Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

La défaite de la guerre de 1870 contre l'Allemagne et la Prusse est due à une impréparation de l'armée française obsédée par l'ennemi anglais et à des relents politiciens au sein même de l'armée dont le Général François Achille Bazaine (1811-1888), ultra conservateur, qui en fut la plus décevante des représentations cherchant un accord avec l'envahisseur, immobilisant les forces françaises à Metz en attendant une réponse qui n'est jamais venue, ceci dans l'espoir de restaurer l'empire par crainte de la république.

L'annexion au nouveau Reich (unification de l'Allemagne et de la Prusse suite à la victoire sur la France) de l'Alsace et de la Lorraine dépossède la France de ses fortifications régionales qui permettraient de faire face à une nouvelle attaque germanique qui devient la hantise des responsables politiques et militaires.

Un général du génie qui a déjà œuvré dans la défense de la ville de Toulon, Nice, Lyon, Metz, et qui a l'expérience de la construction de forts est nommé Secrétaire du Comité de défense en juin 1873. Il suggère alors un projet de défense à la fois inspiré de Vauban, à la fois novateur. Raymond Adolphe Séré de Rivières (1815-1895) propose de créer une chaîne de forts suffisamment espacés tout en ayant la possibilité à chaque fort de protéger les forts voisins par son artillerie. L'ennemi est sensé passer entre les mailles et être accueilli en arrière par une défense de campagne mobile qui défend, puis contre-attaque. Le procédé fait l'unanimité. Le général devient Directeur du service du Génie au Ministère de la guerre en 1874. Ordre lui est donné d'élaborer la ligne de défense appelé "Système Séré de Rivières" de Dunkerque à Nice et de renforcer les ports dont Brest et par voie de conséquence, la presqu'île de Crozon.

Bien que la presqu'île de Crozon - Brest - soit concernée par les améliorations défensives relatives au système Séré de Rivières, cette localisation n'est pas nommée dans la loi du 17 juillet 1874 qui ne concerne que les frontières de l'Est et ceci comme aucun autre port tel que Lorient ainsi que la frontière espagnole qui bénéficieront du programme de fortification. Ces travaux sont considérés comme très secondaires et ne sont donc pas chiffrés. La loi exigeant alors un chiffrage, l'escamotage administratif contourne les intentions militaires.

Bulletin des lois de la République Française N°217
République Française
N°3273. - Loi relative à l'amélioration des défenses des Frontières de l'Est du 17 juillet 1874. (promulguée au journal officiel du 25 juillet 1874.) L'assemblée nationale a adopté la loi dont la teneur suit :
Art. 1er. Il sera construit de nouveaux ouvrages autour des places de Verdun, Toul, à Epinal, dans la vallée de la haute Moselle, autour de Belfort, de Besançon, à Dijon, Chagny, rerims, Epernay, Nogent-sur-Seine, autour de Langres, de Lyon, de Grenoble, dans la vallée de l'Isère, à Albertville et à Chamousset, autour de Briançon, sur les emplacements indiqués par la commission de défense. Ces travaux sont déclarés d'utilité publique et d'urgence.
2. Sur le montant total de l'estimation de ces ouvrages, s'élevant à quatre-vingt-huit millions cinq cent mille francs (88,500,000f), il sera affecté à leur établissement, en 1874, un premier à-compte de vingt-neuf millions (29,000,000f) à prélever sur les crédits ouverts au département de la guerre, au titre du compte de liquidation. Les crédits ou portions de crédits qui n'auront pu être employés dans l'exercice seront reportés sur l'exercice suivant.
3. Ces ouvrages de fortifications seront classés dans la première série des place de guerre.
Délibéré en séance publique, à Versailles, le 17 juillet 1874.
Le président
Signé L. Buffet
Les secrétaires,
Signé Félix Voisin, Vandier, E. de Cazenove de Pradine, Louis de Ségur.
Le président de la République promulgue la présente loi.
Signé Mal. De Mac Mahon, duc de Magenta.
Le vice-président du conseil, Ministre de la guerre,
Signé Gal. E.de Cissey.
XII ème Série.

Dans la réalité le programme de fortification concernant 450 ouvrages dont 166 forts stratégiques achevés en 1885 coûta 700 000 millions de francs or avec une très mauvaise surprise à l'achèvement : les fortifications Séré de Rivières ne résistent pas aux nouveaux obus torpilles qui vont devenir la norme d'artillerie vers 1885.

