Asperges de Rommel : coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944

Dans une région de France indéterminée, un soldat Allemand est proche d'une mitrailleuse MG sur trépied antiaérien et guette l'arrivée de planeurs ou de parachutistes. En fond des asperges de Rommel. La presqu'île de Crozon a connu cette disposition de défense en 1944.

Début mai 1944, les mairies de la presqu'île de Crozon affichent sur les murs un avis de contrainte édité par les autorités allemandes d'occupation qui réclament une entière coopération des hommes civils de la presqu'île pour planter des rondins de bois d'arbres qu'ils auront préalablement coupés. Cet ordre de réquisition s'ajoute à ceux déjà en cours qui occupent et épuisent les hommes et les bêtes dans les batteries pour de multiples travaux d'aménagement et de livraisons d'eau potable. Les Crozonnais sont donc invités à planter des asperges de Rommel – Rommelspargel.

Chaque kommandantur désigne un premier lieu de rendez-vous des personnels sur la commune concernée. A Camaret, le carrefour du Poteau bleu est désigné, les "ouvriers" sont invités à se munir de pelles, de pioches et de scies et tout réfractaire est susceptible d'être puni, la mission est considérée comme urgente. Et pour Cause, Le Maréchal Rommel après une tournée d'inspection des défenses du Mur de l'Atlantique constate que cette défense manque de profondeur et que rien n'est prévu pour empêcher les atterrissages des planeurs alliés dans les terres. La venue de parachutistes sur les arrières du mur eut été catastrophique.

Tous les villageois ne se présentent pas à ces appels et à ceux qui ont bien voulu s'y conduire, des soldats Allemands expliquent qu'il faut planter des piquets de 3 mètres à une profondeur de 0.75m à 1.00m tous les 15 mètres dans les champs plats au bord du rivage... Au vu de la rareté du bois en presqu'île de Crozon, la tâche s'avère dès le départ impossible d'autant que les céréales poussent dans les champs concernés et que la farine fait déjà défaut à la population comme à la troupe. Le problème de fauchage est vite résolu, les bestiaux sont disséminés et broutent le blé et l'orge encore verts; dans les parcelles les plus grandes on utilise des moissonneuses acheminées du Nord Finistère par train. Ensuite des coupes de bois sont faites dans le seul bois touffu de résineux, celui du Kador à Morgat. Des charrettes livrent à droite et à gauche et si le train est la meilleure solution de transport, des wagons sont remplis de grumes.

Malgré la fermeté des ordres, le travail n'avance pas. Les soldats Allemands ne semblent pas bousculer les ouvriers Français qui eux-mêmes ne forcent pas beaucoup. Si la tâche paraissait mystérieuse pour les presqu'îliens, les bavardages ont désormais déterminé l'utilité du projet, il s'agit de briser les planeurs en bois et en toiles peintes avant même qu'ils ne s'écrasent et occasionnent des victimes.

Le comptage des ouvriers par les militaires germaniques est aléatoire selon les personnalités. Certains font un faux décompte et dénombre des travailleurs absents. Le renforcement de la défense s'effectue aussi par de larges tranchées antichars et les vergers sont coupés à un mètre de hauteur pour le même usage.

Les propriétaires des boqueteaux demandent à ce que les pins soient coupés à un mètre du sol pour avoir un peu de bois de chauffe pour l'hiver 44/45. Demande ignorée.

Les officiers Allemands comprennent que cela n'avance pas, ils menacent davantage. A Camaret, les femmes sans enfant sont réquisitionnées. A Crozon, les femmes sont dispensées et les hommes sont requis jusqu'à 60 ans. L'état major abandonne les distances de 15m d'espace et passent à 40 mètres. Cela ne change pas beaucoup la cadence. Peu de bois, difficulté de distribution et peu d'entrain.

Les asperges de Rommel étaient sensées être équipées d'une mine ou d'une grenade à chaque extrémité mais les pieux de la plage ont "consommé" les stocks. A défaut, on essaya de tendre du barbelé mais là encore, le dispositif n'est pas vraiment appliqué. Des plans existent cependant montrant une immense toile d'araignée de fils de ronce tendu.

Le 6 juin, le débarquement allié est connu de tous, l'humeur n'était déjà pas au travail, les Français exultent, les Allemands font triste mine, ils savaient que cela allait arriver. Quelques officiers nazis promettent la victoire à laquelle la troupe ne croit plus, les travaux se poursuivent dans le plus grand des désordres. Des champs sont minés car cela va plus vite que la mise en place des piquets, certains sont repérés par des bornes en ciment, d'autres sont oubliés et génèrent des accidents y compris chez les Allemands...

Cet épisode de fin de guerre dépeint l'atmosphère délétère de l'époque ainsi que le fatalisme ambiant... Ironie de l'histoire, ces pins si rares en 1944 sont devenus trop nombreux et font l'objet de projets de coupe aujourd'hui. Ils nuiraient à la lande.



