Canon 95 mm Mle 1888 Lahitolle version défense côtière

Canon court G de 95 mm modèle 1888 français sur affût crinoline.

La défense côtière de la Presqu'île de Crozon se voit affublée de canons courts G de 95 mm modèle 1888 français sur affût crinoline par Ordonnance de 1894. Toutes les côtes françaises disposent de ce canon qui fut produit à grande échelle.

Sa conception date de 1871 de la part du Lieutenant-Colonel Lahitolle. Il est décliné d'abord en canon de campagne (sur roues). Il est mis en réserve quelques temps avant la première guerre mondiale puis reprend du service en 1914.

Un canon à fort recul, d'une cadence de tir d'1 coup par minute pour une portée de 6 à 9 km, même si pour la première fois de l'acier entre dans sa construction, ce canon est vite dépassé.

Le colonel Deport, en 1892, crée une version sur pied fixe à 16 points d'attache au sol. La rotation sur 360° était alors aisée. L'adjonction d'un frein à graisse favorisera la cadence de tir, cependant encore insuffisante. Les améliorations techniques se poursuivront jusqu'en 1904 et porteront sur la culasse et la sécurité de celle-ci.

En 1940, l'armée française songe à se débarrasser de ses vieilleries quand l'armée allemande en prend possession. Parfois en batterie, parfois isolément, ce canon français tirera sur les alliés et les forces françaises alors qu'il fut conçu pour nuire aux forces allemandes. Un canon de 1888 pour défendre la France de 1940... Les budgets manquaient déjà ! Les batteries côtières s'appelaient alors des batteries de semonce, autant dire "inoffensives" ou presque.

Les vestiges de sa présence en Presqu'île se détectent encore grâce à des plates-formes bétonnées souvent circulaires et 16 tiges filetées disposées en cercle marquant les points de fixation des pieds crinolines. La batterie basse du Kador en Morgat en est l'exemple type.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Créneau à lampe

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 95mm Lahitolle

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre



A la une :

La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Péri ou disparu en mer...
L'ostréiculture : élevage des huîtres sur tréteaux en mer.
Cuirassé Bretagne entre honte et nécessité.
Batteries hautes des Capucins.
Drame à l'île Vierge, pointe de St Hernot...
Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
L'histoire des écoles d'Argol.
La balise de Basse Vieille dans l'herbe.
La maison traditionnelle : le penty.
Les architectes qui ont compté.
La visite de Rommel.
L'ancienne poste de Morgat.
Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance
L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019