaire avait une sorte de certificat d'authenticité en sa possession et l'acheteur était informé de la nature et, de manière induite, du prix des terrains envisagés. L'ancien cadastre, ou cadastre napoléonien, va balayer cette institution au profit de numérotations indifférenciées qui évitera inversement les redondances puisque plusieurs parcelles pouvaient avoir un nom identique. Inversement, la mise à jour du cadastre napoléonien s'avérera "insurmontable" ou presque. Le livre terrier avec ses toponymes avait une valeur historique. Les dénominations offraient des indices sur les aménagements du territoire du passé. Un ancien manoir disparu, un lieu de culte détruit que la toponymie perpétuait indéfiniment.

La dernière comtesse de Crozon

Les épidémies

La pierre du mariage

La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la fille

Locations au Fret pour les pêcheurs de coquilles

Jeanne de Navarre quitte la Bretagne par le port du Fret

Maître des barques

L'histoire des moulins

Le Mauritanien Rocamadour

La Janine monument historique

Dundee

Le Galant-Passeur

Péri ou disparu en mer

Une vie de sardinier

Crise sardinière le vrai le faux

Extermination des bélugas au canon

L'histoire des Mauritaniens

Le fantôme de Landévennec

La légende des Korrigans

La fin de la flûte Rhône

L'épave du Tante Yvonne

D'autres épaves

L'échouage du Pérou

L'échouage du Duguesclin

Inauguration du navire école Charles Daniélou

Horreur à bord du Breslaw

Le Bel Espoir

Voiliers anciens et vieilles coques

Vedette des douanes en sauvetage

Grésillon

Bateau à vapeur l'Averse

Louis Prucser moine résistant

La Fauvette

Traduction de toponymes

Tournages de films de cinéma

Séries Tv et courts métrages

Statut social des femmes par leurs pierres tombales

Macron à Crozon carton rouge 2018

Benoît Hamon incognito

Louis Jouvet

Marie-Jo Guével maître verrier

Gérard Guéguéniat artiste

Frère François le Bail géologue

Alphonse et Gabriel Chanteau peintres

Pierre Chanteau plasticien

Maxime Maufra peintre

Petit commerce

Plaque émaillée licence IV

Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance

La visite d'Erwin Rommel

Câble sous-marin

Les vacances de de Gaulle à Morgat

Les architectes qui comptent

Les Filles du Saint Esprit

Antennes-relais

Poteaux en béton

Poteaux en bois

Poteaux composites & fibres de verre

Repère de nivellement général

Les indemnisations pour l'Erika un mauvais souvenir à Crozon

Tempête Amélie

Enfouissement de lignes électriques

Les ancres qui chassent

Jean Moulin

Gabrielle Colonna-Romano

Livre terrier et cadastre napoléonien

Armoiries des communes



A la une :

La circulaire ministérielle du 31 juillet 1846 - Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières - Loi de déclassement des corps de garde 1846.
Pour ou contre les poubelles de plage.
Armoiries des communes de la presqu'île de Crozon.
Une ancienne faneuse.
Le Gendarme est l'ami du jardinier.
La Ligie océanique le Cloporte des mers.
Du livre terrier au cadastre napoléonien.
Un petit papillon : la Brocatelle d'or.
ANNONCE GRATUITE : Recherche pièce détachée hache-lande - broyeuse d'ajonc.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Un vélo Jacques Anquetil qui raconte sa marque et ses soirées poker.
Une grande vedette à Camaret-sur-Mer Gabrielle Colonna-Romano.
Les yeux du plasticien Pierre Chanteau.
Initiation artistique de Jean Moulin à Camaret-sur-Mer.
Kabelbrunnen - puits à câbles téléphoniques de la guerre 39-45.
Radars allemands, détecteurs acoustiques - Funkmeßgerät, Ringtrichter-Richtungshörer.
Des mines allemandes dans les champs.
Papillon pourpre : Pyrale pourprée - Pyrausta purpuralis
Les plantes du littotal du haut de plage.
Des plastiques du passé bien présents dans la nature.
Des grains sous les fougères : les sores.
Baies sauvages comestibles ou toxiques...
Escargot Zebrina debrita - Bulime zébré - il aime le soleil !
Les pucerons verts une affaire de génération.
Captage de naissains sauvages d'huîtres.
Le four à pain traditionnel breton.
Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
La cale brisée de Morgat.
La petite histoire du Ménez Luz.
La conserverie "La Telgrucienne".
Batterie du Menez Caon.
Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020