Mur de l'Atlantique

Saint Efflez

Capitulation

Wn Cr6 Abris de Kersiguenou

Appontement pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Cornouaille

Batterie antiaérienne pte des Espagnols

Batterie antiaérienne de Botsand

Batterie antiaérienne de Kertanguy

Batterie du Menez Caon

Station radar du Menez Luz

Pourjoint

Cap de la Chèvre

Gouin

Petit Gouin

Aber

Bunker 669

Bunker 668

Bunker 638

Bunker 636a

Bunker 621

Bunker 501 et 502

Bunker VF2a

Bunker tobrouk Vf25

Bunker wellblech - tôle métro Vf1b

Marquages bunkers

Bunker aux croisements

Portes et créneaux de bunker

Tranchées

Blockhauss Crozon

Goulien

Wn Cr7 Kersiguénou Sud

Infirmerie Crozon

Kergalet

La Palue

Penaros

Wn Cr5 Kerloch

Kriegsfischkutter

Morgat

Pointe du Menhir

Porte de Crozon

Rulianec

Bunkers de Telgruc

Défense allemande de Telgruc

Les caissons du Fret

Canon 164.7mm

Canon de 95mm

Vestige de canon

Cantine allemande

Cartouche 12.7mm

Duc d'albe de Lanvéoc

Encuvement 2cm flak

Encuvement fl243a

Pointe Robert

Baril

Mkb Kerbonn

Moulins de Kerret

Munitions historiques

Piquets

Poutrelles

Stutzpunkt de Roscanvel

Tetraedre

Les citernes

Le Fret quartier sanitaire allemand

Asperges de Rommel

Obstacles anti-débarquement en bois

Vedette fluviale - Flugbebriebsboot

Patrouilleur d'avant-poste - Vorpostenboot

Escadrille E6 ou 6e et hydravions Latécoère 521-522-523

Küstenfliegergruppe 406

Spitfire Mk Ia PR P9385

Avion fusée Messerschmitt 163 Komet

Aérodrome leurre

Stations de radio guidage allemandes

Position d'un projecteur de 60cm Flak-Sw 36



A la une :

Les plantes du littotal du haut de plage.
Des plastiques du passé bien présents dans la nature.
Des grains sous les fougères : les sores.
Baies sauvages comestibles ou toxiques...
Escargot Zebrina debrita - Bulime zébré - il aime le soleil !
Les pucerons verts une affaire de génération.
Captage de naissains sauvages d'huîtres.
Le four à pain traditionnel breton.
Alphonse et Gabriel Chanteau les peintres jumeaux oubliés.
Frère François le Bail la passion de la science et de Dieu.
Mme Taon vous découpe la viande !
Pompage électrique de l'eau de 1951.
Création de la commune de Lanvéoc et son premier maire déterminé.
Un insecte qui "stresse rouge" : le Crache-sang.
Danger pour le Cardinal rouge !
Poste de projecteur en rase campagne !
Stations de radio guidage allemandes.
Petit crabe vert - Etrille - Necora puber.
Terriers fossiles de vers marins de 400 millions d'années.
Aérodrome leurre de Tréyout.
Qui a construit le Mur de l'Atlantique de la presqu'île de Crozon ?
Beurk ! Une ponte de calmars sur la plage.
L'avion fusée Messerschmitt 163 Komet à Lanvéoc-Poulmic.
La mission top secret du Spitfire de l'aspirant Christie.
Fixation d'une grosse chenille verte du Machaon.
Suivez en direct la "plongée" d'une Telline.
La dernière comtesse de Crozon riche et malheureuse.
Les épidémies de la presqu'île de Crozon, depuis toujours et pour toujours sans-doute.
La cale brisée de Morgat.
La petite histoire du Ménez Luz.
La conserverie "La Telgrucienne".
Batterie du Menez Caon.
Détails sur les caponnières.
Des canons de place à Crozon.
Les tranchées de la presqu'île de Crozon.
La Cétoine dorée l'insecte vert sympathique.
Le fort de Crozon qui ne résiste pas aux explosions.
Une guêpe presque fréquentable, la guêpe Poliste.
La galle de l'érable une affaire d'acarien.
Le 19e RI et le 118e RI au fort de Crozon. Le 3e RAP et le 2e RAC sur la côte. Le 87e RIT en soutien.
La ligne de défense intérieure des forts de la presqu'île de Crozon.
L'escargot de Quimper un specimen mystérieux !
La Pertuisane sur le Song Day.
Les ancres chassent.
L'étang de Prat ar Pont de Camaret.
Inscriptions latines sur la tombe du recteur.
Les obstacles en bois - hemmbalken et pieux.
Plaque émaillée de la licence IV.
La mode défensive : le mur avec des tessons de bouteille.
La dune blanche, grise, noire...
La fin de la flûte Rhône.
L'escadrille E6 de Lanvéoc Poulmic d'hydravions Latécoère 521 522 523
Les Vorpostenboote et la Vedette fluviale - Flugbebriebsboot - souvenirs de guerre.
Les épaves proche des côtes de la presqu'île de Crozon.
Une vedette des douanes devenue bateau de sauvetage.
Un Kriegsfischkutter à Camaret.
Le Cap de la Chèvre.
La Pointe de Pen-Hir en photos.
La batterie de la pointe de Pen-Hir.
L'érosion sableuse.
La borne des 1000 km du Gr34 à Pen-Hir.
Les ardoises gravées... Sculptures littéraires !
Le phénomène d'accrétion.
La pierre du mariage.
L'histoire des calibres des canons présents en presqu'île de Crozon.
Les microplastiques par millions sur nos plages.
Les fortifications de la Pointe des Espagnols.
Des croisements sous surveillance allemande.
Le cinéma le Rex de l'organisation Todt.
Le canon de 100mm TR en batterie de côte.
Le canon de récup de 75mm Mle 1908 à Fort Robert.
Le canon de 65mm TR 1888-91 au ravin du Stiff.
Pêche.





Conversion données GPS - Avis presqu'île de Crozon

Une information, une demande :

© 2020