La poudre B sans fumée en batterie de côte une question de sécurité indispensable

La poudre sans fumée est inventée au Laboratoire central des poudres et salpêtres à Paris en 1884 par l'ingénieur principal Paul Vieille (1854-1934). Cette invention constitue une évolution majeure dans les batteries de côte qui jusqu'alors au moindre coup de canon à la poudre noire (Poudre N), certes économique, s'enveloppaient d'un panache de fumée visible de loin en mer. Inutile pour les vigies ennemies d'être sur le qui-vive !

C'est à ce titre que quelques vaisseaux Anglais venaient régulièrement à la côte pour déclencher une alerte de la milice côtière en charge des batteries en dehors des périodes de guerre pour suivre l'évolution des fumées et ainsi être renseignés sur le dispositif militaire français. Le déplacement en vue de l'optimisation des batteries était « fréquent  ».

Puis ennuyeux encore, la fumée se répartissant sur les hauteurs de la falaise, elle couvrait les postes d'observation et de télémétrie. Avant cette révolution technique, chaque batterie disposait de deux postes d'observation en espérant qu'au moins l'un des deux postes fut hors fumée. La batterie française de Kerbonn était ainsi pourvue avant de percevoir les nouvelles poudres qui ne seront systématiques qu'à partir de 1900. Lors de la mise à feu, la combustion d'éléments solides n'existe plus, il s'agit désormais d'un état gazeux peu visible et qui n'encrasse pas l'arme. Un poste à chaque extrémité de la batterie permettait de jouer avec les vents dominants.

Cette poudre nommée « V » dans un premier temps va prendre plusieurs dénominations dont « B » en l'honneur du général Boulanger ministre de la guerre pour certaines sources. D'autres sources privilégient le B pour Blanche : Poudre Blanche à base de nitrocellulose. Les appellations suivantes seront  « BF » et enfin « Poudre BN3F ». Alfred Nobel améliore la composition en 1887 en intégrant un mélange de nitroglycérine et de nitrocellulose nommé ballistite.

L'expression poudre sans fumée est somme toute optimiste mais du moins l'effet épaisses volutes n'est plus, la détection est plus ardue surtout sous l'effet du vent d'Ouest fréquent en presqu'île.



La défense côtière avant 1939

Cam 59

Télémètre Audouard

Bataille de Trez Rouz

Batteries : Basse de Cornouaille - Haute de Cornouaille - Trez Rouz - Capucins - Kerbonn - Kerviniou - Pen-Hir - Tremet - Ty-Du - Stiff - Haute Pointe des Espagnols - Petit Gouin - Sud des Capucins - Batteries hautes des Capucins - Batterie de rupture ou bombardement - Batteries haute et basse du Kador (Beg ar Gador - Morgat) - Rouvalour - Batteries Est de Roscanvel

Camp Sanitaire des Capucins

Casernement de la pointe des Espagnols

Casernement de Kerlaër

Casernement de Lagatjar

Ile Trébéron et île aux Morts

Corps de Garde 1846 : Aber - Camaret - Kador - Postolonnec - Roscanvel - Rulianec

Réduit de Kerbonn

Tours modèle 1811

Borne

Chemins de service

Créneau à lampe

Créneau de tir

Réduit de Quélern

Les forts : Fraternité - Landaoudec - Lanvéoc - Toulinguet

Fort Robert

Ilot du Diable

Lignes de Quélern Ouest

Mât à pavillon

Niche pareclats

Pointe des Espagnols - Ligue

Postes de Douane

Poste d'inflammation des torpilles

Poudrière de Quelern

Sémaphore

Station TSF Roscanvel

Canon de 95mm Lahitolle

Abri du champ de tir de l'Anse de Dinan

Les pierres de guerre

Les boulets

La poudre B

L'arrivée de la téléphonie dans les postes d'observation

Les Ancres de Roscanvel



A la une :

L'histoire du boulet en presqu'île de Crozon.
Herbiers de zostères - prairie sous-marine.
L'érosion de la côte argileuse.
La crevette bouquet français.
Une nouvelle baleine morte au Kerloc'h.
Le sémaphore du Toulinguet c'est fini !
L'histoire du presbytère de Roscanvel.
Le street-art in Crozon !
La confiserie Landié sur les quais de Morgat, une institution.
Batteries côtières du 18ème siècle sur la côte Est de Roscanvel.
De la meurtrière au créneau de tir.
Quelle est l'origine du toponyme Rocher Lieval de Roscanvel ?
Sel de mer et canicule en Bretagne.
Chasmophyte - plante de fissure.
L'ancienne forge de Tal-ar-Groas.
Identification des fougères de la presqu'île.
Volets portes clôtures bleues de Bretagne.
Garde-corps, appui de fenêtre le signe d'un changement.
Poteau en bois et ligne téléphonique aérienne.
Poteau en béton et ligne électrique aérienne.
Antennes relais GSM 4G Orange Bouygue SFR Free Mobile.
Le fort - réduit - de Quélern qui n'en finissait pas.
Coupes de bois pour des piquets de défense antiaérienne en 1944.
La lande bretonne - landes du littoral.
Maisons sur dépendances régionales.
Le jardin de rêve du sculpteur Jacques Boënnec.
Le château d'eau Peugeot de Morgat.
Cyprès de Lambert ou de Monterey - arbre remarquable de Trébéron.
La statuaire récupérée de la chapelle de Saint Hernot.
Nid de la guêpe commune, Vespula vulgaris avec la reine.
Le centre des impôts de Crozon.
La Phalène : Aciladie ocreuse, un papillon de nuit très fréquent.
La ligne noire des falaises côtières - le lichen Verrucaire noire.
Les grottes marines de la baie de Morgat par Florentin Paris.
Bunker type 501 et 502.
Le quartier des pêcheurs de Morgat.
Le pressage des piles de sardines.
Les magasins d'avitaillement de Morgat.
Souvenir de l'usine rouge.
Les stratifications des schistes et greywackes...
Batterie antiaérienne de Botsand en Lanvéoc 1940-1944 et celle bien mystérieuse de Kertanguy.
Les maisons Ty Breiz de Lanvéoc, un sursaut breton !
Les citernes d'eau allemandes - des souvenirs de guerre qui ont traumatisé une génération.
2 bunkers 638 sanitaires en presqu'île. 4 bunkers 621, les abris de troupe.
Les goélands ont faim.
Clôture en béton armé sur mur bahut des années 1920-1930.
Victimes pour cause de brouillard.
Bonne nouvelle, l'Ecaille fermière vit en presqu'île de Crozon.
Maison de l'architecte Netter en Crozon, le néo-régionalisme qui agace.
Aide à l'identification d'un insecte des blés.
Un rorqual échoué sur les plages de Crozon.
Pêche.



Conversion données GPS

Une information, une demande :

© 2019