Poste de tir des mines allemandes immergées à la pointe de Cornouaille

Poste d'inflammation extérieur français de 1878 installé à couvert sur les hauteurs de la batterie de Cornouaille, bétonné lors de l'occupation allemande en 1943. L'épaisseur des bétons muraux est de 50 cm, ceux-ci recouvrent entièrement la maçonnerie française d'antan en moellons et briques rouges.

La batterie basse de Cornouaille de Vauban et ses aménagements postérieurs.

Le rocher du Mengant. Le champ de mines Sud partait de la côte de la batterie basse de Cornouaille jusqu'à la balise. Le champ de mines Nord partait du récif à la côte du fort du Mengant.

L'armée allemande d'occupation reprend le site de l'armée française de la pointe de Cornouaille en 1943 en réutilisant pour part les installations existantes et vieillottes tout en y ajoutant des constructions en béton armé. Le sommet de la pointe de Cornouaille est utilisé dès 1878 par les Français pour y construire le poste extérieur d'inflammation des torpilles de fond entre la pointe et le rocher du Mengant. Les Allemands recommence le principe de la défense du goulet de Brest mais avec deux champs de mines au Nord et au Sud du récif. Le champ Sud de 22 mines est commandé par le poste de contrôle du déclenchement des mines anciennement français. La nuit, les mines magnétiques sont sensées se déclencher dès l'approche d'une coque métallique d'un navire intrusif. De jour, il est prévu un déclenchement manuel/électrique par observation de la surface de la mer grâce à une chambre claire. Un procédé optique qui projette la vue du site miné sur un plan horizontal papier sur lequel sont représentées la position de chaque mine. L'observateur voit sur le plan papier la forme du navire et désigne la ou les mines à faire exploser par un câble électrique dédié, déroulé du poste de commandement de tir à la mine elle-même. La multiplicité des câbles, l'insuffisance de protection de ceux-ci mal enterrés et courant sur le flanc de la falaise avant de plonger sous l'eau, face aux bombardements anglais, compte-tenu des courants marins forts, transforme le poste de mise à feu des mines en un échec technique évident. Le dispositif est maintenu sans pour autant être au complet, ni parfaitement entretenu. En 1944, une nouvelle méthode de lancement de torpilles à partir des torpedosperrbatteries de Cornouaille et de fort Robert remplace avantageusement le système de défense de Brest par des mines déclenchées électriquement. Les Anglais larguent leurs propres mines à partir d'avions spécifiques ce qui crée une grande confusion défensive sachant que la sortie des sous-marins allemands de la base de Brest est déterminante pour conserver l'avantage offensif dans la Manche et l'Atlantique Nord.

La gestion des mines du Goulet de Brest est organisée par le Sperrwaffenkommando sous le commandement du Korvettenkapitän – capitaine de corvette – Burmester dont le QG dépend du fort de Brest.

Le bombardement américain du 26 août 1944 détruit partiellement la position. Des blocs de béton sont tombés sur la batterie basse de Cornouaille et en mer.

Selon les sources, le poste de tir est non codé ou codé Cr336. D'autres sources accordent le codage Cr336 à la batterie anti-aérienne Ebbström fortement touchée elle-aussi par le bombardement. Cette batterie se trouve à proximité ce qui explique l'éventuelle confusion.

