Camp sanitaire militaire du Fort des Capucins

Plan du camp sanitaire du Fort des Capucins : douches 1, salle des lavabos et éviers 2, corps de chauffe 3, toilettes 4, cuve d'eau 5.

Lessive à gauche, toilette à droite. Salle principale.

Le bac en premier plan recevait l'eau propre qui par débordement, par l'encoche, alimentait le reste du bassin du lavoir dans lequel 16 soldats environ lavaient leurs uniformes, linges de corps... Une fois le lavage effectué, il était rincé dans le bac du premier plan.

Vestiaire des douches.

Les douches.

Deux wc à la turque. La cloison séparatrice est détruite. Chaque wc était fermé par une porte en bois.

Les deux autres toilettes.

Le regard de la cuve.

Le fond de la cuve avec les fourreaux métalliques d'alimentation et sortie d'eau.

La corniche de récupération d'eau.

Les vestiges de ce qui pourrait être un foyer pour l'eau chaude.

Sur la Pointe de Roscanvel en Presqu'île de Crozon, les installations militaires de toutes les époques semblent se «superposer», les batteries côtières et les forts sont si nombreux... Les installations militaires d'importance bénéficaient de bâtiments d'intendance et autres. Dans le cas présent, le camp sanitaire du Fort des Capucins avait pour fonction exclusive d'offrir les conditions suffisantes d'hygiène aux soldats de l'artillerie de marine présents sur site. Les baraquements de la troupe ne semblent pas avoir laissé de traces par contre le bâti sanitaire de la fin du 19ème siècle ou du début du 20ème est bien conservé. Du Nord au Sud, voici la nomenclature du camp :
1- Une citerne hors-sol couchée en béton pour éviter que quelqu'un ne tombe dedans et ne puisse en sortir. Cela suppose que cette citerne cylindrique de 9m3 environ ait été déplacée de son point d'origine. Etait-ce un château d'eau démoli ?
2- Un bâtiment surélevé d'un mètre environ par rapport au niveau du sol et ceci pour deux fois deux toilettes à la turque accessibles par quelques marches. Les eaux usées devaient être récupérées dans une baille de marine (grande bassine à tout faire) à chaque wc. Les corvées de nettoyage devaient être quotidiennes.
3- Une petite maçonnerie qui pourrait avoir été un corps de chauffe. Possiblement un foyer avec un feu sous une citerne métallique par exemple... L'eau chaude autant pour se laver que pour faire la lessive ne paraissait pas superflue. Cela reste néanmoins à confirmer.
4- Le plus grand édifice était composé de douches et d'un vestiaire vraisemblablement. Les eaux usées coulaient aux sols et quittaient la salle par des rigoles. Enfin dans la plus grande salle, une lignée de lavabos pour la toilette puis se raser chaque jour ainsi qu'une autre lignée d'éviers à grandes paillasses en béton pour la lessive. La grande salle était éclairée par des ouvertures rectangulaires vitrées au plafond. Le toit est plat avec une légère courbure. Vu de l'extérieur, ce toit est ceint d'une corniche dépassante en béton qui suppose que l'eau de pluie ait été récupérée et conduite d'une manière ou d'une autre vers la citerne.

L'installation militaire est basée sur le principe des sanitaires publiques et blanchisseries d'entrepreneurs des villes où tous les immeubles n'avaient pas encore l'eau courante, où certains quartiers démunis n'avaient pas accès à l'hygiène.

Les bâtiments sont bombardés en août 1944 par les Alliés par crainte que l'armée allemande n'occupe les lieux. Ils avaient été élevés quelques temps avant la première guerre mondiale pour accueillir des compagnies d'artilleurs du 2ème RAC (régiment d'artillerie coloniale) et ainsi leur offrir enfin des conditions décentes de vie. D'autres barraquements existaient alors en tant que chambrées pour la troupe évaluée entre 200 et 300 hommes selon les périodes et ceci jusuq'en 1918. Les officiers et sous-officiers hors service bénéficiaient du confort de la caserne Sourdis.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 95mm Lahitolle

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel



A la une :

L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Jean Ménez - un grand souvenir.
Villa Trombetta en béton armé.
Chemins de service de l'armée française.
La mousse blanche sur des plantes, danger ou pas ?
La colonisation des algues.
Traversées d'espions Allemands en Manche avec la Soizic
Rose Bruteller servante de St Pol Roux victime de guerre
Manoirs ou maisons manales de Roscanvel.
La caserne furtive de Kerlaër.
Profession lucrative des roturiers : maître des barques.
Le passage de l'Emigrant sous protection allemande.
Les fontaines lavoirs de Roscanvel.
Les évolutions des mairies de Crozon...
Les Filles du Saint Esprit délogées par la police.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019