Cabine téléphonique de batterie de côte

Modèle "1903".

Plan de base d'une cabine téléphonique de batterie de type 1903 (année de construction).
1- Petite ouverture haute parfois à hauteur de plafond.
2- Fenêtre principale à hauteur légitime à 0.60m de largeur extérieure et 0.80m en intérieur (sur le terrain, on trouve 0.70 et 0.90 parfois).
3- Pièce unique de la cabine 1.50m x 1.50m (dimension fréquente) avec une hauteur sous plafond de 2.05m à minima.
4- Entrée d'une largeur de 0.80m fermée par une porte pleine métallique.
5- Mur en moellons de 0.50cm d'épaisseur et encadrement en briques rouges crépies.
Le toit est une dalle mince en béton incliné.

Modèle "1903".

1- Ouverture haute de format très variable selon les cabines, voire absence d'ouverture.
2- Fenêtre principale perpendiculaire à la porte d'entrée mais sur le mur gauche ou droit selon l'implantation de la cabine.
3- Pièce de la cabine téléphonique.
4- Mur. Ce mur sans ouverture est possiblement appliqué contre une paroi de falaise ou d'un remblai haut. Dans ce cas, il existe un système de drainage aux fouilles pour éviter les infiltrations des eaux de ruissellement.
5- Matériau drainant.
6- Tuyau en grès de drainage.
La cabine dispose d'une dalle en mortier striée pour éviter de glisser.

Cabine téléphonique associée à un poste d'observation ouvert.

Avant 1903, les modèles des cabines sont construits en adaptation avec la structure de la batterie et en fonction de la nécessité d'y adjoindre un poste d'observation basique sans toit. Il ne semble pas y avoir de recherche d'une architecture constante.
1- Poste d'observation élevé à ciel ouvert.
2- Escalier.
3- Cabine téléphonique en contrebas dans le large fossé de la batterie.
4- Fenêtre.
5- Porte.

Poste d'observation élevé (1).

Escalier (2) descendant vers la cabine téléphonique.

En bas des escaliers, à la fin de la batterie, l'intérieur de la cabine téléphonique avec sur le mur de gauche en bas, les trois attaches normalisées: soit deux gonds horizontaux et un anneau.

Porte ceintrée avec gonds intérieurs. La construction date d'avant 1903 car à partir de cette date, les ceintrages disparaissent.

Une autre cabine à angle tronqué, l'observation se faisait sur le toit avec un accès par escalier de côté.

Cabine téléphonique adapté du modèle 1903 avec un quart de voûte escalier montant sur une plateforme en béton étant un poste d'observation. La cabine a été ultérieurement modifiée pour un usage non déterminé peut-être pour des latrines à tinette.

Toutes les cabines disposent de deux gonds opposés horizontaux (1) et d'un anneau (2) dont les mesures distantes sont très proches quelle que soit la date de construction de la cabine.

Dans une cabine circulaire les mêmes attaches à droite.

Une cheville en bois pour fixer par vis un objet au mur.

La première expérience téléphonique officielle en batterie de côte date de 1898 sous le regard du ministre de la Marine Lockroy qui assiste à des manœuvres de tirs sur cibles dans le Goulet de Brest. Si la journée fut stratégiquement décevante faute de moyens humains, l'état major reconnut l'utilité de développer le réseau téléphonique en batterie, sans oublier de le relier à un centre opérationnel en retrait.  Jusqu'alors, chaque commandant de batterie tirait sur l'ennemi au large sans se soucier des batteries voisines. La coordination permet de faire circuler l'information du déplacement des navires hostiles qui désormais sont motorisés et donc rapides. La cabine peut être acollée au poste de commandement et télémétrique. Elle peut être enfouie partiellement ou entièrement avec un accès par un escalier descendant ou encore en situation pleinement aérienne. Certaines cabines sont intégrées dans les murs de soutènement de la batterie. La mise en place des ouvertures varient donc selon les cas. Ces cabines furent présentes à Kerbonn, Toulinguet, Tremet, Kerviniou, Cornouaille... Réglementairement, une batterie dispose de deux cabines téléphoniques : une cabine avec un poste d'observation à chaque extrémité de la position défensive. Sur les rapports des commissions d'inspection on désigne la cabine téléphonique de droite et la cabine téléphonique de gauche. Sur les côtes Ouest de Roscanvel, la cabine de droite est au Nord de la batterie.

La cabine téléphonique droite de la batterie de Kerbonn est tout particulièrement intéressante car sous l'usage français elle se composait d'un poste en demi-cercle d'observation télémétrique et lors de la seconde guerre mondiale, l'armée d'occupation allemande a réemployé cette position pour en faire un poste télémétrique – E-Messgeräte – Entfernungs-Meßgerät – avec une meilleure protection en béton.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Milice garde-côte

Batteries : Basse de Cornouaille - Batterie de Beaufort - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Carrière

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Repère d'Entrée de Port R.E.P.

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Corvette Chevrette

Garde-pêche

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

La défense antiaérienne avant 1939

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Projecteur et écoute du Grand Gouin

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Autres positions françaises de projecteurs

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

La Musaraigne, une amie du jardinier.
Bunker 634 : un blockhaus à coupole en 4 exemplaires en Roscanvel.
Remorqueur océanique et manutention d'ancres.
Le bunker 515 neu présent en presqu'île de Crozon.
Un câblier "français" dans l'anse de Morgat.
Un coup de vent différemment géré.
Carrière – Excavation militaire pour l'extraction de matériaux de construction des batteries de côte.
Des avisos et des hommages dans le Goulet.
Bâtiments-écoles type Léopard BE
Le guano à la loupe.
La grésification des sables dunaires.
Les manœuvres militaires de Telgruc.
Les fontaines lavoirs de Telgruc-sur-Mer.
La décharge de Kerlaër refait parler d'elle.
La digue de Telgruc-sur-Mer cache des histoires.
La ganivelle travaille à la survie des dunes.
La fausse méduse inoffensive : la jolie Vélelle.
Pêche du bord à vos risques et périls.
La vague artistique de Camaret au 19ème et début du 20ème. Des grands noms de la culture.
Pluie de météorites sur Crozon Lostmarc'h, pas de victimes en dehors d'une certitude !
Le pirate Portzmoguer honoré à Morgat par une rue.
Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021