Postes d'inflammation intérieur extérieur des torpilles de fond du Goulet

Sabord de veille.

Mur intérieur français 1878, mur extérieur (béton) allemand 1943.

Voutelle en briques sur poutrelles métalliques.

Mur béton 1943 doublant le mur de 1878.

Poste d'observation français pour l'orientation distante de deux projecteurs : 90 cm et 120 cm.

En bas, batterie de Vauban.

Poste de commandement français.

Le poste extérieur d'inflammation des torpilles d'origine française est encaissé dans une zone déroctée avec une seule vue de veille par un sabord (ouverture avec volet). Une seule pièce de casernement toute en longueur avec un plafond en poutrelles métalliques et en voutelles en briques couvertes d'un béton français et recouvert d'un béton allemand. Le dispositif surplombe la batterie de Vauban de Cornouaille. Le rôle de ce poste consiste simplement à déclencher la mise à feu des torpilles de fond placées en face du poste sous la mer. Déclenchement par câble électrique. Le calcul du temps de passage du navire ennemi et le choix de la torpille à faire exploser vient de la procédure effectuée par le poste intérieur qui se situe nettement plus à l'Est sur la côte de Roscanvel.

Poste extérieur
48° 19' 47.6" N
4° 34' 12.3" W




Pièce de casernement.

Décoration murale à la chaux.

Salle de veille avec sabords.

Boyau de circulation se finissant par une évacuation des eaux de ruissellement.

Ouverture (sabord) de surveillance avec gonds de volets attachés par un crochet intérieur.

Support gouttière au-dessus de la porte d'entrée.

Poste d'inflammation intérieur à 1 km à l'Est du poste extérieur. Il conserve son aspect d'origine et se situe en bordure du GR34. A l'intérieur, deux grandes pièces courant sur chaque façade. Côté Est, portes et fenêtres ordinaires, crépis à la chaux décoré avec un quadrillage peint de petits carreaux. L'autre pièce, côté Ouest, face à l'entrée du Goulet, des ouvertures hautes fermant avec des volets blindés tombants. Les soldats surveillaient la circulation maritime entrante en position debout avec jumelles et télémètres afin de relever une trajectoire du navire ennemi et de déterminer quelles torpilles de fond devaient exploser. La précision des relevés était essentielle. Les calculs étaient transmis au poste extérieur qui déclenchait l'inflammation.

Poste intérieur
48° 20' 3.3" N
4° 33' 31.3" O

M = Balise du rocher du Mengant posée sur un récif. Zone rouge = ligne de torpilles de fond commandée du PE (poste extérieur) selon les indications du PI (poste intérieur)

En 1865, la Marine française étudie la marmite en fonte nommée torpille. Une marmite en fonte étanche chargée d'explosif plongée dans la mer.
L'armée expérimente différents explosifs et exécute des tests sur des carènes de navire qui à l'époque commence à être partiellement blindé.
Une commission d'expérience et une école des défenses sous-marines suivent les évaluations techniques qui cherchent à mettre au point une torpille de fond (dormante), c'est à dire posée sur le fond de la mer et se déclenchant au passage d'un navire ennemi.

En 1870, l'état major de la marine établit un plan d'équipement des 5 ports stratégiques de France : Toulon, Rochefort, Lorient, Brest, Cherbourg.
Le matériel est commandé aux entreprises d'armement mais la guerre de 1870 interrompt le processus. Néanmoins des lignes provisoires de torpilles de fond sont installées, cela permet de retenir un modèle particulier car les propositions matérielles sont nombreuses. Chaque ingénieur et industriel espèrent l'obtention d'un marché juteux.

En 1873, les torpilles automobiles (à hélice) de l'inventeur Whitehead sont approuvées en tant que torpilles mobiles de côte (en plus de l'usage en sous-marin et de surface dans la flotte).

En 1874, les torpilles portées et les torpilles vigilantes (maintenues à trois mètres sous la surface de la mer) sont elles-aussi validées.

Pour des raisons techniques, la défense côtière panache les modèles de torpille pour optimiser les destructions des vaisseaux ennemis.

L'ensemble du système défensif français de métropole est composé de 455 torpilles de fond avec 245 000 kilogrammes de charge de coton-poudre. Il faut un réseau électrique sous-marin par torpille jusqu'au poste d'inflammation, soit 1882 kilomètres de câble et enfin 46 projecteurs photo-électriques de recherche pour éclairer les zones portuaires durant la nuit. Inventaire militaire datant de décembre 1891.

