L'évolution de la défense côtière à Pen-hir - Daouët

Le sémaphore visible (fin 19ème siècle) sur les hauteurs occupait la place des très anciennes batteries côtières (17ème 18 et début 19ème siècle) et de leur mât à pavillon (simple flamme fin 18ème). Le rocher du Grand Daouët suit l'alignement de la pointe de Pen-Hir et commence les Tas de Pois.

En rouge, les talus de renfort des batteries de deux canons. L'implantation des canons commence à droite (Est) vers la gauche (Ouest) au fur et à mesure des aménagements. Le point noir le plus à gauche est un obusier de 12 orienté côte (Sud). Le pavillon bleu est le mât sémaphorique à flamme. A sa droite le corps de garde. A droite de la batterie Ouest, la poudrière.

Les batteries se situaient à l'extrême pointe (fin de route sur la photo). La batterie de Kerbonn est à droite de la plage du Toulinguet en haut.

La presqu'île de Crozon s'est toujours tenue sur la défensive grâce à des batteries côtières d'artillerie souvent inefficace donc purement dissuasive.

La pointe de Pen-Hir dont il subsiste quelques fondations affleurantes du poste sémaphorique du 19ème siècle avait connu un aménagement typique des batteries de l'époque avec des canons masqués par des talus de terre, un magasin de poudre – petite bâtisse en pierre pour maintenir les poudres au sec, ainsi qu'un corps de garde pour loger les artilleurs en service et susceptible d'être un point de défense lors d'une attaque terrestre.

En 1818 : 2 batteries de 2 canons.
En 1830 : 3 ou 4 batteries de 2 canons – cela varie selon les menaces géopolitiques.
En 1841 : projet de 5 batteries de 2 canons. Une commission des côtes cherche à renforcer cette batterie et par esprit d'économie propose de supprimer une batterie voisine, celle de Penhoat (aujourd'hui Kerbonn). Trois ans plus tard une certification administrative du comité des fortifications (1844) est actée mais ne sera jamais appliquée.
En 1858 : Une seule batterie de 2 canons de 30 en fonte et 2 obusiers de 22 en fer (armement conventionnel de l'époque). La batterie est déclassée en point de défense de 2ème catégorie, tout l'inverse de ce qui était projeté précédemment. La batterie de Kerbonn va devenir une pièce maîtresse de la défense côtière.

La batterie de Pen-Hir appelée aussi batterie du Daouët (nom d'un des rocher du Tas de Pois) disposait aussi d'un mât à pavillon et en certaine période d'un obusier de 12 orienté vers l'anse de Dinan pour éviter le mouillage d'un navire ennemi et ceci pour soutenir la batterie de Penn ar Yeun dont il ne reste rien depuis longtemps.

< >




Actu - Culture - Patrimoine - Nature

La Libération de Crozon et de Camaret-sur-Mer
Les Crozonaspis, une vie locale d'antan.
La pegmatite, la grotte du Charivari, l'îlot de la Baleine, le schiste rouge du cap de la Chèvre.
Le drame du Golo II.
Croiseur Amiral Charner - Kapitänleutnant Otto Hersing un héros douteux !
La belle histoire du Bel Espoir !
Auguste Labouret maître-verrier breveté !
La Villa Bellevue Peugeot de Morgat.
Marins de Crozon sur le Croiseur Ernest Renan.
Une modiste s'installe à Telgruc-sur-Mer.
CES le collège Alain de Crozon, quelle histoire ?
La niche votive des maisons nobles.
Visite médicale de l'armée en plein air.
Les conserveries de Morgat dont l'usine Poriel du bas.
L'aviso Détroyat porte les cendres de Jean Gabin en mer d'Iroise.
Les salles de danse des années tellement folles et son jazz révolutionnaire.
Le fantôme de Landévennec s'appelait Armorique.
Souvenirs d'Henriette Antoinette Rideau du Sal et de son arrière petit fils Eugène-Hervé Vincent.
Le parcours de l'architecte Albert Cortellari et sa maison en Landévennec.
Hermann von Boetticher prisonnier Allemand 14-18 à l'Ile Longue passé en chambre à gaz en 39-45 en Allemagne.
Résistant : le comte Jean Brosset de la Chaux du réseau Vengeance.
Art moderne : sculpture L'Entrée dans le troisième millénaire de Pascal Uguen à Landévennec.






Si vous avez une information, une question :

© 2018 www.presqu-ile-de-crozon.com - reproduction interdite



talmadeen