Postes d'inflammation intérieur extérieur des torpilles de fond du Goulet

Poste d'inflammation extérieur installé à couvert sur les hauteurs de la batterie de Cornouaille, bétonné lors de l'occupation allemande.

Poste extérieur
48° 19' 47.6" N
4° 34' 12.3" W

Poste d'inflammation intérieur à 1 km à l'Est du poste extérieur. Il conserve son aspect d'origine et se situe en bordure du GR34.

Poste intérieur
48° 20' 3.3" N
4° 33' 31.3" O

M = Balise du rocher du Mengant posée sur un récif. Zone rouge = ligne de torpilles de fond commandée du PE (poste extérieur) selon les indications du PI (poste intérieur)

En 1865, la Marine française étudie la marmite en fonte nommée torpille. Une marmite en fonte étanche chargée d'explosif plongée dans la mer.
L'armée expérimente différents explosifs et exécute des tests sur des carènes de navire qui à l'époque commence à être partiellement blindé.
Une commission d'expérience et une école des défenses sous-marines suivent les évaluations techniques qui cherchent à mettre au point une torpille de fond (dormante), c'est à dire posée sur le fond de la mer et se déclenchant au passage d'un navire ennemi.

En 1870, l'état major de la marine établit un plan d'équipement des 5 ports stratégiques de France : Toulon, Rochefort, Lorient, Brest, Cherbourg.
Le matériel est commandé aux entreprises d'armement mais la guerre de 1870 interrompt le processus. Néanmoins des lignes provisoires de torpilles de fond sont installées, cela permet de retenir un modèle particulier car les propositions matérielles sont nombreuses. Chaque ingénieur et industriel espèrent l'obtention d'un marché juteux.

En 1873, les torpilles automobiles (à hélice) de l'inventeur Whitehead sont approuvées en tant que torpilles mobiles de côte (en plus de l'usage en sous-marin et de surface dans la flotte).

En 1874, les torpilles portées et les torpilles vigilantes (maintenues à trois mètres sous la surface de la mer) sont elles-aussi validées.

Pour des raisons techniques, la défense côtière panache les modèles de torpille pour optimiser les destructions des vaisseaux ennemis.

L'ensemble du système défensif français de métropole est composé de 455 torpilles de fond avec 245 000 kilogrammes de charge de coton-poudre. Il faut un réseau électrique sous-marin par torpille jusqu'au poste d'inflammation, soit 1882 kilomètres de câble et enfin 46 projecteurs photo-électriques de recherche pour éclairer les zones portuaires durant la nuit. Inventaire militaire datant de décembre 1891.

L'aménagement brestois s'avère un peu plus complexe car les vifs courants contradictoires, les hauts-fonds, les houles nécessitent une adaptation. Le goulet de Brest est "divisé" en deux dont le point de séparation est le rocher du Mengant. De ce rocher à la côte brestoise, les torpilles mobiles Whitehead sont privilégiées, les fonds marins ne peuvent recevoir des torpilles fixes. L'autre moitié du goulet, au sud du rocher du Mengant jusque la côte de Roscanvel, plus précisément jusqu'à la batterie de Cornouaille, la passe Sud, a un fond marin plus praticable.

Une première ligne de 45 torpilles en fonte chargées de poudre noire constitue l'armement prévisionnel jusqu'en 1882. Une nouvelle génération de 31 torpilles dormantes chargées de coton-poudre (fulmicoton) est prévue désormais.

La gestion des mises à feu terrestre est confiée à deux postes d'inflammation dont l'un dit extérieur est au plus proche des lignes électriques sous-marines de déclenchement. Le poste d'inflammation intérieur est à 1 km à l'Est soit plus en retrait mais toujours en bordure de la côte. Les deux construction datent de 1878 et sont en tout point conforme aux normes de construction décrétées par la marine qui en a la charge.

Le poste intérieur surveille les intrusions maritimes et rend compte par télégraphie puis téléphonie au poste extérieur le numéro de la torpille de fond qui doit être explosée par électricité. Dans les deux postes, les marins doivent vivre dans une pièce commune entre cuisine sommaire et hamacs.

Dans la pièce de veille avec vue sur la mer, les appareils de mesure dont le télémètre Audouard, en version simplifiée, aide à la précision de la sélection de la torpille dormante.

Les lignes de torpilles ne sont pas installées en permanence parce que le système n'est pas stable et que la corrosion pourrait générer des explosions involontaires envers les navires entrant ou sortant de la Rade de Brest. Cependant l'entretien des installations est effectif jusqu'en 1911.

Les torpilles de fond et surtout les torpilles vigilantes étant les précurseures des mines, dès que ces dernières furent au point, elles remplacèrent les torpilles fixes et purent être dispersées au large pour une protection plus intense sachant que le navire ennemi engagé se devait d'être détruit au large, chose toujours préférable pour ne pas encombrer le goulet.

L'armée d'occupation allemande va reprendre l'idée de la défense du goulet par des tirs de torpilles sur rampes comme à Fort Robert.

Poste d'essais de lancements des torpilles automobiles Whitehead qui devait couvrir la passe Nord du rocher du Mengam. Les torpilles à hélice manquaient de puissance dans les courants et se perdaient dans le goulet. Cette méthode de défense côtière fut abandonnée. Côté Sud, la ligne de torpilles de fond a connu bien des incertitudes, fort heureusement, les expérimentations se sont déroulées en temps de paix.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour

Camp Sanitaire des capucins

Casernement de la pointe des Espagnols

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Créneau à lampe

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 95mm Lahitolle

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre



A la une :

Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
L'histoire des écoles d'Argol.
La balise de Basse Vieille dans l'herbe.
La maison traditionnelle : le penty.
Les architectes qui ont compté.
La visite de Rommel.
L'ancienne poste de Morgat.
Boîte jaune de la Poste histoire et renaissance
L'histoire du pont du Kerloc'h.
La maison bateau de Crozon : une caloge.
La trace d'un petit commerce d'alimentation.
L'école de Saint Hernot - Maison des Minéraux.
L'abri du champ de tir de l'Anse de Dinan de l'armée : le mystère est complet.
L'histoire de la gestion de la forêt domaniale de Landévennec, ce n'était vraiment pas écolo !
L'effondrement de la falaise, un destin écrit d'avance.
Le statut des femmes lu sur les pierres tombales.
Les batteries haute et basse du Kador en Morgat.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019