L'aménagement brestois s'avère un peu plus complexe car les vifs courants contradictoires, les hauts-fonds, les houles nécessitent une adaptation. Le goulet de Brest est "divisé" en deux dont le point de séparation est le rocher du Mengant. De ce rocher à la côte brestoise, les torpilles mobiles Whitehead sont privilégiées, les fonds marins ne peuvent recevoir des torpilles fixes. L'autre moitié du goulet, au sud du rocher du Mengant jusque la côte de Roscanvel, plus précisément jusqu'à la batterie de Cornouaille, la passe Sud, a un fond marin plus praticable.

Une première ligne de 45 torpilles en fonte chargées de poudre noire constitue l'armement prévisionnel jusqu'en 1882. Une nouvelle génération de 31 torpilles dormantes chargées de coton-poudre (fulmicoton) est prévue désormais.

La gestion des mises à feu terrestre est confiée à deux postes d'inflammation dont l'un dit extérieur est au plus proche des lignes électriques sous-marines de déclenchement. Le poste d'inflammation intérieur est à 1 km à l'Est soit plus en retrait mais toujours en bordure de la côte. Les deux construction datent de 1878 et sont en tout point conforme aux normes de construction décrétées par la marine qui en a la charge.

Le poste intérieur surveille les intrusions maritimes et rend compte par télégraphie puis téléphonie au poste extérieur le numéro de la torpille de fond qui doit être explosée par électricité. Dans les deux postes, les marins doivent vivre dans une pièce commune entre cuisine sommaire et hamacs.

Dans la pièce de veille avec vue sur la mer, les appareils de mesure dont le télémètre Audouard, en version simplifiée, aide à la précision de la sélection de la torpille dormante.

Les lignes de torpilles ne sont pas installées en permanence parce que le système n'est pas stable et que la corrosion pourrait générer des explosions involontaires envers les navires entrant ou sortant de la Rade de Brest. Cependant l'entretien des installations est effectif jusqu'en 1911.

Les torpilles de fond et surtout les torpilles vigilantes étant les précurseures des mines, dès que ces dernières furent au point, elles remplacèrent les torpilles fixes et purent être dispersées au large pour une protection plus intense sachant que le navire ennemi engagé se devait d'être détruit au large, chose toujours préférable pour ne pas encombrer le goulet par des épaves.

L'armée d'occupation allemande va reprendre l'idée de la défense du goulet par des tirs de torpilles sur rampes comme à Fort Robert et Conouaille au tout début 1944. Néanmoins, la première installation défensive du Goulet se fit par mines reliées à des câbles électriques en 1943. Le poste de tir des mines allemandes de Cornouaille fut tout aussi décevant que l'installation française. La position allemande a récupéré le poste extérieur français mais n'a pas réutilisé le poste intérieur.

Poste d'essais de lancements des torpilles automobiles Whitehead qui devait couvrir la passe Nord du rocher du Mengam (Mengant). Les torpilles à hélice manquaient de puissance dans les courants et se perdaient dans le goulet. Cette méthode de défense côtière fut abandonnée. Côté Sud, la ligne de torpilles de fond a connu bien des incertitudes, fort heureusement, les expérimentations se sont déroulées en temps de paix.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Lunette à micromètre G de côte

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Milice garde-côte

Batteries : Basse de Cornouaille - Batterie de Beaufort - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn + projecteur - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel - Batterie du Run / Pont-Scorff - Batterie de l'île de l'Aber

Cabines téléphoniques de batterie

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la Pointe des Espagnols

Fortifications de la Pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Circulaire du 31 juillet 1846

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Loi de déclassement des corps de garde 1846

Loi du 17 juillet 1874 - système Séré de Rivières

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet - Crozon

Caponnière

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Repère d'Entrée de Port R.E.P.