Le fort type Séré de Rivière de 2ème ligne de la Malmaison en région parisienne achevé en 1882 et ayant coûté 1835000 fr or fait l'objet d'un exercice d'artillerie avec les projectiles à la mélinite par le biais du canon 155mm L Modèle 1877 et du mortier 220mm Modèle 1880. L'expérience est menée du 11 août à fin octobre 1886. Les 171 projectiles ont ruinés les maçonneries du fort. Preuve était faite que la France était dépourvue de fortifications résistantes.

Déjà en 1885, le système Séré de Rivières et repris sur toute la ligne Est de la loi du 17 juillet 1874 en y incluant des protections de béton spécial - couche de 2 à 2.5m de béton non armé sur les bâtis sensibles - enfouissement des fortifications sous de la terre - couche de 2 à 6m de terre résistant à un obus de 21 cm en fonte, construction de tourelles cuirassées en fonte armées de canons à tirs rapides... L'artillerie lourde est sortie des forts pour être étalée sur des plates-formes accompagnées d'abris de traverse - soutes à munitions - Le fort de Landaoudec en est l'exemple parfait. Les coûts sont considérables et l'étalement des forces provoque des dysfonctionnements dans les approvisionnements. A nouveau, les progrès de l'artillerie font apparaître les obus au chrome qui atteignent les cuirassements en fonte, le fer lamellé est dispendieux et mal maîtrisé... Des travaux sont tout de même effectués mais sans doute pas au niveau nécessaire faute de moyens et pour cause de géopolitique car la France a désormais un allié de poids en la Russie. Le Reich envahissant la France, donnerait l'occasion à la Russie d'envahir le Reich.

La venue du béton armé en 1897 va amortir la défaillance défensive qui en l'état où le général Séré de Rivières l'avait conçu n'avait aucune efficacité et donc peu d'utilité. Bien que le programme se soit poursuivi jusqu'en 1914 avec cette intégration salutaire du béton armé, tout ne fut pas construit, ni amélioré. On se contenta du réemploi de certaines anciennes places fortes. On coula du béton sur les dépôts de munitions essentiels comme ce fut le cas au fort de Crozon.

Le fort de Crozon et le fort de Landaoudec de type Séré de Rivières n'ont jamais eu d'activité de service. Ils servirent de casernements, de prisons autant à la première guerre mondiale qu'à la seconde.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie de l'île de l'Aber

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Positions françaises normées



A la une :

Le rideau breton, une tradition presque perdue.
La voile ancienne pince de crabe... Une antiquité qui ressurgit.
Chantiers navals de Camaret.
La plage suspendue du Corréjou.
Embosser de la charcuterie et un bateau ce n'est pas la même chose.
Le sombre souvenir du Pluton.
Moteur CLM Peugeot Junkers.
Bientôt la fin de la frégate Primauguet.
L'indépendance de la Bretagne grâce à la 5e Panzerdivision allemande, les automistes bretons y ont cru !
16 canons de 47mm Mle 1885 en 4 batteries de côte.
Gardien de batterie de côte, un métier envié.
Nos cousines les Tipule.
La circulaire ministérielle du 31 juillet 1846 - Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières - Loi de déclassement des corps de garde 1846.
Pour ou contre les poubelles de plage. L'avènement des bacs à marée.
Armoiries des communes de la presqu'île de Crozon.
Une ancienne faneuse.
Le Gendarme est l'ami du jardinier.
La Ligie océanique le Cloporte des mers.
Du livre terrier au cadastre napoléonien.
Un petit papillon : la Brocatelle d'or.
ANNONCE GRATUITE : Recherche pièce détachée hache-lande - broyeuse d'ajonc.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Un vélo Jacques Anquetil qui raconte sa marque et ses soirées poker.
Une grande vedette à Camaret-sur-Mer Gabrielle Colonna-Romano.
Les yeux du plasticien Pierre Chanteau.
Initiation artistique de Jean Moulin à Camaret-sur-Mer.
Kabelbrunnen - puits à câbles téléphoniques de la guerre 39-45.
Radars allemands, détecteurs acoustiques - Funkmeßgerät, Ringtrichter-Richtungshörer.
Des mines allemandes dans les champs.
Papillon pourpre : Pyrale pourprée - Pyrausta purpuralis
Les plantes du littotal du haut de plage.
Des plastiques du passé bien présents dans la nature.
Des grains sous les fougères : les sores.
Baies sauvages comestibles ou toxiques...
Escargot Zebrina debrita - Bulime zébré - il aime le soleil !
Les pucerons verts une affaire de génération.
Captage de naissains sauvages d'huîtres.
Le four à pain traditionnel breton.
Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
E-book - livre numérique gratuit : 1ère nouvelle.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020