Cabine téléphonique de batterie de côte

Modèle "1903".

Plan de base d'une cabine téléphonique de batterie de type 1903 (année de construction).
1- Petite ouverture haute parfois à hauteur de plafond.
2- Fenêtre principale à hauteur légitime à 0.60m de largeur extérieure et 0.80m en intérieur (sur le terrain, on trouve 0.70 et 0.90 parfois).
3- Pièce unique de la cabine 1.50m x 1.50m (dimension fréquente) avec une hauteur sous plafond de 2.05m à minima.
4- Entrée d'une largeur de 0.80m fermée par une porte pleine métallique.
5- Mur en moellons de 0.50cm d'épaisseur et encadrement en briques rouges crépies.
Le toit est une dalle mince en béton incliné.

Modèle "1903".

1- Ouverture haute de format très variable selon les cabines, voire absence d'ouverture.
2- Fenêtre principale perpendiculaire à la porte d'entrée mais sur le mur gauche ou droit selon l'implantation de la cabine.
3- Pièce de la cabine téléphonique.
4- Mur. Ce mur sans ouverture est possiblement appliqué contre une paroi de falaise ou d'un remblai haut. Dans ce cas, il existe un système de drainage aux fouilles pour éviter les infiltrations des eaux de ruissellement.
5- Matériau drainant.
6- Tuyau en grès de drainage.
La cabine dispose d'une dalle en mortier striée pour éviter de glisser.

Cabine téléphonique associée à un poste d'observation ouvert.

Avant 1903, les modèles des cabines sont construits en adaptation avec la structure de la batterie et en fonction de la nécessité d'y adjoindre un poste d'observation basique sans toit. Il ne semble pas y avoir de recherche d'une architecture constante.
1- Poste d'observation élevé à ciel ouvert.
2- Escalier.
3- Cabine téléphonique en contrebas dans le large fossé de la batterie.
4- Fenêtre.
5- Porte.

Poste d'observation élevé (1).

Escalier (2) descendant vers la cabine téléphonique.

En bas des escaliers, à la fin de la batterie, l'intérieur de la cabine téléphonique avec sur le mur de gauche en bas, les trois attaches normalisées: soit deux gonds horizontaux et un anneau.

Porte ceintrée avec gonds intérieurs. La construction date d'avant 1903 car à partir de cette date, les ceintrages disparaissent.

Une autre cabine à angle tronqué, l'observation se faisait sur le toit avec un accès par escalier de côté.

Cabine téléphonique adapté du modèle 1903 avec un quart de voûte escalier montant sur une plateforme en béton étant un poste d'observation. La cabine a été ultérieurement modifiée pour un usage non déterminé peut-être pour des latrines à tinette.

Toutes les cabines disposent de deux gonds opposés horizontaux (1) et d'un anneau (2) dont les mesures distantes sont très proches quelle que soit la date de construction de la cabine.

Dans une cabine circulaire les mêmes attaches à droite.

Une cheville en bois pour fixer par vis un objet au mur.

La première expérience téléphonique officielle en batterie de côte date de 1898 sous le regard du ministre de la Marine Lockroy qui assiste à des manœuvres de tirs sur cibles dans le Goulet de Brest. Si la journée fut stratégiquement décevante faute de moyens humains, l'état major reconnut l'utilité de développer le réseau téléphonique en batterie, sans oublier de le relier à un centre opérationnel en retrait.  Jusqu'alors, chaque commandant de batterie tirait sur l'ennemi au large sans se soucier des batteries voisines. La coordination permet de faire circuler l'information du déplacement des navires hostiles qui désormais sont motorisés et donc rapides. La cabine peut être acollée au poste de commandement et télémétrique. Elle peut être enfouie partiellement ou entièrement avec un accès par un escalier descendant ou encore en situation pleinement aérienne. Certaines cabines sont intégrées dans les murs de soutènement de la batterie. La mise en place des ouvertures varient donc selon les cas. Ces cabines furent présentes à Kerbonn, Toulinguet, Tremet, Kerviniou, Cornouaille... Réglementairement, une batterie dispose de deux cabines téléphoniques : une cabine avec un poste d'observation à chaque extrémité de la position défensive. Sur les rapports des commissions d'inspection on désigne la cabine téléphonique de droite et la cabine téléphonique de gauche. Sur les côtes Ouest de Roscanvel, la cabine de droite est au Nord de la batterie.

La cabine téléphonique droite de la batterie de Kerbonn est tout particulièrement intéressante car sous l'usage français elle se composait d'un poste en demi-cercle d'observation télémétrique et lors de la seconde guerre mondiale, l'armée d'occupation allemande a réemployé cette position pour en faire un poste télémétrique – E-Messgeräte – Entfernungs-Meßgerät – avec une meilleure protection en béton.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021