Batterie basse de la pointe de Cornouaille

Batterie basse de Cornouaille.

Le mur du parapet est constitué de deux maçonneries de couleurs distinctes. Les parties sombres sont d'origine (1696). Les comblements des embrasures des canons de marine de première génération sont réalisés vers 1800 par des moellons clairs. La bouche du canon, dès lors, n'est plus dans le créneau de tir dorénavant bouché mais passe au dessus du parapet, en épousant l'inclinaison vers la mer de celui-ci. L'angle de tir vers le bas est nettement amélioré.

L'effondrement du mur laisse voir que l'aménagement est un habillage de la roche.

Embrasure à la Vauban.

Les derniers aménagements pour canons TR (tir rapide) de 47mm de 1892.

Abri construit juste derrière le parapet de Vauban à la période des canons de 47mm Hotchkiss.

François de Bourbon-Vendôme, 2e duc de Beaufort, ordonne que l'on construise une batterie côtière sur les côtes Ouest de Roscanvel qui bordent le Goulet de Brest. Ce projet est exécuté en 1666 et porte le nom de son instigateur : batterie de Beaufort. Cette défense côtière est jugée insuffisante par Vauban qui impose un nouveau projet de plus grande ampleur plus en adéquation avec l'élaboration de la batterie du Mengant (dite aussi du Léon) de l'autre côté du Goulet. L'étude du terrain et la description des méthodes à employer est notifiée par Jean-Siméon Garangeau, architecte militaire alors en poste à Brest, sous les ordres de Vauban. L'exécution des travaux est confiée à l'ingénieur Mollart disposant d'un budget de 20000 livres.

Les plans retenus imposent le minage de la falaise pour un déroctage efficace et obtenir ainsi une plate-forme de 200m de long à 10 mètres au dessus du niveau de la mer. Le chantier est colossal, donc coûteux et bien qu'entrepris en 1684, il est interrompu faute de moyens. La batterie du Mengant est jugée prioritaire et la finalisation du port de Brest aussi.

Le contexte géopolitique s'étant durci par les guerres de la Ligue, le renforcement des côtes redevient une nécessité. En 1692, 67000 livres sont affectées au chantier qui reprend. Jean-Pierre Traverse, ingénieur, achève les travaux en 1696. 13000 dernières livres auront été nécessaires pour enfin conclure. Des aménagements prévus ne seront jamais réalisés.

Dès l'été 1694, la batterie inachevée compte 8 canons de fonte de 60 livres ou 48 livres selon les sources.

Opérationnelle l'année suivante, la batterie basse dispose de 30 canons :
8 de 60 livres
6 de 36 livres
16 de 24 livres
2 fours à boulets

Selon les textes, la nomenclature de l'équipement varie, néanmoins il s'agit bien d'une batterie lourde de premier ordre dotée de l'armement commun à toutes les batteries françaises de son rang et ceci pour chaque époque.

L'ensemble est servi et commandé par 3 premiers maîtres canonniers de la marine et 9 second-maîtres. Les artilleurs de marine sont 144 matelots et 88 hommes de la milice garde-côtes. Un casernement est construit sur place au 18ème siècle. Un autre casernement plus tardif (19ème) va être élevé sur les hauteurs de la falaise.

A chaque embrasure du parapet un canon de marine, de ceux que l'on trouve sur les navires de guerre de l'époque. Concrètement les tirs sont approximatifs et l'efficacité problématique. Les angles morts en contrebas sont un défaut majeur du dispositif qui va évoluer vers une meilleure couverture de tir. Les embrasures vont être comblées. De nouveaux canons vont être surélevés pour être inclinés plus promptement afin d'éviter que des embarcations ne longent la côte et passent sous le feu des boulets.

Dès l'instant que les obus explosifs remplacent les boulets en fonte ancestraux, la batterie basse de Cornouaille est déclassée. La dangerosité des éclats d'obus et la puissance de destruction désormais atteinte transforment la batterie en cible indéfendable, les artilleurs n'étant aucunement protégés et la maçonnerie trop fragile. La batterie reste partiellement armée après 1870 car mieux vaut peu que rien et la marine creuse le roc en 1888 pour installer deux canons de 320 mm de rupture complètement intégrés dans la falaise, comme au fort des Capucins. Ultime aménagement de la plate-forme une lignée de canons de 47mm que l'on trouve aussi à la batterie de Pourjoint, ceci en 1892. Un projecteur de côte y est installé depuis deux ans. Ensuite, passé la première guerre mondiale, le site n'est définitivement plus stratégique bien qu'il soit resté longtemps domaine militaire.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Milice garde-côte

Batteries : Basse de Cornouaille - Batterie de Beaufort - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Repère d'Entrée de Port R.E.P.

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Corvette Chevrette

Garde-pêche

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

La défense antiaérienne avant 1939

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Projecteur et écoute du Grand Gouin

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Autres positions françaises de projecteurs

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021