48° 19' 47.6" N
4° 34' 12.3" W



Mur de l'Atlantique

Saint Efflez

Capitulation

Wn Cr6 Abris de Kersiguenou

Appontement pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Cornouaille

Poste de tir des mines de Cornouaille

Batterie antiaérienne pointe des Espagnols Cr332

SeeTakt C 42 - Position radar Cr42

Batterie antiaérienne de Botsand

Batterie antiaérienne de Kertanguy

Batterie du Menez Caon

Station radar du Menez Luz

Détails de mission du bombardement du 3 septembre 1944

Pourjoint

Cap de la Chèvre

Gouin

Petit Gouin

Aber

Bunker 669

Bunker 668

Bunker 638

Bunker 636a

Bunker 621

Bunker 501 et 502

Bunker VF2a

Bunker tobrouk Vf25

Bunker tobrouk Vf8 58 c & d

Mg-stand multi-créneaux

Bunker wellblech - tôle métro Vf1b

Kabelbrunnen - puits à câbles

Marquages bunkers

Bunker aux croisements

Portes et créneaux de bunker

Tranchées

Blockhauss Crozon

Goulien

Wn Cr7 Kersiguénou Sud

Wn Cr? Pointe de Trébéron

Infirmerie Crozon

Kergalet

La Palue

Penaros

Wn Cr5 Kerloch

Wn Cr323 Batterie antiaérienne Saint Jean

Wn Cr330 Batterie antiaérienne Pont-Scorff

Wn Cr354 Batterie antiaréienne de Trébéron

Wn Cr507 Station radio Kervenguy

Kriegsfischkutter

Morgat

Pointe du Menhir

Porte de Crozon

Rulianec

Bunkers de Telgruc

Défense allemande de Telgruc

Les caissons du Fret

Canon 164.7mm

Vestige de canon

Cantine allemande

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Encuvement fl307

Torpedobatterie Pointe Robert

Torpedobatterie de Cornouaille

Baril

Mkb Kerbonn

Moulins de Kerret

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel

Tetraedre

Asperges de Rommel

Obstacles anti-débarquement en bois

Porte belge - porte Cointet

Les citernes

Le Fret quartier sanitaire allemand

Vedette fluviale - Flugbebriebsboot

Patrouilleur d'avant-poste - Vorpostenboot

Escadrille E6 ou 6e et hydravions Latécoère 521-522-523

Küstenfliegergruppe 406

Spitfire Mk Ia PR P9385

Avion fusée Messerschmitt 163 Komet

Aérodrome leurre

Stations de radio guidage allemandes

Position d'un projecteur de 60cm Flak-Sw 36

Mines allemandes

Radar et écoute acoustique

Embase béton de canon Flak 2cm

5e Panzerdivision

°°°

FORTS FORTIFICATIONS BATTERIES DE COTE AVANT 1939

APRES 1945

DESTINS DES HOMMES ET FEMMES DE GUERRE



A la une :

Le sablier Stellamaris.
Le Criocère du lys – Lilioceris Lilii – est un insecte invasif venu d'Asie.
L'ensemble des sites archéologiques militaires de la pointe de Cornouaille 17ème 18ème 19ème 20ème siècle.
La torpedobatterie de Cornouaille.
Poste de tir allemand des mines de la pointe de Cornouaille.
L'écaille lièvre, un poilu discret. Le Bombyx de la ronce, un velu bien visible.
La coccinelle à 7 points la bête à bon dieu, pourquoi un tel surnom ?
Les cabines téléphoniques des batteries de côte.
Pourquoi disons-nous "coucou" à des personnes de notre connaissance ?
L'érosion littorale, les routes côtières y passent.
En souvenir d'Auguste Dizerbo.
Tombe en fer forgé et fonte d'art en pleine révolution industrielle.
Les soldats inconnus des plages de Crozon.
Un visiteur de grande envergure, le Fou de bassan pêche à Landévennec.
Un petit papillon qui tend à se raréfier : l'Hespérie du faux buis.
Deux lignes de haute-tension pour la presqu'île !
Machine à traire Diabolo.
La voie romaine : la via rupta devenue route.
Recherche désespérément l'histoire de Kerédan en Telgruc !!!
La chute de l'Anglais à Lam Saoz.
Batailles navales à Camaret ! Sourdéac contre Fontenelle.
Les anciens ermitages les toponymes en Lan.
La monnaie de Postume en usage en presqu'île.
La position française de projecteur de marine de la batterie de Kerbonn.
La table de sacrifice de Pen-Hir.
La pointe du Guern / Tréboul une zone protégée ?!
Le chemin des ancres.
Les ulves tubuleuses aiment aussi l'azote !
Les fourches patibulaires de la presqu'île de Crozon.
Le camp romain du Kerloc'h.
La presqu'île de Crozon du temps où elle était une propriété privée : le comté de Crozon.
L'histoire d'une villae devenue village puis hameau : Luzéoc.
Précarité et délinquance, une affaire de classe sociale ou une affaire de famille ?
Navire école Panthère A749.
Vedette de gendarmerie maritime P798.
Regelbau Flak 307 - Encuvement Fl307.
SeeTakt C 42 - Position Cr 42 d'un radar allemand en Roscanvel.
Les effets de la loi du milliard aux émigrés.
Risques d'inondations en presqu'île de Crozon : les zones basses de submersion marine.
Les terriers des dunes.
Les conséquences des carrières de sable de Kersiguenou.
Pourquoi pleut-il en Bretagne ? Tout le temps ?
Vestiges de portes belges ou porte Cointet sur les plages.
L'engraissement de l'anse de Dinan, du sable, rien que du sable...?
La surveillance des égouts une nécessité environnementale
La vie agitée des curés de la presqu'île de Crozon.
Le crash d'un Noratlas 2501 dans les Pyrénées, à bord un Camarétois.
Pêche.





Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2021