Canon de 47mm TR Mle 1885-85

Canon de 65mm TR Mle 1888-91

Canon de 75mm Mle 1908

Canon de 95mm Lahitolle Mle 1888

Canon de 100mm TR

Canon de 32 cm Mle 1870-84

Canons de siège et place

Histoire et évolution des calibres des canons

Four à boulets

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

Tir à ricochets

Munition calibre 12.7mm SF

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel

Flotte Tardieu

Corvette Chevrette

Garde-pêche

Motte féodale de Rozan

Château-fort de Castel bihan Poulmic

La ligne d'artillerie terrestre de 1914

Les piliers des terrains militaires

Sous-marin Nautilus de Robert Fulton

1404 la chute de l'Anglais à Lam Saoz

La défense antiaérienne avant 1939

Position de DCA en presqu'île avant 1939

Batterie de DCA de Kerguiridic

Projecteur et écoute de Pen ar Vir

Projecteur et écoute du Grand Gouin

Station d'écoute aérienne de Messibioc

Autres positions françaises de projecteurs

°°°

BUNKERS - MUR DE L'ATLANTIQUE 1940-1944

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE

Vestiges à identifier



A la une :

Tregoudan se sépare de Crozon, une affaire d'état !
Marcel Sauvaige un peintre de la Bande Noire à Camaret.
L'Anatife le grand voyageur océanique !
Les pommiers à cidre dispersés.
Sondage : Quel avenir pour la Presqu'île de Crozon ?
Les papes Grégoire XI et Paul II bénissent Camaret-sur-Mer.
L'histoire de l'aménagement du rocher du Mengant en balise du Mengam.
Repère d'Entrée de Port – R.E.P.
La Pointe du Gouin s'appelait la Pointe du Couvent.
Le garde-pêche un navire oublié !
La garde des côtes allemande dès août 1940, signe que la guerre s'installe.
La milice garde-côte tout à l'honneur des Crozonnais !
La fin du remorqueur Atlas.
Le wingfoil arrive en presqu'île en force !
Position de l'armée française de projecteur et d'écoute au Grand Gouin.
Scène de guerre à Kerbonn, des activistes en arme !
Une MIG dans les dunes grises.
BATRAL BÂtiment de TRAnsport Léger Dumont d'Urville coque L9032.
L'évolution de l'usage de la voiture en presqu'île de Crozon.
La R.A.F. en mission sur la presqu'île en 1940 1941 1942 puis 1943 et enfin 1944.
Vestiges de guerre à identifier pour fins limiers !
La Feldkommandantur 752.
Les fruiteries de village.
Traitement administratif allemand des bombardements anglais et américains de la seconde guerre mondiale.
La chenille Psi spéciale ligne jaune continue et la Punaise grise toute de grisaille vêtue.
Ariane nous rappelle qu'elle est encore présente dans le Finistère.
Le tir à ricochets, tout un art !
De la flûte au porte-conteneurs...
Les fours à boulets de la presqu'île de Crozon.
L'hybridation des oies.
Membre de l'association des Vieilles Tiges pour l'éternité.
La sculpture de Georges Violet : St Pol Roux.
Une entreprise française participe au Mur de l'Atlantique
Rue de la Chalotais - Louis-René de Caradeuc de La Chalotais : tout sur l'affaire de Bretagne.
L'araignée Epeire diadème utile au jardin.
Un Caïman survole le port de Camaret !
Des étuis de calibre français 12.7mm : le reflet d'une réussite familiale industrielle.
Rallye Super - Casino - Leader Price - Aldi, la valse des enseignes.
Votre opinion : "Vivre en presqu'île de Crozon, trompe l'œil ou paradis ?"
CONTESTATION POPULAIRE : des traces de colère sur les murs !
L'affaire du cimetière déplacé.
Des champignons bien visibles : Lépiote et Coprin chevelu. Le Scléroderme commun nettement plus discret.
Le speed sail : le sport du vent et du sable.
L'abeille charpentière qui fait peur !
L'orge maritime, une céréale manquée !
Plantes invasives du littoral à leurs risques et périls
Liaisons maritimes.
La lunette à micromètre G de côte.
BCR Marne : retour en terre natale !
Les mouches et les hommes : vie commune impossible.
La Punaise arlequin qui adore se mettre en avant !
Le Cossus gâte-bois amoureux des vergers !
L'antipathique hanneton commun.
L'histoire des pompes à essence de la presqu'île de Crozon.
Pêche.
Le port du Fret.



°°°

Sondages locaux

Quel avenir pour la presqu'île de Crozon ?
Vous exprimez vos préoccupations !

Vivre en presqu'île de Crozon

°°°



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021