Batterie Sud des Capucins pour mortiers 30cm Mle 1883-93

Porte centrale galvanisée pour une soute à munitions servant deux mortiers, l'un à gauche, l'autre à droite (non visibles sur la photo). Les obus sont livrés par les voûtes en briques (portillons d'amenée) et roulent sur le râtelier intérieur et ressortent par l'ouverture en dessus (guichet de distribution des obus) qui dessert la plate-forme du mortier à deux pas. Les issues sur les côtés permettent de faire circuler les servants de pièce de la réserve au pas de tir.

Les râteliers d'une soute.

Couloir de desserte en fond de soute.

Chaque soute à munitions contient un point d'éclairage, le créneau à lampe.

Couloir central et porte d'entrée avec paillasse aux gargousses sur la gauche.

Magasin aux projectiles Sud. Obus inertes.

Hangar Sud (aux agrès) aux matériels de transport des mortiers et des munitions de l'extérieur de la batterie vers cette dernière pour assurer l'approvisionnement. Cela suppose des attelages spécifiques et des chevaux.

Plan des bâtiments Nord

Plan des bâtiments Sud

La batterie Sud des Capucins est un dispositif de renforcement de la batterie principale du fort des Capucins.

La datation de la première construction varie selon les sources. Certaines sources évoquent 1884/1885 d'autres 1889. Jugée structurellement trop légère, elle est renforcée par des éléments en béton soit en 1906 pour certaines sources ou 1913 pour d'autres.

La batterie est en ligne droite, légèrement en retrait de la falaise derrière un tertre artificiel qui sert de protection. Chacun des quatre mortiers est alimenté en munitions par une ou deux soutes selon les cas. Aux deux extrémités de la batterie des bâtiments techniques plus ou moins importants participent au fonctionnement.

Deux générations de mortiers se sont succédées :
• mortiers de 30cm Mle 1883 sur affût 1883 PA (pivôt antérieur).
• mortiers de 30cm Mle 1883-93 sur affût 1883 PA

Dans les faits « cet effort de guerre » est un habillage dissuasif sans grand intérêt. Ces mortiers tirent un projectile de 282 kg toutes les 4 minutes dans le meilleur des cas. Un tir en cloche très approximatif pour une portée maximale de 8 km. Sur cible mouvante tel qu'un navire au large, l'obus est sensé perforer le pont supérieur, rien de plus.

Si l'avantage des mortiers est leur fabrication économique, leur efficacité n'est plus dans l'air du temps d'autant que les obus des marines ennemies sont explosifs et destructeurs de tertre et de bétons minces. La batterie est abandonnée sans avoir été utilisée, fragile, mal conçue, désuète, elle témoigne d'une mauvaise anticipation stratégique.

Cette batterie disposait d'un poste de commandement en bord de falaise ainsi que d'un poste télémétrique.

48° 15' 55" N
4° 34' 19.38" O



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat)

Camp Sanitaire des capucins

Casernement de la pointe des Espagnols

Casernement de Lagatjar

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Créneau à lampe

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 95mm Lahitolle



Page récente :

Démolition de la chapelle de Morgat.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.



Une information, une demande :

© 2019