Sémaphore Télégraphe électrique TSF...



Le sémaphore du Toulinguet actuellement.

Le sémaphore du Toulinguet portait aussi le nom de "Signal de Penhoat" dont voici les ruines attenantes. Le sémaphore est tenu par deux guetteurs qui se relaient. En 1866, par exemple, les familles Morvan (Yves) et Hugot (Hervé-Marie) y travaillent, les épouses sont respectivement sage-femme et cultivatrice.

Le corps de garde du sémaphore du Toulinguet appelé "Maison du conseil".

Embase d'un des mâts sémaphoriques de la batterie de la Pointe de Pen-Hir.

Rigole d'évacuation vers un puisard.

Le soubassement du sémaphore. En premier plan la pièce hexagonale qui contenait le mât Dépillon sur un axe de rotation de 4m. A hauteur d'homme, sur le mât étaient fixés les disques de réglage des bras articulés qui étaient à l'extérieur au-dessus du toit.

La surveillance côtière, au travers les siècles, par les militaires et ceci contre les possibles invasions ennemies, a nécessité des moyens techniques importants.

Les premiers signaux du 17ème siècle se font à l'aide de feux côtiers et de coups de canon. L'information transmise est sommaire mais utile.

Ensuite au 18ème siècle, il est décidé de construire des corps-de-gardes, petits bâtiments normés permettant à des veilleurs ou guetteurs de vivre sur place en permanence afin d'agir sur les feux de communication. Progressivement l'idée de faire circuler et d'étoffer l'information encourage les autorités à implanter des poteaux à distance régulière sur la côte. C'est ainsi que la presqu'île de Crozon se voit équipée de corps-de-gardes et de mâts à pavillons aux Pointes des Espagnols, de Cornouaille, Tremet, du Gouin, de Pen Hir et cap de la Chèvre.

Grâce à des cordages (drisses) des pavillons sont hissés sur le mât à signaux. La combinaison des couleurs et des hauteurs constitue le contenu du message.

Le mât s'étoffe de bras rigides articulés - le système sémaphorique de Claude Challe (105 signaux) en vigueur relie Brest à Paris en 1799 mais ne va pas concerner la côte.

Les premiers modèles de côte sont de la conception de l'officier d'artillerie Charles Depillon qui permettent d'émettre 301 signaux reconnus par la marine, 1849 signaux autorisés, 582 autres interdits pour cause de confusion possible. Ces sémaphores seront généralisés juste après sa mort en 1805 et seront considérés comme opérants durant plusieurs décennies. Seul le bâti va être entièrement repensé à partir de 1861 pour accueillir les électro-sémaphores.

La décision suivante insiste sur le fait qu'il faut protéger les guetteurs des intrusions ennemies et des curiosités ou distractions locales. La maison de guet est renforcée par un mur d'enceinte. Le système a encore ses limites, les transmissions visuelles occasionnent des erreurs. Le brouillard empêche les transmissions. L'isolement des guetteurs fait qu'ils ne sont pas forcément fiables. Le temps est très long à scruter l'horizon côté mer et côté côtier pour voir si un message est en attente sur le mât du voisinage. Certes, en cas d'urgence, on fait tonner un canon pour éveiller l'attention des guetteurs suivants. Les mâts à pavillons sont néanmoins conservés pour communiquer avec les navires du large mais la communication côtière est désormais basée sur le télégraphe électrique avant que la TSF n'entre en jeu au début du 20ème siècle... La télégraphie sans fil fait fleurir sur la côte des antennes métalliques géantes...

Aujourd'hui, il ne subsiste que peu de traces de cette intense activité de surveillance côtière. Quelques vestiges des fondations, un bâtiment en ruine ici ou là... Des bâtiments ont été détruits à l'arrivée allemande lors de la seconde guerre mondiale, dès les premières minutes en ce qui concerne le sémaphore de la pointe de Penhir. Dans ce cas ce fut les guetteurs qui in-extremis sabotèrent le site alors que la troupe motorisée posait un pied à terre.

La surveillance maritime et météorologique se poursuit... Le métier de guetteur est encore au goût du jour, seuls les moyens techniques de surveillance ont évolué. Le sémaphore du Cap de la Chèvre  est en service tandis que le sémaphore du Toulinguet est fermé en 2019.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Milice garde-côte

Batteries : Basse de Cornouaille - Batterie de Beaufort - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Repère d'Entrée de Port R.E.P.

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Corvette Chevrette

Garde-pêche

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

La défense antiaérienne avant 1939

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Projecteur et écoute du Grand Gouin

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Autres positions françaises de projecteurs

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021