Circulaire ministérielle du 31 juillet 1846 du ministre de la guerre

La première guerre égypto-ottomane 1831-1833 déstabilise la région entre Ottomans et Egyptiens. L'intervention diplomatique franco-britannique impose à l'Egypte une paix très honorable aux yeux du pouvoir ottoman qui ne pense désormais qu'à une chose, reprendre le combat pour reconquérir sa dignité. A cette période, les relations entre la France et l'Angleterre sont plus ou moins apaisées avec la restauration de la monarchie en France.

La deuxième Guerre égypto-ottomane de 1839 à 1841 reformule les ambitions des belligérants et une coalition européenne (hors France) soutient l'empire turc tandis que la France privilégie les prétentions du royaume d'Egypte et s'engage à s'impliquer si le royaume d'Egypte n'est pas reconnu par les Anglais et les coalisés. Les Egyptiens, abandonne la Syrie occupée, restitue la flotte ottomane mais obtiennent la reconnaissance du royaume d'Egypte dans les instances internationales.

Après la fin calamiteuse du 1er Empire, la paix règne en France et c'est donc par des évènements géopolitiques "lointains" que la France, sous Louis-Philippe (dernier roi de France), se retrouve en situation d'incertitude à l'égard de l'Angleterre qui redevient l'ennemie jurée. Depuis la fin de Napoléon 1er (Waterloo 1815) la défense côtière a guère évolué. Les tours modèle 1811 et un armement disparate signalent une faiblesse défensive qu'il faut corriger. La défense des côtes est depuis trop longtemps négligée - il y a une concorde politique pour l'admettre.

En février 1841, des officiers d'Artillerie, du Génie et de la Marine sont réunis dans une commission mixte d´armement des côtes, de la Corse et des îles pour établir un programme de réarmement défensif en supprimant les batteries non indispensables par déclassement et le renforcement des batteries stratégiques secondées par une logistique matérielle et l'assortiment de personnels compétents en prévision d'une nouvelle guerre avec l'Angleterre. Si tout le monde semble d'accord sur la nécessité de défendre la France et Paris, aucun membre de la commission, aucun politique n'a d'avis convergent quant à la méthode. Les années passent.

De l'expérience de fortification napoléonienne est toute de même retenu le besoin d'uniformisation de l'armement et des constructions, au delà, on réfléchit...

Le général Alexandre Moline de Saint-Yon (1786-1870), pair de France, ministre de la guerre publie une circulaire le 31 juillet 1846 comprenant les nouvelles normes de défenses et les plans-types arrêtés par le Comité des fortifications.

En résumé et ceci concernant la presqu'île de Crozon tout particulièrement. Trois calibres de projectiles sont retenus ceux de 30 livres pour les canons, 22 cm pour les obusiers et 32 cm pour les mortiers. Il s'agit d'un armement lourd dont chaque pièce d'artillerie devra être servie par 5 artilleurs militaires expérimentés. Les personnels auxiliaires pourront être adjoints et recrutés sur place parmi la population sans formation indispensable.

Les fortifications en dur sont nommées désormais corps de garde crénelés type 1846 (avec trois modèles, n°1, n°2, n°3). Le casernement est nommé redoute modèle n°1 ou n°2 pour 200 ou 300 hommes. Ces casernes défensives sont voûtées et déclarées à l'épreuve de la bombe (première construction de ce type 1826) - la notion de bombe à l'époque repose sur l'éclatement d'un obus à poudre noir (invention de 1795) tiré au large par un vaisseau ennemi et envoyé sur le toit de la structure. Bien que la puissance de feu augmente, les voûtes maçonnées épaissies résistent à de tels impacts. Dès l'invention de l'obus torpille (± 1885) sans poudre noire, la résistance sera nulle.

Dans l'application, la presqu'île de Crozon sera équipée de corps de garde type 1846 à bretèches modèle n°2 et 3 et variantes et une caserne défensive modifiée pour 60 hommes de Fort Robert. Ces constructions seront réalisées non pas en 1846 mais seulement à partir de 1858.

