Corps de garde - Réduit - Fort de Camaret-sur-Mer

Corps de garde 1846 restauré en 2019-2020 avec à sa droite les vestiges de la batterie de 4 canons de 95mm Mle 1888-04.

L'escalier de restauration a bien plus de recul par rapport à l'échelle de meunier en chêne d'origine. Derrière, il y avait la cuisine et la réserve à vivres du moins dans un corps de garde en situation de guerre.

Murs-traverses sur le toit terrasse pour protéger les soldats des tirs ennemis venant de la Pointe du Gouin dans le cas d'une prise à revers.

A partir d'un créneau de tir, vue sur une niche à munitions de la batterie de 95mm.

Vue sur un bunker 671.

Pièce 10.

Pièce 9. Magasin des poudres avec un évent (a) au centre.

Crochets pour attacher les hamacs des soldats en service. Un crochet dans le mur de la chambrée, l'autre sur une structure en bois amovible qui est démontée hors des périodes d'alerte ou d'exercice pour transformer les lieux en magasin. La structure est aussi enlevée en cas de combat afin que les militaires puissent se déplacer aisément derrière les créneaux de tir.

Sous sa version allemande avec un toit en béton.

Bretêche à mâchicoulis.

Le corps de garde crénelé du Petit Gouin de Camaret-sur-Mer est un réduit défensif construit en 1859 d'après le plan modèle 1846 n°2 modifié (modification de type 1) pour loger 40 militaires (30 militaires selon certaines sources) et servir 8 à 12 canons en terrasse - 19,50 m x 10,30 m environ. Le lieu d'implantation, une plate-forme artificielle, fut par le passé occupé par une batterie côtière au 18ème siècle mais sans constructions particulières, du moins ayant laissé un quelconque vestige visible. Cette construction appartient à un programme de défense national émanant de la commission mixte d´armement des côtes, de la Corse et des îles qui en établit les normes afin d'avoir une vision claire des dépenses militaires à présenter à Louis Philippe en 1840.

Mâchicoulis et créneaux de tir permettent d'envisager un siège par une infanterie ennemie d'autant que le corps de garde est sensé disposer de réserves alimentaires et dispose d'une réserve à eau (récupérateur des eaux de pluie de la terrasse) dont la trappe est sur le sol du couloir d'entrée du fortin. Néanmoins son rôle principal consiste à tirer au canon sur des navires ennemis au mouillage dans l'anse de Camaret afin de soutenir les lignes de Quélern et éviter un débarquement dont le but serait la prise de la Pointe des Espagnols. La particularité du fort est de présenter des murs-traverses sur sa terrasse pour cloisonner le déplacement des artilleurs.

Dès 1889, le corps de garde est déclassé (comme tous ceux de sa génération) car inutilisable face à une artillerie ennemie utilisant des obus torpilles explosifs et destructeurs des fortifications en moellons hourdis. Le bâtiment peut servir d'entrepôt tout au plus et ceci sans produits dangereux.

Une batterie basse de canons de 95mm (des vestiges subsistent) fait office de remplacement d'artillerie. Elle fut construite en 1896 en contrebas puis déplacée en 1901 pour une meilleure protection aux tirs directs. L'armée d'occupation allemande va réemployer la batterie en y adjoignant deux bunkers 671. Un toit à quatre pans en béton fut coulé par l'organisation allemande Todt pour que le fortin devienne un local d'intendance.

La zone ayant été fortement bombardée en 1944, il est miraculeux que le fort ait survécu.

Le fort est sur le GR 34 en quittant Camaret vers la pointe du Gouin.

L'armée est propriétaire du bien jusqu'en 2006. Le corps de garde fut un temps employé par une association d'artistes peintres puis est devenu un centre de vacances. Le vieux fortin s'est vu affublé du confort moderne, chauffage central, toilettes, douches, chambres, électricité. Certaines fenêtres du premier étage ouvrent sur l'anse de Camaret pour une vue inoubliable. Les meurtrières ont été obturées par des fenêtres. Rachat par la communauté de communes de la Presqu'île de Crozon et de l'Aulne maritime.

Rénovation du patrimoine

Prévision et projet septembre 2018.
Architecte Piotr Candio.
L’entreprise Lizard-environnement : dépollution amiante et plomb.
L’entreprise Mein Breizh : maçonnerie.
L'entreprise Atiz : mobilier.
Financement Communauté de communes du Pays de Camaret et de l’Aulne maritime - CCPAM, Région et Département : 422 000 €.

1 -  Logement - pièce officier du poste.
2 -  Logement du gardien de batterie en temps de paix. 2.40m x 2.10m avec un poêle.
3 - Couloir d'entrée avec au sol l'accès à la réserve à eau souterraine.
4 - 7 - 8 - Chambrées.
5a - Magasin des vivres.
5b - Cuisine avec fourneau.
6 - Escalier en bois pour accéder au toit terrasse.
9 10 11 - Magasins des poudres, d'artillerie et d'armement sur plancher en bois pour éviter les étincelles.
a - évent à mi-hauteur de la pièce.
b - conduit d'évacuation des fumées des poêles ou du fourneau de cuisine.
c - créneau de tir.
Les cloisons minces appartiennent au plan de base du corps de garde modèle n°2 et sont non présentes dans la restauration de 2020 du corps de garde. Le plan de base connaît une ouverture dans la pièce 11 à l'instar de la pièce 10. Etc... Ainsi le plan fut interprété lors de la construction du fortin. Sous chaque grande ouverture élevée un créneau de tir.

Lors de la restauration (2019-2020) du fort du Gouin / corps de garde de Camaret, au rez-de-chaussée, dans une poutre de soutènement en béton armé, il a été retrouvé une bouteille en verre dans laquelle un message rédigé en allemand était enfermé. Le message codé avait été rédigé par les ouvriers / militaires qui avaient transformé le vieux fort abandonné en habitation pour vraisemblablement un officier. Le texte conservé aux archives départementales dit ceci : « Sur ce chantier, nous avons bien transpiré au bénéfice de celui qui y habite maintenant. Tant d’heures de travail et de fatigue. Cet ouvrage est le prix de notre travail. Et quand on le regarde, on comprend que nous n’avons pas traîné. La transformation de ce vieux fort en habitation fut un jour la tache de quelques artisans de la batterie E 673. Camaret 1943-44 ». La nomination E673 correspond au groupe allemand de l'armée de terre d'un régiment du train qui tenait la batterie de côte lourde de longue portée. Seuls éléments de l'armée de terre (heer) en bord de mer en presqu'île. La côte est tenue par l'artillerie de marine allemande. Des trains avaient été nécessaires pour acheminer les canons à la batterie du Gouin via la gare de Camaret.

48° 17' 9.17" N
4° 36' 5.14" O



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Milice garde-côte

Batteries : Basse de Cornouaille - Batterie de Beaufort - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Repère d'Entrée de Port R.E.P.

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Corvette Chevrette

Garde-pêche

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

La défense antiaérienne avant 1939

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Projecteur et écoute du Grand Gouin

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Autres positions françaises de projecteurs

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021