Commémoration de la libération de Roscanvel - 19 septembre 1944
Stèle de Kerguinou

La sonnerie aux morts, la Marseillaise, la chant des partisans, une minute de silence, un moment de recueillement

Pour la population de Crozon la guerre prend fin à quelques pas de la stèle. Enfoui, dans la végétation, un des nombreux blockhaus de Roscanvel a vu sortir d'un profond souterrain un certain Lieutenant Général Ramcke, le 19 septembre 1944. Le Lieutenant Général Ramcke commandait la place forte de Brest en 1944. La pression américaine s'accroît et par petites unités autour de Brest, les soldats Allemands se rendent. Ce général s'enfuit par bateau et se réfugie dans un bunker à proximité du Fort des Capucins. Les troupes allemandes sur la Presqu'île de Crozon sont encore nombreuses, il espère résister. Il se trompe sur la réalité militaire du moment. Oui les allemands sont nombreux, plus nombreux que les américains qui semblent être venus en sous nombre. Cependant les soldats Allemands savent que des troupes d'élites se sont rendues à Brest. Ils savent que la Bretagne est libérée. La terre natale est devenue lointaine. Se battre revient à mourir, pourquoi faire ? La victoire n'est plus à leur portée. Même s'il y a eu quelques combats rugueux, partout les lignes allemandes de la presqu'île cèdent. En fin d’après midi du 19 septembre 1944, le général Ramcke se rend avec plus de 1500 de ses hommes positionnés sur les hauteurs du fort des Capucins. Ce sont les derniers combats de la presqu'île de Crozon, la guerre est enfin terminée...

Le bunker de Ramcke, lieu de la reddition allemande de la Presqu'île de Crozon. Appartenait à la batterie de 100mm du plateau.
Bunker aujourd'hui occupé... Par une colonnie de chauves-souris protégées.

Ultime trait d'orgueil, le Général Ramcke exigea de se rendre à des officiers supérieurs de son rang. Le Brigadier Général Américain Charles D.W. Canham et le Major Général Donald Stroh de la 8ème Division de l'armée américaine sont présents. La scène se serait passée dans la soute à munitions du bunker dans lequel l'Etat-Major Allemand se serait réfugié. En colère, face à ce trait d'orgueil du Général Ramcke, le Général Canham répliqua en désignant ses hommes proches de lui "Voici mes acréditations !". "These are my credentials" devient la devise de la 8ème Division d'Infanterie.

Le lendemain au QG américain de Lesneven, Ramcke prendra la pause avec son chien devant des journalistes avec des petits sourires équivoques... Hitler venait de lui donner les plus hautes distinctions militaires pour sa résistance au siège de Brest (croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne, glaives et brillants). Le général Ramcke sera prisonnier, un temps, au camp de Clinton , Mississipi USA, puis jugé et condamné en France en 1951 à 5 ans d'emprisonnement pour crimes de guerre et pour son adhésion au nazisme. Peine qu'il ne fera pas parce que le Général Américain Troy Houston Middleton, commandant le siège de Brest, a témoigné que le général Allemand avait évacué les Brestois avant que les combats ne deviennent trop sévères. Les deux hommes entiendront une correspondance régulière jusqu'à la mort de Ramcke. Dans ses mémoires, le Général Ramcke fera tout pour minimiser ses opinions peu défendables.

Il ne mentionna pas ses mensonges lors des négociations germano-américaines pour que cesse le combat inutile de Brest. Cet officier avait déclaré des camps sanitaires alors qu'il s'agissait de dépôts de carburant connus de l'armée US. Il ne se vanta pas d'avoir beaucoup attendu une exfiltration promise par Hitler qui ne put se faire pour des raisons techniques - par deux fois les vedettes sont tombées en panne. Il omit de rappeler, après sa fuite de Brest par la Rade, son passage par le camp sanitaire du Fret qui selon les conventions de Genève, interdit toute présence même brève d'un soldat en situation de combat... Loin du héros, cet officier a fait durer le siège de Brest jusqu'au pourrissement absurde jusqu'à provoquer le doute quant à ses motivations : esprit jusqu'au-boutiste du devoir ou convenances personnelles pour échapper à une arrestation déshonorante ?

Dans des notes publiées, le général Américain Stroh parle de l'offensive sur la Presqu'île de Crozon comme d'une campagne éclair de 5 jours. Il est vrai que le Général a été détaché des positions encerclant Brest où les combats furent longs et acharnés.
L'armée américaine aurait fait prisonniers sur la presqu'île, selon lui, 225 officiers Allemands dont deux Généraux (Ramcke et Rauch commandants la forteresse de Brest et s'étant enfuis par la mer pour se réfugier, l'un au fort des Capucins, l'autre au Cap de la Chèvre), 895 sous-officiers et 6316 hommes du rang. Il y aurait eu une centaine de morts Allemands. L'enthousiasme du Général aurait pu être tempéré en sachant qu'une grande proportion des victimes Américaines fut le fruit de bombardements américains hasardeux dont celui du 3septembre 1944 !

Dans chaque cérémonie de commémoration, il se passe quelque-chose de riche en symbole. Un jeune officier se présenta au résistant invité à cette commémoration du 19 septembre 1944 à la stèle de Kerguinou. Avant toute chose, le vieux combattant fit un salut militaire très naturel qui surprit l'officier d'active. Avec un léger retard, l'officier fit son salut militaire avec une pointe de gêne pour avoir manqué de tact. Simplicité, humilité, respect, cet ancien combattant était décidément très émouvant.



Mur de l'Atlantique

Saint Efflez

Capitulation

Abris de Kersiguenou

Appontement pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Cornouaille

Batterie antiaérienne pte des Espagnols

Pourjoint

Cap de la Chèvre

Gouin

Petit Gouin

Aber

Bunker 669

Bunker 638

Bunker 621

Portes et créneaux de bunker

Blockhauss Crozon

Goulien

Infirmerie Crozon

Kergalet

La Palue

Penaros

Kerloch

Morgat

Pointe du Menhir

Porte de Crozon

Rulianec

Telgruc

Les caissons du Fret

Canon 164.7mm

Canon de 95mm

Vestige de canon

Cantine allemande

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Pointe Robert

Baril

Mkb Kerbonn

Moulins de Kerret

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel

Tetraedre

Les citernes



A la une :

Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Péri ou disparu en mer...
L'ostréiculture : élevage des huîtres sur tréteaux en mer.
Cuirassé Bretagne entre honte et nécessité.
Batteries hautes des Capucins.
Drame à l'île Vierge, pointe de St Hernot...
Les câbles sous-marins sur les grèves de la presqu-île de Crozon.
Le jumelage Sligo-Crozon.
Les pierres de guerre.
Batterie de Rouvalour, une influence incontestable.
La maison Reine Meunier.
L'histoire des moulins de la presqu'île de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019