Toutes ces dispositions seront déclassées par la loi du 27 mai 1889.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Positions françaises

Les piliers des terrains militaires



A la une :

Comment meurent les oiseaux ?
Panneaux et affichages variés des polluants pour défendre l'environnement.
Le vol d'une légende : une Alouette dans le ciel de la presqu'île de Crozon.
Marcel Clédic, le dernier résistant Finistérien ayant participé à la libération de la presqu'île de Crozon s'est éteint.
L'almanach : le big data d'antan.
Jim E Sévellec peintre céramiste.
Evolution de l'urbanisme en Crozon : de la conserverie Péron à l'habitat social.
Les légions étrangères allemandes en Crozon
La tempête Bella provoque une tempête d'écume de mer.
Monique Keraudren & Gérard Aymonin botanistes.
La batterie de DCA française de Kerguiridic.
Planches de bois découvrantes à la plage de l'Aber Est.
Pen ar Vir en Lanvéoc une position de d'écoute et de projecteur de la DCA française avant 1940.
Référendum d'initiative partagée court-circuité !
Le manoir disparu de Keroumen.
Batterie antiaérienne de Trébéron Cr354.
Différence entre éboulement et écroulement.
Le souvenir du chantier Naval d'Auguste Laé en Roscanvel.
Antiquité du bord de mer : un poêle à charbon de 1930.
Batterie allemande Cr330 Pont-Scorff & batterie du Run.
Un fileyeur, qu'est-ce que c'est ?
Un grand méthanier à membrane dans le vestibule du Goulet.
Les bouts des avions remorqueurs de cibles, une bonne affaire à l'époque.
Les essais de la frégate furtive Alsace.
L'histoire des ruines de Trévarguen en Roscanvel.
Les détails de la mission N°601 du bombardement du 3 septembre 1944 de la presqu'île de Crozon.
Les bombardements des 25/26 août 1944 à Roscanvel. Intervention de la 2TAF. Intervention de 3rd Bomb Division.
Les forces allemandes, les forces américaines, les Tasks Forces A et B de la libération de Brest et de Crozon.
Origine du nom de la rue de Peisey-Nancroix en Roscanvel.
Des records de vents bretons.
Les grands gravelots sont heureux du confiment des humains.
Vendeur colporteur de presse
La zone aérienne de la presqu'île : une réglementation spécifique.
Le répartiteur téléphonique militaire.
Le jonc piquant un bienfait pour la biodiversité.
Quand le frelon asiatique est-il dangereux ?
Les aménagements de la place de l'église de Morgat.
La démocratie participative, séquence souvenir !
La silhouette de l'aviso EV Jacoubet.
Des vedettes du Parc Naturel Marin d'Iroise PNMI.
Le rideau breton, une tradition presque perdue.
La voile ancienne pince de crabe... Une antiquité qui ressurgit.
Chantiers navals de Camaret.
La plage suspendue du Corréjou.
Embosser de la charcuterie et un bateau ce n'est pas la même chose.
Le sombre souvenir du Pluton.
Moteur CLM Peugeot Junkers.
Bientôt la fin de la frégate Primauguet.
L'indépendance de la Bretagne grâce à la 5e Panzerdivision allemande, les automistes bretons y ont cru !
Gardien de batterie de côte, un métier envié.
Nos cousines les Tipule.
La circulaire ministérielle du 31 juillet 1846 - Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières - Loi de déclassement des corps de garde 1846.
Pour ou contre les poubelles de plage. L'avènement des bacs à marée.
Armoiries des communes de la presqu'île de Crozon.
Une ancienne faneuse.
Le Gendarme est l'ami du jardinier.
La Ligie océanique le Cloporte des mers.
Du livre terrier au cadastre napoléonien.
Un petit papillon : la Brocatelle d'or.
ANNONCE GRATUITE : Recherche pièce détachée hache-lande - broyeuse d'ajonc.
Nouvelle tendance les poteaux composites télécom.
La mode des soubassements en faux appareils.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
E-book - livre numérique gratuit : 1ère nouvelle.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020