Batterie basse de la pointe de Cornouaille

Batterie basse de Cornouaille.

Le mur du parapet est constitué de deux maçonneries de couleurs distinctes. Les parties sombres sont d'origine (1696). Les comblements des embrasures des canons de marine de première génération sont réalisés vers 1800 par des moellons clairs. La bouche du canon, dès lors, n'est plus dans le créneau de tir dorénavant bouché mais passe au dessus du parapet, en épousant l'inclinaison vers la mer de celui-ci. L'angle de tir vers le bas est nettement amélioré.

L'effondrement du mur laisse voir que l'aménagement est un habillage de la roche.



Embrasure à la Vauban.

Vestiges de la batterie de Beaufort qui paraît bien fragile au regard de la construction vaubanienne.

Les derniers aménagements pour canons TR (tir rapide) de 47mm de 1892.

Abri construit juste derrière le parapet de Vauban à la période des canons de 47mm Hotchkiss.

François de Bourbon-Vendôme, 2e duc de Beaufort, ordonne que l'on construise une batterie côtière sur les côtes Ouest de Roscanvel qui bordent le Goulet de Brest. Ce projet est exécuté en 1666 et porte le nom de son instigateur : batterie de Beaufort. Cette défense côtière est jugée insuffisante par Vauban qui impose un nouveau projet de plus grande ampleur plus en adéquation avec l'élaboration de la batterie du Mengant (dite aussi du Leon) de l'autre côté du Goulet. L'étude du terrain et la description des méthodes à employer est notifiée par Jean-Siméon Garangeau, architecte militaire alors en poste à Brest, sous les ordres de Vauban. L'exécution des travaux est confiée à l'ingénieur Mollart disposant d'un budget de 20000 livres.

Les plans retenus imposent le minage de la falaise pour un déroctage efficace et obtenir ainsi une plate-forme de 200m de long à 10 mètres au dessus du niveau de la mer. Le chantier est colossal, donc coûteux et bien qu'entrepris en 1684, il est interrompu faute de moyens. La batterie du Mengant est jugée prioritaire et la finalisation du port de Brest aussi.

Le contexte géopolitique s'étant durci par les guerres de la Ligue, le renforcement des côtes redevient une nécessité. En 1692, 67000 livres sont affectées au chantier qui reprend. Jean-Pierre Traverse, ingénieur, achève les travaux en 1696. 13000 dernières livres auront été nécessaires pour enfin conclure. Des aménagements prévus ne seront jamais réalisés.

Dès l'été 1694, la batterie inachevée compte 8 canons de fonte de 60 livres ou 48 livres selon les sources.

Opérationnelle l'année suivante, la batterie basse dispose de 30 canons :
8 de 60 livres
6 de 36 livres
16 de 24 livres

La batterie de Beaufort dispose 15 canons de 36 livres.
Une batterie secondaire de proximité dispose de 5 canons de 18 livres.

Selon les textes, la nomenclature de l'équipement varie, néanmoins il s'agit bien d'une batterie lourde de premier ordre dotée de l'armement commun à toutes les batteries françaises de son rang et ceci pour chaque époque.

L'ensemble est servi et commandé par 3 premiers maîtres canonniers de la marine et 9 second-maîtres. Les artilleurs de marine sont 144 matelots et 88 hommes de la milice garde-côtes. Un casernement est construit sur place au 18ème siècle. Un autre casernement plus tardif (19ème) va être élevé sur les hauteurs de la falaise.

A chaque embrasure du parapet un canon de marine, de ceux que l'on trouve sur les navires de guerre de l'époque. Concrètement les tirs sont approximatifs et l'efficacité problématique. Les angles morts en contrebas sont un défaut majeur du dispositif qui va évoluer vers une meilleure couverture de tir. Les embrasures vont être comblées. De nouveaux canons vont être surélevés pour être inclinés plus promptement afin d'éviter que des embarcations ne longent la côte et passent sous le feu des boulets.

Dès l'instant que les obus explosifs remplacent les boulets en fonte ancestraux, la batterie basse de Cornouaille est déclassée. La dangerosité des éclats d'obus et la puissance de destruction désormais atteinte transforment la batterie en cible indéfendable, les artilleurs n'étant aucunement protégés et la maçonnerie trop fragile. La batterie reste partiellement armée après 1870 car mieux vaut peu que rien et la marine creuse le roc en 1888 pour installer deux canons de 320 mm de rupture complètement intégrés dans la falaise, comme au fort des Capucins. Ultime aménagement de la plate-forme une lignée de canons de 47mm que l'on trouve aussi à la batterie de Pourjoint, ceci en 1892. Un projecteur de côte y est installé depuis deux ans. Ensuite, passé la première guerre mondiale, le site n'est définitivement plus stratégique bien qu'il soit resté longtemps domaine militaire.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie de l'île de l'Aber

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 65mm TR 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914



A la une :

Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
La cale brisée de Morgat.
La petite histoire du Ménez Luz.
La conserverie "La Telgrucienne".
Batterie du Menez Caon.
Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
La Pertuisane sur le Song Day.
Les ancres chassent.
L'étang de Prat ar Pont de Camaret.
Inscriptions latines sur la tombe du recteur.
Les obstacles en bois - hemmbalken et pieux.
Plaque émaillée de la licence IV.
La mode défensive : le mur avec des tessons de bouteille.
La dune blanche, grise, noire...
La fin de la flûte Rhône.
L'escadrille E6 de Lanvéoc Poulmic d'hydravions Latécoère 521 522 523
Les Vorpostenboote et la Vedette fluviale - Flugbebriebsboot - souvenirs de guerre.
Les épaves proche des côtes de la presqu'île de Crozon.
Une vedette des douanes devenue bateau de sauvetage.
Un Kriegsfischkutter à Camaret.
Le Cap de la Chèvre.
La Pointe de Pen-Hir en photos.
La batterie de la pointe de Pen-Hir.
L'érosion sableuse.
La borne des 1000 km du Gr34 à Pen-Hir.
Les ardoises gravées... Sculptures littéraires !
Le phénomène d'accrétion.
La pierre du mariage.
L'histoire des calibres des canons présents en presqu'île de Crozon.
Les microplastiques par millions sur nos plages.
Les fortifications de la Pointe des Espagnols.
Des croisements sous surveillance allemande.
Le cinéma le Rex de l'organisation Todt.
Le canon de 100mm TR en batterie de côte.
Le canon de récup de 75mm Mle 1908 à Fort Robert.
Le canon de 65mm TR 1888-91 au ravin du Stiff.
Souvenir des gués.
L'histoire des repères de nivellement général.
Marie-Jo Guével maître-verrier.
Gérard Guéguéniat artiste peintre sculpteur...
Le bunker 636a pas si fréquent que cela...
Préparation de l'arrivée du canon de 32cm Mle 1870-84 à la Pointe des Espagnols.
Le bunker 668 version simplifiée présent en 3 exemplaires en Roscanvel.
L'effet du climat sur le sol.
L'abri wellblech Vf1b - tôle métro
Le bunker - tobrouk Vf25 est en presqu'île de Crozon !
Le souvenir du château-fort de Castel bihan Poulmic.
La chasse aux Cormorans, l'occasion de marier la fille.
Motte de Rozan - motte castrale féodale.
Un Pluvier doré juvénile en visite à la Palue.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020